Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Jean Bienvenue

Décès de celui qui fut le premier député de Crémazie

Publié le 16/11/2018
par Alain Martineau

Le député de Matane, Jean Bienvenue, en 1966. Il deviendra député de la circonscription de Crémazie en 1973. (Source : © Fonds Assemblée nationale du Québec. Photographe : Cecile Weedon.)

Jean Bienvenue, qui a été le premier député de la nouvelle circonscription de Crémazie (autrefois Ahuntsic, et maintenant Maurice-Richard) a rendu l’âme il y a un mois à Québec; il était âgé de 90 ans.

M Bienvenue, qui était avocat, a notamment occupé les portefeuilles de l’Éducation et de l’Immigration sous le gouvernement du Parti libéral du Québec (PLQ) entre 1970 et 1976.

Ce natif de Québec a fait partie de nombreux cabinets juridiques, puis est passé du côté du ministère public, se forgeant une réputation de «dur» en tant que procureur de la Couronne.

Faisant le saut en politique, Jean Bienvenue l’a d’abord emporté dans la circonscription gaspésienne de Matane en 1966, lors de la surprenante prise du pouvoir par l’Union nationale contre les libéraux de Jean Lesage.

Il fut réélu quatre ans plus tard et nommé leader parlementaire adjoint du gouvernement, une fonction qu’il devait occuper de janvier 1971 jusqu’à la défaite du PLQ le 15 novembre 1976, aux mains du Parti québécois (PQ).

Bienvenue expulsé

Mais l’ex-ministre avait dû changer de circonscription après avoir été «chassé» de Matane, face à une population visiblement mécontente de son rendement.

Soutien Alzheimer - Des fêtes pour tous : Info ici!

Publicité

Aux élections de 1973, il sortira de Matane pour prendre la «20» et venir à Montréal. Les hautes instances du PLQ le parachuteront dans cette nouvelle circonscription qui autrefois portait le nom d’Ahuntsic.

Il aura un adversaire de taille, Jacques Parizeau, qui avait déjà passé près de l’emporter pour le Parti québécois en 1970  contre le candidat libéral François Cloutier. Mais en 1973, avec le redécoupage de la carte électorale, François Cloutier se représente dans l’Acadie, juste à l’ouest.

Jean Bienvenue gagnera dans Crémazie en 1973, battant Jacques Parizeau, avec une majorité de 1300 voix alors que les libéraux balayaient le Québec avec l’élection de plus de 100 députés. Le PQ passera de sept à six députés même en allant chercher 30% du vote populaire, contre près de 24% en avril 1970.

M. Bienvenue sera souvent sur la sellette en 1976. En début d’année, Robert Bourassa lui confie l’Éducation ; il doit alors défendre la loi 22 (le français devenait la langue officielle du Québec), dénoncée tant par le PQ que par quelques députés anglophones du PLQ, pour des raisons différentes.

Le 15 novembre 1976, Jean Bienvenu tente de se faire réélire, mais en vain. C’est le criminologue Guy Tardif, pour le Parti  québécois, qui l’emportera par plus de 4600 voix.

Quelques mois après sa défaite et celle du gouvernement sortant de Robert Bourassa, Jean Bienvenue sera nommé juge à la Cour supérieure du Québec.

Mais près de 20 ans plus tard, des propos controversés tenus lors du prononcé d’une sentence signifieront son arrêt de mort au sein de la magistrature.

Jean Bienvenue laisse dans le deuil sa femme et ses cinq enfants. Ses funérailles seront célébrées ce jeudi à Québec.