Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Circulation à François-de-Laval: parents inquiets

Publié le 27/04/2018
par Joran Collet

L’intersection des rues Viel et Bois-de-Boulogne. On aperçoit au fond, à droite, l’école François-de-Laval. (Photo: jdv P. Rachiele)

«Kandahar» ! Voilà à quoi, une mère de famille, compare la circulation autour de l’école François-de-Laval dans Bordeaux-Cartierville, à la sortie des classes. De fait, journaldesvoisins.com s’est rendu sur place en fin d’après-midi, quand les écoliers quittent, et a constaté un nombre important de comportements imprudents ayant trait à la circulation des personnes et des véhicules. L’école François-de-Laval est une école primaire de la CSDM. Elle compte présentement 1024 étudiants. 

Depuis septembre, des parents s’inquiètent des comportements délinquants fréquents d’automobilistes qui empruntent l’avenue Bois-de-Boulogne, devant l’école François-de-Laval. L’avenue Bois-de-Boulogne est une rue à double sens. Et une mère se désole que malgré ses nombreux appels, rien ne bouge.

«On nous dit que c’est sous étude», souligne la mère de famille qui s’inquiète qu’il faille attendre le pire pour que les choses s’améliorent.

Différents problèmes

Principal point de frustration, l’intersection des rues Viel et Bois-de-Boulogne pour laquelle il n’y a pas de brigadier scolaire pour y faire la circulation. Située à une dizaine de mètres seulement de la sortie de l’école, c’est un passage obligé pour plusieurs élèves qui quittent ou arrivent à pied à l’école.

Sur place, à la fin d’une journée de classe, journaldesvoisins.com a pu constater que plusieurs jeunes traversaient en plein milieu du carrefour en-dehors des zones de traverse, que de nombreuses voitures se stationnaient sur le passage piéton bloquant ainsi l’accès aux piétons. En outre, certains parents sortent de leur véhicule garés à cet endroit pour aller chercher leur enfant.

Une voiture garée sur la traverse piétonnière. (Photo: jdv J. Collet)

Par ailleurs, en un court laps de temps d’observation, le représentant du jdv a pu constater qu’au moins deux voitures ont effectué un virage en U dans l’intersection, et l’une d’entre elles l’a fait alors que des personnes traversaient la rue. La plupart du temps, les voitures passaient ou tentaient de passer alors que des enfants cherchaient à traverser le passage clouté.

Une petite famille peine à traverser la rue alors qu’une voiture s’impatiente. (Photo: jdv J. Collet)

Une voiture a notamment fait marche arrière en pleine intersection pour emprunter la rue Viel. Sur l’avenue Bois-de-Boulogne, des enfants, et parfois leurs parents, se faufilaient à travers les bus garés le long du trottoir alors que des voitures passaient de chaque côté. Certains automobilistes n’hésitaient pas non plus à doubler les véhicules pour quitter la rue plus vite. Ces comportements imprudents ne se limitent pas uniquement aux parents. Au moins deux voitures sortaient du stationnement de l’école sans laisser la priorité aux parents et enfants qui marchaient sur ce trottoir devant le stationnement.

La situation serait telle que plusieurs altercations verbales ont été rapportées.

«On nous rapporte des altercations verbales impliquant des parents entre eux ou avec des membres du personnel ou des voisins car les accès des entrées privées sont bloqués par des voitures qui attendent», peut-on lire dans un document remis par la CSDM à journaldesvoisins.com

Plus d’élèves

L’école François-de-Laval a subi un agrandissement majeur qui s’est conclu le 13 mars alors que les élèves qui avaient été déplacés ont pu immédiatement réintégrer les locaux sans attendre la prochaine rentrée scolaire. Des écoliers de l’école Sainte-Odile fréquentent aussi l’école François-de-Laval en attendant d’être déplacés vers l’annexe Victor-Doré. À la suite de la réintégration des élèves au sein de leur école d’origine (François-de-Laval), leur nombre est passé de 650 à 1000, soit une augmentation de 54%. Près d’un tiers des enfants rentreraient à pied ou avec leur parent en voiture, soit environ 330 écoliers qui sortent, en moins de 15 minutes, dans la rue. Les autres sont véhiculés par autobus ou fréquentent le service de garde l’école.

L’affluence résultant du nombre d’élèves est une situation qu’appréhendait déjà la Ville il y a trois ans.

«Depuis la demande d’ajout d’une école sur le terrain de l’école François-de-Laval en 2015, l’arrondissement est préoccupé par les impacts liés à la circulation et au stationnement qu’engendrerait un tel ajout», souligne Marlène Ouelette, chargée de communication à l’arrondissement.

Mme Ouellet note aussi que selon plusieurs informations reçues par les intervenants sur le terrain, la situation se serait aggravée depuis la disparition d’Ariel Jeffrey Kouakou le 12 mars.

«[…] plusieurs intervenants [ont] constaté que certains parents hésitaient à laisser leurs enfants marcher sans accompagnement», souligne-t-elle.

Mais, cet ajout de près de 400 places et la disparition du jeune garçon ne représentent toutefois qu’une petite partie de l’explication du problème. En effet, le retour des écoliers ne s’est fait qu’à la mi-mars alors que le problème aux abords de l’école remonterait au moins à septembre 2017. Selon une information obtenue par journaldesvoisins.com, il y aurait déjà plusieurs années que la situation est problématique, et connue.

Apaisement du trafic demandé

La CSDM est bien au fait de la situation. Son porte-parole, Alain Perron, indique notamment qu’un document a été remis aux parents des élèves afin de les sensibiliser à la sécurité des jeunes. Dans ce feuillet, la CSDM invite les parents à éviter ou à limiter l’usage de la voiture, à garer leur véhicule plus loin, ou à aller chercher leur enfant à pied. La CSDM rappelle aussi les comportements à adopter dans les couloirs scolaires.

Des affiches sont installées à l’extérieur de certaines écoles à l’intention des automobilistes, mais aucune n’étaient visible lors du passage de journaldesvoisins.com. Malgré la consigne, qui date de l’automne dernier, le message ne semble toutefois pas avoir été compris par certains, qui continuent à mettre en danger la sécurité des enfants.

Avant l’agrandissement de l’école, la CSDM avait promis de présenter un plan de circulation à l’arrondissement. Le plan en question n’a jamais été présenté aux élus, mais une demande d’amélioration de la signalisation pour les débarcadères de bus et de voitures a déjà été transmise par la CSDM et mise en place, selon Nathalie Goulet, conseillère de ville du district d’Ahuntsic et responsable de la Sécurité publique à la Ville de Montréal.

Deux brigadiers sont assignés au coin des rues L’Acadie et Salaberry, ainsi qu’au croisement de la rue Salaberry et de l’avenue Bois-de-Boulogne. Aucune demande n’a toutefois été faite spécifiquement pour l’intersection Viel et Bois-de-Boulogne, selon M. Perron, qui souligne par ailleurs qu’il est difficile d’obtenir de nouveaux brigadiers.

Sandrine Lapointe,  responsable des communications au SPVM, souligne que les brigadiers sont en nombre limité et qu’il faut retirer un brigadier d’une autre intersection si on veut l’assigner ailleurs. C’est le cas du troisième brigadier qui faisait la circulation des enfants à l’intersection Viel et L’Acadie qui a été réaffecté depuis quelques années maintenant.

Steve Dassylva, nouvellement nommé commandant du poste de quartier 10 au SPVM, souligne qu’il s’assurera de recueillir les informations concernant l’intersection Viel et Bois-de-Boulogne au plus vite afin de prendre les mesures qui s’imposent.

Pour les parents qui ont contacté journaldesvoisins.com, il faut que l’avenue Bois-de-Boulogne devienne à sens unique afin de réduire le passage de véhicules, un projet souhaité par la direction de l’école dans son plan de circulation.

Une solution qui n’est pas impossible, selon Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement, qui rappelle qu’ une telle mesure a toutefois des implications plus grandes que la seule rue concernée. Il faut donc réfléchir en profondeur avant d’implanter de telles mesures.

Pétition suggérée

Mme Goulet quant à elle invite les parents inquiets à lui faire parvenir une pétition qui donnera lieu à une analyse de la circulation. Ce processus «qui a du poids» permettra de trouver et mettre en place, rapidement des pistes de solutions. L’élue d’Ahuntsic rappelle aussi qu’une telle étude permet d’apprécier l’urgence d’implanter un brigadier à cet endroit.

Le plan de déplacements de l’arrondissement est en préparation et l’administration de l’arrondissement travaille avec les écoles, les parents et la CSDM pour améliorer la circulation autour des écoles et la sécurité des écoliers.

Mme Thuillier remarque cependant qu’aucun parent d’élève n’était officiellement présent pour représenter l’école François-de-Laval lors de la dernière rencontre avec les parents de différentes écoles, et que l’arrondissement a peu de contacts avec la direction de cette école. De son côté, journaldesvoisins.com a tenté de communiquer avec l’école, mais n’a eu aucun retour d’appel.

À court terme, la mairesse rappelle qu’il est important d’appeler le 311 pour faire part des problèmes. Les plaintes qui y sont formulées par les citoyens constituent la base de données dont les élus se servent pour faire leur travail.