Les candidats qui ont participé au débat organisé par le Collège Bois de Boulogne (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Face au refus de la candidate du Parti populaire du Canada (PPC) d’Ahuntsic-Cartierville de dévoiler son statut vaccinal, Mélanie Joly a choisi de ne pas participer au débat organisé par le département d’économie et d’administration du Collège Bois-de-Boulogne.

La députée libérale sortante devait croiser le fer jeudi midi avec le candidat vert, Luc Joli-Cœur, la candidate bloquiste, Anna Simonyan, et la candidate du Parti populaire du Canada (PPC), Manon Chevalier. La candidate néo-démocrate, Ghada Chaabi, s’était préalablement désistée tandis que le candidat conservateur, Steven Duarte, avait décliné l’invitation.

Le présentateur devant la place vide de Mélanie Joly, qui a refusé de débattre en présence de la candidate non vaccinée. (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

 

Le retrait in extrémis de Mélanie Joly a donc donné lieu à un débat à trois entre les verts, le bloc et le PPC.

Un débat à trois

Quelques minutes avant le début du débat, Mélanie Joly a informé les organisateurs qu’elle refusait de participer à la joute oratoire en l’absence d’une politique de vaccination obligatoire pour les panélistes.

Dans une vidéo publiée sur Facebook, la candidate libérale a expliqué avoir fait ce « choix particulièrement difficile » pour dénoncer le fait que « certains partis politiques et candidats continuent d’être en décalage avec la grande majorité de la population et refusent de prendre la situation [pandémique] actuelle au sérieux ».

Mélanie Joly, sur le terrain du Collège Bois-de-Boulogne pendant le débat qui avait lieu à l’intérieur. (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Sans la nommer, elle faisait clairement référence à Manon Chevalier et son parti qui font du rejet des mesures sanitaires et de la preuve vaccinale l’un de leurs principaux chevaux de bataille électorale.

Interrogée par le JDV, la candidate du PPC a refusé d’indiquer si elle était vaccinée ou

Manon Chevalier au débat des candidats au Collège Bois-de-Boulogne (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

non.

Elle s’est contentée de dire que le règlement de l’école n’exigeait pas des participants au débat qu’ils présentent une preuve vaccinale. L’activité n’étant pas considérée comme parascolaire, elle échappait en effet à l’application du passeport vaccinal mis en place par le gouvernement du Québec la semaine dernière.

La vaccination vole la vedette

Le débat, qui devait principalement porter sur la question de l’aide financière aux individus et aux entreprises durant la pandémie, a rapidement dévié sur la question de la vaccination.

« Je suis doublement vacciné, ce qui n’est semble-t-il pas le cas de certaines personnes ici », a déclaré d’entrée de jeu Luc Joli-Cœur, visant vraisemblablement la candidate du PPC.

Luc Joli-Coeur au débat des candidats au Collège Bois-de-Boulogne (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le candidat vert a passé la majeure partie de son premier tour de parole à revenir sur l’imbroglio vaccinal ayant mené au retrait de Mélanie Joly. Il a souligné avoir proposé comme solution de compromis d’augmenter la distance entre les panélistes et a dit regretter que la libérale ait refusé de participer au débat.

Plus tard, il a dit respecter la décision de Mélanie Joly.

« Tous les participants à un débat devraient être vaccinés. Le fait d’avoir des candidats non vaccinés complique la gestion des risques associés à la COVID et peut mettre d’autres candidats à risque », a écrit Luc Joli-Cœur en réponse à la publication Facebook de la candidate libérale.

Tout en refusant de confirmer si elle était elle-même vaccinée ou non, Manon Chevalier n’a pas manqué de souligner au JDV qu’il est fort probable que plusieurs personnes dans la salle n’étaient pas vaccinées, le taux de vaccination chez les jeunes demeurant plutôt faible.

Un débat chaotique

Lors de son premier tour de parole, la candidate du Bloc, qui a expliqué au JDV avoir

Anna Simonyan au débat des candidats au Collège Bois-de-Boulogne (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

accepté en connaissance de cause de débattre avec la candidate présumément non vaccinée du PPC, a tenté de recentrer le débat en abordant des thèmes chers à son parti comme les transferts fédéraux en santé, le soutien aux aînés et l’autonomie du Québec.

Initialement relativement cordiaux, les échanges se sont rapidement corsés lorsque la candidate du PPC a comparé les risques pour des enfants de développer des complications graves liées à la COVID-19 à celui de se faire frapper par la foudre.

Plus tard, pressée par la candidate bloquiste de détailler quelles mesures le PPC proposerait pour protéger les personnes vulnérables face à la COVID-19, Manon Chevalier a notamment vanté les mérites de médicaments comme l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique dont l’efficacité contre le coronavirus est contestée.

« J’en connais des gens qui ont été sauvés par ces médicaments-là! », s’est emportée la candidate du PPC.

Le débat a pris une tournure de plus en plus chaotique à mesure qu’il avançait, mais a tout de même permis aux trois candidats présents d’énoncer leurs priorités.

Luc Joli-Cœur a plaidé pour que le gouvernement fédéral prenne « des gestes décisifs » rapidement pour éviter les pires dérèglements climatiques.

« Quand on fait face à une menace claire nette et précise, on agit!», a-t-il lancé.

Anna Simonyan a pour sa part invité les électeurs à « choisir l’opposition » en votant pour le Bloc.

« La base de la démocratie, c’est les freins et les contre-poids », a résumé la candidate bloquiste.

Reprenant le discours cher à son parti, mais aussi aux mouvements anti-masques et anti-vaccin, Manon Chevalier a pour sa part cherché à se positionner en seule défenseure de « nos droits et libertés » menacés par les partis traditionnels.

« Plusieurs partis au pouvoir n’est pas gage de démocratie », a lancé la candidate du PPC, citant l’exemple de la dictature soviétique.

Cette référence saugrenue n’a pas manqué de faire éclater de rire la candidate bloquiste, originaire de l’Arménie où un parti unique soviétique a régné pendant la majeure partie du 20e siècle.

La promesse de la candidate du PPC de mettre fin à l’influence des lobbys sur le gouvernement fédéral a fait sortir de ses gonds le candidat vert. Luc Joli-Cœur a accusé Manon Chevalier et son parti de servir les intérêts du lobby du pétrole avant de quitter l’estrade sans attendre la fin du débat.

Les personnes présentes au débat des candidats au Collège Bois-de-Boulogne (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

L’enregistrement vidéo du débat est disponible sur la page Facebook du collège Bois-de-Boulogne.

Rappelons que le JDV présentait les candidats dans un article récent. En outre, les candidats qui ont bien voulu répondre à l’invitation du JDV seront interviewés à tour de rôle. Un article a déjà été diffusé mercredi, les prochains suivront au cours de la semaine prochaine.

S'abonner
me prévenir de
guest
5 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Michel R. Magnan
Michel R. Magnan
2 Mois

Devant le refus de Madame Chevalier de confirmer sa vaccination, je l’aurais tout simplement exclut du débat afin d’enlever toute excuse pour la candidate libérale de ne pas s’y présenter. Même si tous les partis ont le droit d’être entendus, je pencherais beaucoup plus vers la participation de la députée sortante versus celle d’une candidate dont le parti récolte actuellement moins de 5% des intentions de votes. La candidate du PPC aurait fait le choix de s’exclure d’elle-même.

Sylvie Baillargeon
Sylvie Baillargeon
2 Mois

J’ai bien écouté le débat et beaucoup apprécié Mme Chevalier, qui défend avec intégrité des valeurs de liberté et d’ouverture. Dommage, vous faite une caricature. J’invite vraiment les gens à écouter le débat et à se faire leur propre opinion sur cette courageuse dame.

Eva
Eva
2 Mois

Je suis étudiant au CBB et tout ce débat était une grosse farce du début. Melanie Joly n’a jamais mis les pieds dans le collège en fait elle est arrivée et a filmé un video pendant que ses deux “assistantes” un peu plus vieille que moi essayaient de changer les places des candidats. Elle ne voulait pas être à cote d’Anna Simonyan, puis ils ont déplacé Melanie à droite à côté de Monsieur Joli-Coeur, et elle ne voulais pas non plus, et tout à coup l’excuse de la vaccination est arriver.

J’ai des amis non vaccinés et un peu plus de 10% des étudiants à BDB ne sont pad vaccines; alors je comprends pas pourquoi qu’elle refuse un outil démocratique à une candidate un peu farfelue; mais cette candidate méritait quand même sa position. Cela est de la discrimination pure et dure!
 
De plus j’ai adore le candidat vert qui nous a fait la morale sur les énergies fossiles mais qui conduit un gros camion VUS de 500 HP.

Sylvie Baillargeon
Sylvie Baillargeon
2 Mois

J’ai bien écouté le débat et beaucoup apprécié Mme Chevalier, qui défend avec intégrité des valeurs de liberté et d’ouverture. Dommage, vous faite une caricature. J’invite vraiment les gens à écouter le débat et à se faire leur propre opinion sur cette courageuse femme.

Caroline
Caroline
2 Mois
Répondre à  Sylvie Baillargeon

Ah oui la dame qui croit au complot sataniste masonique du pedopizzagate de la conspiration des big pharma.

Elle est la preuve que le gouvernement devrais investir plus en santé mentale

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Campagne de financement: commerçants et résidants s’abreuvent au nectar de La Ruche !

Fin avril, les habitants et les commerçants d’Ahuntsic-Cartierville ont participé avec enthousiasme…

Le coin communautaire – Semaine du 19 février 2021

Prise de parole au CFSE Le Centre des femmes solidaires et engagées…

Journée de grève pour les cégeps publics d’Ahuntsic-Cartierville

Des lignes de piquetage formées par quelques dizaines de personnes bloquaient l’accès…

Son de cloche patrimonial(e)

Saviez-vous que la plus vieille cloche de Montréal, et troisième plus vieille…