Logements sociaux et abordables du 11445-11455 Lachapelle
Les 11945 et 11955, rue Lachapelle ont été achetés par Interloge pour en faire des logements sociaux et abordables. (Photo: Amine Esseghir, JDV)

En achetant deux immeubles à Cartierville, un organisme d’habitation à but non lucratif a soustrait 79 logements au marché spéculatif. lls se sont ajoutés au parc de logements sociaux et abordables. Le Journal des voisins (JDV) avait déjà souligné cette importante transaction en avril.

L’organisme Interloge a fait l’acquisition plus tôt cette année des deux immeubles mitoyens, le 11945 et le 11955, rue Lachapelle. Cela est d’autant plus notable dans le quartier puisque les bâtiments en question avaient été au centre d’une saga malheureuse pour les locataires après un incendie survenu en 2020.

Les représentants du gouvernement, de la Ville et du fonds FTQ Solidarité se sont réunis au YMCA de Cartierville hier, le 25 septembre, pour annoncer la bonne nouvelle.

Interloge a dû trouver 17 millions $ pour mener à bien la transaction. Le montage financier a été rendu possible grâce entre autres à l’apport financier du Fonds capital pour TOIT du gouvernement du Québec et du Fonds de solidarité FTQ. La Ville de Montréal a contribué également avec 2,5 millions $.

Locataires déjà présents

Au moment de l’annonce, les logements, destinés exclusivement à des ménages à faibles revenus, étaient occupés en totalité.

«On a repris l’immeuble tel quel. On l’a rafraîchi, on s’est assuré que l’alarme incendie, les balcons, etc., étaient en bonnes conditions. Puis on a tout fait pour préserver l’actif immobilier. Notre financement est sur 40 ans dans ce dossier. Cela veut dire que l’évaluation de la valeur marchande a indiqué qu’on avait une durée de vie restante d’au moins 40 ans», a précisé Louis-Philippe Myre, directeur général d’Interloge, en entrevue avec le JDV.

Le projet compte 28 studios et 51 appartements, de une à trois chambres, à loyer abordable.

Des loyers difficiles à battre

Studio: 2 1/2 à 768 $.

Appartements: 3 1/2 à 887 $. 4 1/2 à 998 $.

5 1/2 (il y en a six) à 1175 $.

La mise en œuvre du projet entre aussi dans le cadre de la démarche du gouvernement provincial pour aider à la réalisation de logements sociaux et abordables.

«En juin 2022, on a annoncé un partenariat qui était tout à fait innovant, du jamais vu avec les fonds fiscalisés, donc avec le Fonds FTQ, Desjardins et Fondaction pour faire sortir plus de logements [de terre], pour avoir d’autres bras et d’autres sommes pour nous aider [à réaliser des logements sociaux]. Alors on est vraiment très content avec des partenaires crédibles», a mentionné France-Élaine Duranceau, ministre responsable de l’Habitation.

Elle a promis que d’ici deux ans, au moins 3000 logements sociaux et abordables devraient être construits ou convertis comme dans le cas des immeubles de la rue Lachapelle.

Mixité sociale

Il apparaît que la démarche d’Interloge va plus loin que de proposer des logements sociaux et abordables. Elle contribuerait à maintenir la mixité sociale dans un quartier qui risque fort de se transformer dans un avenir proche.

«Avec l’arrivée du REM [Réseau express métropolitain] dans quelques mois, juste ici à la station Bois-Franc, le quartier sera de plus en plus en demande et les prix des logements vont encore augmenter. D’ailleurs, une transaction de 400 logements est en train de se faire dans le quartier», a confié M. Myre à l’assistance.

Les immeubles des 11945 et 11955, rue Lachapelle sont localisés dans la zone de Revitalisation urbaine intégrée (RUI), un secteur de concentration de pauvreté, toutefois situé à 700 mètres de la future gare du REM.

«C’est important de préserver la mixité des logements quand on est autour d’une station du REM. C’est ce que vient faire ce projet. Des gens plus vulnérables vont pouvoir profiter de ce transport en commun extraordinaire», a souligné Emilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Interloge dispose actuellement de plus de 900 logements mis à la disposition des gens à faibles revenus. Outre les bâtiments de la rue Lachapelle, l’organisme a acheté en 2023 le Manoir Lafontaine, 93 logements dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

«Pour cette année, je pense qu’on a fait ce qu’on avait à faire. On travaille pour l’année prochaine, maintenant», a admis M. Myre.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Ahuntsic-Cartierville veut restreindre davantage les Airbnb

Au dernier conseil d’arrondissement, les élus ont adopté un avis de motion…
École transitoire Marie-Anne

Quelles écoles pour les nouveaux développements sur la rue Meilleur?

Il se construira un peu plus de 1600 logements, donc pour autant…

Ahuntsic-Cartierville, terre de locataires

Ahuntsic-Cartierville est un territoire de locataires: 61 % des gens sont à…

Bisbille au sein des HLM de Place de l’Acadie, gérés par Ressources-Habitation de l’Ouest

Place de l’Acadie, des locataires se plaignent d’irrégularités au sein de l’OSBL…