Nissan Leaf électrique
(Photo : Jules Couturier, JDV)

Peut-être avez-vous remarqué récemment les véhicules 100 % électriques, de marque Nissan Leaf, qui circulent dans l’arrondissement. Il y en a trois. Ce sont les inspecteurs et inspectrices des parcs d’Ahuntsic-Cartierville qui les conduisent pour effectuer leur travail depuis le début de 2018.

Stratégie d’électrification des transports

La décision de se procurer ces véhicules 100 % électriques émane de la Ville-centre qui s’est dotée d’une stratégie d’électrification des transports 2016-2020 nommée «Électrisons Montréal».

Cette stratégie vise à « réduire les effets de serre de 30 % comparativement au niveau de 1990 », explique Michèle Blais, chargée de communication à l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Avec cette stratégie, comme on peut le lire sur son site Web, la Ville de Montréal aspire aussi à « devenir le leader nord-américain en électrification des transports et en mobilité durable d’ici 2020 ».

« Dans la foulée de la 21e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), Montréal veut se démarquer comme ville innovante en misant sur les nouvelles technologies et sur l’électrification des transports. La lutte aux changements climatiques et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est un choix de société que Montréal entend affirmer », écrivait l’ancien maire Denis Coderre dans son mot de présentation de la stratégie.

Transition énergétique

Ce n’est donc pas tant la recherche d’économie monétaire qui justifie le choix de se procurer des véhicules électriques, mais bien la nécessité de réduire les effets de serre.

« Cet engagement invite à une transition énergétique des transports afin de réduire significativement la consommation des énergies fossiles », poursuit Michèle Blais.

(Photo : JDV ; Jules Couturier)

Les trois véhicules 100 % électriques d’Ahuntsic-Cartierville font partie d’un projet plus large.

La politique verte du matériel roulant au cœur de la stratégie d’électrification des transports 2016-2020 vise à remplacer graduellement une grande partie des véhicules traditionnels de la ville par des véhicules entièrement électriques.

Le but est « de réduire la dépendance aux énergies fossiles et d’utiliser plutôt une source renouvelable d’énergie, soit l’hydroélectricité », renchérit Mme Blais.

La chargée de communication de l’arrondissement précise qu’il n’est pas de la responsabilité de l’arrondissement d’acheter des véhicules électriques ou autres. L’achat des véhicules relève plutôt du Service du matériel roulant et des ateliers (MRA) pour l’ensemble des arrondissements de la ville.

Mme Blais confirme néanmoins la volonté du MRA d’acheter davantage de véhicules électriques. Un des objectifs de 2019 du MRA était d’augmenter de 20 % le nombre de véhicules et équipements 100 % électriques, soit de 384 en 2018 à 461,pour une transition plus écologique.

Par ailleurs, il est aussi à noter qu’il n’y a pas, pour le moment, de camions électriques dans l’arrondissement.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Réaménagement en vue pour la sortie De Salaberry de l’A-15 Sud

Les automobilistes transitant par la rue De Salaberry à partir de l’autoroute…
Parc canin temporaire installé au parc Jean-Martucci, dans le district de Saint-Sulpice.

Parc à chiens : une contestation qui a du mordant…

De nombreux citoyens ne sont pas d’accord avec l’aménagement d’un parc à…

Oui, le printemps reviendra…et la canopée aussi!

Ahuntsic-Cartierville figure parmi les arrondissements montréalais ayant l’indice de canopée le plus…

Un Roundup « léger » vendu dans nos quartiers

Toutes les quincailleries de l’arrondissement offrent du Roundup, un herbicide. Toutefois, il…