Diane Bolduc avec la maquette des maisons patrimoniales du boulevard Gouin voisinant la sienne. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Native des Cantons-de-l’Est, Diane Bolduc se passionne pour la transmission du patrimoine par le biais de la généalogie, de l’écriture et de la chanson traditionnelle.

Ce texte de la chronique Aînés actifs a été publié dans la version imprimée du Journal des voisinsle Mag papier de décembre 2023-janvier 2024, à la page 26

En 2018, Diane et Paul, son conjoint, reçoivent une invitation qu’ils ne sauraient refuser: venir habiter au-dessus de leur fille, nouvellement propriétaire d’une maison presque centenaire, sur le magnifique boulevard Gouin, dans le Sault-au-Récollet à Ahuntsic. Ils y aménagent en novembre 2019. 

Maison centenaire en 2024

Curieuse de savoir qui avait habité ces lieux avant eux, Diane amorce une fouille intensive auprès de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), des archives de Montréal, de Généalogie Québec, des registres fonciers et de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC), pour laquelle elle fut membre du conseil d’administration, de 2020 à 2022.

Son minutieux travail de recherche lui révèle que le premier propriétaire, David Giroux, était entrepreneur et briquetier. Travailleur infatigable, il a érigé quelques maisons voisines de la sienne, toutes en briques rouges. La «détective du passé» en a profité pour retracer l’histoire de ces demeures et a tenté de recréer leur style de vie, de 1924 à 1934. Elle prépare d’ailleurs un panneau d’interprétation et un fascicule pour souligner, en 2024, l’année du centenaire.

Depuis sa construction, cet immeuble imposant a endossé plusieurs vocations: maison familiale, maison de retraite pour personnes âgées, maison de chambres pour personnes seules, maison pour touristes avertis et désormais maison intergénérationnelle. 

Deux des maisons patrimoniales du boulevard Gouin qui auront 100 ans en 2024, dont celle où habite Diane Bolduc et sa famille. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Histoire familiale

La jeune septuagénaire a eu d’autres occasions de remonter dans le passé. Il y a quelques années, alors qu’elle apprenait que son frère était atteint d’un cancer, Diane a commencé à lui écrire des chroniques sur leur enfance, «pour lui changer les idées, le faire sourire», évoque-t-elle.

«Au fil des mots, des semaines et des saisons, j’ai voyagé sur les sentiers de ma mémoire», écrit-elle joliment dans le livre Pousse pousse la vie. Car à la demande de ses proches touchés par son talent de conteuse, Diane a publié ses chroniques en 2010.

Plus récemment, elle a produit un document étoffé pour son petit-fils Odilon. «Ma fille lui a donné le prénom de mon grand-père, déclare-t-elle avec émotion. J’ai souhaité lui transmettre l’histoire des six générations qui ont précédé son arrivée en ce monde.

Sous forme de Lettres à Odilon, j’ai regroupé l’essentiel des recherches familiales débutées depuis plus de 50 ans… On y trouve des contrats notariés, des photos, des anecdotes, telles les pièces d’une courtepointe truffée de faits vécus, cousues une à une avec un fil de soie ténu, le fil du temps.»

Ayant suivi des cours de paléographie à la Société généalogique canadienne-française, elle s’applique à déchiffrer l’écriture ancienne. D’ailleurs, «au lieu de faire du casse-tête!», elle fait la saisie de données pour la Société de généalogie des Cantons-de-l’Est.

«À ce jour, j’ai transcrit plus de 30 000 actes de baptêmes, mariages et sépultures, à partir de différents registres paroissiaux», lance Diane Bolduc.

Depuis peu, des ateliers d’écriture avec July Giguère, romancière et poète, la tiennent fort occupée, entre deux chansons, son rôle de mamie d’Odilon et ses saisies de données.

Autre loisir, Diane et Paul chantent des airs traditionnels québécois depuis plus de 40 ans! Ils devaient d’ailleurs se produire le 21 mars 2020 à la Maison de la culture Ahuntsic, «mais le spectacle a été annulé, en raison de la COVID-19…», se rappelle-t-elle.

Diane Bolduc, sur le côté de sa maison qui aura 100 ans en 2024. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Urbanimaux – Quand les ratons laveurs s’invitent dans la cuisine

Les ratons laveurs, très présents dans Ahuntsic, ont plus d’un tour dans…

Le circuit court de la chaîne alimentaire

Le 22 avril, c’est le Jour de la Terre. Pour l’occasion, nous…

Gymnix fête ses 50 ans en grand

Le club de gymnastique artistique féminine Gymnix, situé au Complexe sportif Claude-Robillard,…

Le Chœur Massenet n’a pas pris une ride

C’est l’une des rares chorales francophones autonomes au Canada. Fondé en 1928…