La rue Meilleur a été rétrécie au nord de Prieur. (Photo : Éloi Fournier, JDV)

Une nouvelle pétition axée sur la vitesse de la circulation a récolté une vingtaine de signatures sur la rue Meilleur, dans l’ouest d’Ahuntsic. Cependant, tout ne change pas assez rapidement au goût des résidants de cette rue.

Déjà, l’an dernier, une pétition avait été signée par des dizaines de résidants de cette rue à la suite de l’initiative d’un citoyen, Angelo Migliara, qui en avait assez des voitures circulant jusqu’à plus de 60 km/h sur sa rue. Cependant, cette fois, M. Migliara n’est pas l’instigateur de la démarche.

« On est en 2021 maintenant, et je ne vois pas de mesures concrètes. Ce sont surtout des paroles, mais il n’y a rien qui se fait… » déplore le principal intéressé, Decio Coviello, qui vit au sud de la rue Prieur, alors qu’Angelo Migliara se trouve du côté nord. « Toutes les familles avec des enfants ont signé la pétition.»

Une voie de transit

Le tout s’explique par le fait que beaucoup d’automobilistes utilisent la rue Meilleur pour rejoindre le boulevard Henri-Bourassa, notamment aux heures de pointe. Il s’agit d’une jolie rue très paisible lorsqu’elle n’est pas achalandée, mais la vitesse des voitures inquiète beaucoup les résidants.

Ces derniers ont contacté l’arrondissement à plusieurs reprises dans les dernières années. Les résidants de la rue Meilleur voient aussi des projets de condos arriver dans le secteur et se doutent que la circulation risque d’augmenter. Selon eux, des mesures d’apaisement seraient de mise afin de faire respecter la limite de 30 km/h.

« L’idéal pour nous serait de mettre des dos d’âne, mais l’arrondissement dit que c’est impossible à cause des autobus », mentionne M. Coviello.

La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, est bien au courant du dossier, étant donné qu’il est suivi par l’arrondissement depuis de nombreuses années.

« La meilleure mesure d’apaisement pour la rue Meilleur est déjà en place, croit-elle. Il s’agit de l’interdiction de virage à gauche sur le boulevard Henri-Bourassa à l’heure de pointe du soir. »

D’autres mesures ont été mises en place : des balises, une piste cyclable et une saillie de trottoir. Par contre, les véhicules – même les autobus – circulent encore trop rapidement, d’après les observations des résidants.

« L’an dernier, l’élargissement de la piste cyclable nous a permis de rétrécir encore plus la chaussée, explique Mme Thuillier. De plus, en 2021, nous allons ajouter des balises de rétrécissement afin de ralentir les voitures au sud de Prieur. »

Des balises de rétrécissement seront installées au nord de Prieur, où la rue Meilleur est actuellement large et invitante. (Photo: Éloi Fournier – JDV)

L’impossibilité d’installer des dos d’âne complique la tâche de l’arrondissement, mais d’autres pistes de solution existent. La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville évoque notamment le fait que les résidants peuvent demander une surveillance policière accrue en passant par le site Web du SPVM. Aussi, pour 2022, l’arrondissement considère l’idée d’installer des afficheurs de vitesse pour sensibiliser les conducteurs.

Toutefois, les résidants demeurent peu convaincus.

« Nous sommes tous frustrés », souligne Decio Coviello.

Une autre rue problématique

Évidemment, la vitesse sur les rues résidentielles n’affecte pas seulement les résidants de la rue Meilleur.

Au dernier conseil d’arrondissement, des citoyens habitant sur les rues d’Iberville et Jeanne-Mance ont soumis des questions aux élus à propos de la vitesse des véhicules en zone résidentielle.

« Le 11 avril, une voiture dévalant la rue a failli heurter une autre voiture et un enfant. […] S’il vous plaît, faites quelque chose pour la sécurité des enfants et des personnes vivant sur cette rue », a notamment imploré un résidant de la rue d’Iberville.

Dans le cas des rues d’Iberville et Jeanne-Mance, les élus ont indiqué être bien au fait de la situation. Des mesures d’apaisement seront d’ailleurs installées un peu partout dans l’arrondissement et, pour les rues où les autobus ne circulent pas, les dos d’âne demeurent la solution privilégiée.

« Cette année, on augmente la cadence dans l’implantation des dos d’âne », a indiqué le conseiller du district du Sault-au-Récollet, Jérôme Normand. « Près de 80 dos d’âne seront installés dans l’arrondissement, puisqu’il s’agit de la mesure la plus dissuasive pour l’apaisement de la circulation. »

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Chantal Roby
Chantal Roby
1 Année

Je sympathise avec les résidants de cette rue. Je respecte toujours la vitesse de 30 km/h. Par contre, depuis que la rue Prieur est à sens unique vers l’ouest, il n’y a plus autant d’options pour rejoindre le boulevard Henri-Bourassa. Auparavant, j’utilisais la rue Tolhurst et maintenant, j’utilise Meilleur. La piste cyclable est plus sécuritaire sur Prieur et je ne voudrais pas revenir en arrière. Par contre, la fluidité routière s’en est trouvée quelque peu affectée.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Abandon du service 10 minutes sur la ligne d’autobus 121 : réaction des usagers

Le 6 janvier, la Société de transport de Montréal (STM) annonçait la…

Un arboretum qui manque d’amour

Très peu de gens le savent, mais un labyrinthe végétal comprenant des…
Sur la RUI François Poulin, directeur de la maison des jeunes de Bordeaux-Cartierville et Guillaume B.Turenne, responsable du projet RUI au CLIC.

De l’argent et des actions pour la RUI cette année

Les projets cette année dans la zone Revitalisation urbaine intégrée (RUI) de…

Opération patrimoine 2022 : le tournage a commencé!

Le tournage des capsules de l’Opération patrimoine 2022 a commencé avec le…