La petite fille qui est arrivée dans Ahuntsic-Cartierville à l’âge de 11 ans n’en est jamais vraiment partie. Elle y réside et est omniprésente dans les couloirs de l’École Félix-Antoine qu’elle a fondée avec Martin Beaulieu, enseignant, «un duo improbable », comme l’a déjà écrit la journaliste Louise Gendron du magazine L’actualité. Portrait d’une orthopédagogue à la retraite qui a entamé là une deuxième vie.

Par une chaude et humide journée, trois jeunes adultes étudiants ont accueilli les représentants du journaldesvoisins.com à l’École Félix-Antoine, sise tout à côté du CLSC Ahuntsic. Un comité d’accueil chargé de nous faire patienter et qui en avait long à raconter sur « leur » école. Ils en ont profité pour nous parler du rôle central qu’y joue la directrice et résidante du quartier, Denise Mayano, «Denise», comme les jeunes l’appellent familièrement, mais respectueusement.

L’École Félix-Antoine que dirige Denise Mayano existe depuis 1996. C’est une école reconnue par le ministère de l’Éducation, qui a les mêmes obligations que les autres établissements scolaires, mais qui ne reçoit aucune subvention.

 Une clientèle particulière

À l’École Félix-Antoine, des jeunes adultes ayant des problèmes d’apprentissage peuvent réussir : la chose a été rendue possible grâce aux deux fondateurs. Jour après jour, avec leur équipe d’une trentaine de bénévoles, ils réussissent un véritable tour de force.

« La plupart des gens qui étudient ici ne sont pas à plein temps. Ils travaillent, ont des enfants, dit simplement Denise Mayano. Ils ont déjà fréquenté un centre d’éducation aux adultes, mais n’ont pas réussi. »

La formule traditionnelle de l’éducation aux adultes ne fonctionne pas pour 15 à 20 % des gens, de façon générale explique Mme Mayano.

« Ceux qui viennent étudier chez nous sont dans une situation sociale très précaire, précise-t-elle. Paradoxalement, mes élèves sont comme les piliers de leurs familles. En général, à 22 ans, ils sont soutien de famille, ont des enfants et d’autres obligations familiales. »

Au sein de l’établissement scolaire, outre les enseignants et professionnels bénévoles, trois anciens élèves de l’école travaillent à temps partiel et sont rémunérés, dont un concierge et une chargée de projets. Aux bénévoles, il faut ajouter les membres du conseil d’administration.

Pour sa part, Denise Mayano a travaillé comme orthopédagogue durant presque toute sa carrière à l’école Vanguard. C’est d’abord à temps partiel qu’elle a commencé à faire du bénévolat à « son » école, puis à plein temps depuis sa retraite, en 2008. Cela fait 10 ans maintenant.

« Il a fallu que je prenne ma retraite pour retravailler à temps plein », dit-elle à la blague.

Pousser à la roue

Vous aurez compris qu’il est plus facile de faire parler Mme Mayano de l’école que d’elle-même! C’est au compte-goupes qu’elle nous donne des informations la concernant, préférant raconter l’aventure de l’école et sa survie de tous les instants. D’ailleurs, si vous voulez pousser à la roue, les dons sont toujours bienvenus, à défaut de recevoir des subventions!

« Nous sommes un organisme de charité, absolument!, dit-elle. Les gens peuvent avoir des reçus. »

En outre, Mme Mayano et M. Beaulieu sont toujours à la recherche de bénévoles pour assurer la relève de leur établissement.

Borgo San Dalmazzo

De fil en aiguille, on apprend que le nom de famille « Mayano » est un patronyme peu fréquent, d’origine italienne, qui s’écrivait « Maiano », ce que son père a modifié pour être certain que l’on garderait la bonne prononciation.

«Mon père est né dans un petit village près de Turin, dans le nord de l’Italie : Borgo San Dalmazzo. », explique-t-elle.

Denise Mayano est mère de quatre grands enfants et grand-mère. Avec son conjoint, elle aime bien profiter de leur chalet à l’extérieur de Montréal. Mais Ahuntsic et le bord de l’eau ont également ses faveurs!

Dans ses moments libres, elle aime consacrer du temps à ses petits-enfants, cuisinier, jardiner framboises et fines herbes, et bouger dehors! Nul doute que, même retraitée, Denise Mayano est une mère et une grand-mère fort occupée.

« C’est important pour moi que mes enfants voient qu’on peut contribuer à la société, que ça peut faire une différence, que l’on peut faire un changement structurel, même si c’est très minime », souligne-t-elle doucement.

Et comment ses grands enfants voient-ils cet engagement de leur mère?

« Ça fait partie de leur vie, et de la mienne », conclut-elle, simplement.

Cet article a été publié la première fois en septembre 2014 et mis à jour en mai 2018.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Concert Ahuntsic en Fugue à l'église de la Visitation.

Musique, danse, histoire, photo… sept événements à ne pas rater en mars à Ahuntsic-Cartierville

Tous les mois, le Journal des voisins (JDV) publie une sélection des activités…

Succès et infortunes des saillies de trottoir

Cette année, au moins 32 saillies de trottoir en béton seront construites…

Un nouveau cercle de parole pour rompre l’isolement des réfugiées

  En janvier dernier, un projet du Centre de psychologie Gouin et…

Photoreportage: Fête nationale du Québec à Ahuntsic

La Fête nationale du Québec  était de retour dans Ahuntsic-Cartierville le 23…