Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

La sclérose en plaque et une pneumonie l'ont emporté

Décès de Michel Pepin, poète de la rue Fleury

Publié le 12/12/2017
par Christiane Dupont

 

Michel Pepin (Photos: courtoisie)

Michel Pepin, poète de la rue Fleury, est décédé. D’aucuns se souviendront très certainement de lui. Atteint de sclérose en plaque, pendant longtemps Michel a arpenté la rue Fleury en chaise roulante, ou plus simplement à place fixe, entre Papineau et Garnier. Contre quelque espèce sonnante et trébuchante qu’on voulait bien lui donner, Michel nous remettait toujours un poème de son cru. Journaldesvoisins.com avait publié un de ses poèmes en janvier 2014. Ce sont deux de ses amis qui ont prévenu votre média de son décès.

«Nous avons le regret de vous annoncer que notre grand ami Michel Pepin, le poète et l’architecte des virgules du quotidien, s’est envolé avec sa plume… »

Michel était atteint de la sclérose en plaques depuis plus de 15 ans, ayant reçu le diagnostic en 2000, a précisé Geneviève Gauthier, qui a contacté journaldesvoisins.com. Il est décédé d’une infection qui s’est malheureusement conclue par une pneumonie.

«Par ses conférences, ses apparitions dans les divers médias, son périple Montréal-Québec en fauteuil roulant en 2010 et ses publications, il a grandement contribué à ouvrir nos yeux sur la réalité des personnes vivant avec un handicap. Il a écrit et publié trois magnifiques livres: Hétéroclite (2009), Chroniques de dates flexibles (2013) et Le bonheur récalcitrant (2014). Il avait toujours des projets grandioses qu’il arrivait à réaliser, malgré la sclérose en plaques. D’ailleurs, le 23 décembre prochain, nous nous rassemblerons en soirée au Restaurant Robin des Bois à Montréal pour lui rendre hommage et dévoiler son ultime oeuvre collective grandiose « Mouvements Immobiles ».»

Geneviève Gauthier et John Foley ont fait parvenir cet avis de décès  au jdv.

«Il est décédé à Montréal, le 11 novembre 2017 à l’âge de 45 ans. Il était le fils de (feu) Claude Pepin et Cécile Séguin. Il continue à veiller, subtilement, sur ses deux fils Zachary et Xavier Pepin de même que sur nous tous, ses amis qu’il aime.»

«Il était notre ami, mais c’était aussi un homme très engagé et très inspirant. Durant plus de sept ans, il offrait ses poèmes aux passants sur la rue Fleury (face au Subway et devant l’épicerie Métro). Je suis persuadée que plusieurs de vos lecteurs ont même reçu toute une collection de ses poèmes, car c’est de cette façon qu’il est devenu mon ami», a poursuivi Mme Gauthier.

Michel Pepin était l’auteur de trois recueils de poésie qui constituent son héritage littéraire:  Hétéroclite, Chronique de dates flexibles et Le Bonheur Récalcitrant.

Changer le regard des gens

Selon Mme Gauthier, Michel ne reculait devant aucun défi pour changer le regard des gens sur le handicap.

«Nous avons beaucoup appris à son contact et sommes reconnaissants de tous les « Apprentis-Sages » qu’il nous a permis de faire simplement en étant lui», a souligné Geneviève Gauthier. Il souhaitait réunir tous ceux qui ont le cœur généreux au dévoilement de l’œuvre collective, qu’il a orchestrée dès 2016, et qui s’intitule Mouvements Immobiles.›

Ses amis et tous ceux qui l’ont connu sont donc conviés, le 23 décembre dès 17 h, au Restaurant Robin des Bois, 4653 boulevard St-Laurent, pour lui rendre hommage.

Selon les renseignements transmis par Mme Gauthier, l’Oeuvre collective Mouvements Immobiles, qu’il a démarré en novembre 2016, est très impressionnante.

Un mur en opposition à Trump

«Il s’agit d’un Mur qui est rassembleur, en opposition avec le mur du président des États-Unis. C’est un projet d’envergure, un mur symbolique de 183 briques en styromousse, sur lesquelles des artistes en herbe et artistes professionnels, du Québec et d’ailleurs, ont fait au moins une œuvre d’art pour Michel. Les 183 briques équivalent à 183 jours d’isolement durant la saison hivernale sur deux années. Michel y a inscrit, à l’endos, un mot qui forme un poème percutant… Il souhaitait briser ce mur de l’isolement en remettant une brique à chacune des personnes présentes à l’événement qui devait avoir lieu, chez-lui, le 21 décembre. Cette oeuvre vaut réellement le détour même si la date coïncide avec les partys du Temps des Fêtes! Nous souhaitons rejoindre le plus de gens possible car Michel était un grand rassembleur… Nous dévoilerons cette œuvre magistrale de Michel. Dans l’esprit de notre ami, et en accord avec ses dernières volontés, nous ferons des gestes gratuits et des dons pour les plus démunis. »

Le communiqué reçu était signé: Ses amis, que Michel nommait « Les Gladiateurs du Bonheur »

Pour plus d’infos, commentaires et réservations : lesyeuxrieursdupoete@gmail.com