Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Premiers résultats de fouilles concluants et annonce d'un avis d'intention de classement

Fort-Lorette: un fort pour défendre le patrimoine des Ahuntsicois?

Publié le 23/06/2017
par Christiane Dupont

(Photo: jdv P. Rachiele)

Les fouilles menées récemment sur le site du 12375, rue du Fort-Lorette, dans le Sault-au-Récollet ont notamment révélé la présence de trois tranchées parallèles qui correspondraient à des portions de la palissade de pieux de bois du fort. Deux de ces tranchées pourraient représenter les murs ouest et mitoyen du fort, ce qui permettrait de le positionner dans son axe est-ouest. Voilà ce qu’annonçait par voie de communiqué ce dimanche la députée de Crémazie, Marie Montpetit.

Par conséquent, Mme Montpetit était aussi heureuse d’annoncer que le ministre de la Culture et des Communications (MCCQ), Luc Fortin, avait signé un avis d’intention de classement pour le site archéologique de Fort-Lorette situé dans la circonscription de Crémazie et l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Quel statut?

Un avis d’intention de classement  consiste en un statut temporaire permettant au ministère de la Culture et des Communications de procéder à l’étude menant à l’attribution d’un statut de protection. Un immeuble ou un site sous avis d’intention de classement bénéficie de la même protection qu’un immeuble ou un site classé.

Le site archéologique de Fort-Lorette vient donc d’obtenir ce statut temporaire qui pourrait, le cas échéant, mener à l’attribution d’un statut permanent de protection dans le cadre de la Loi sur le patrimoine culturel.

Riche héritage et potentiel de recherche

Marie Montpetit, députée de Crémazie (Photo: jdv P. Rachiele)

Marie Montpetit a fait valoir que le quartier possède un riche héritage historique et culturel qui nous ramène au tout début de la fondation de Montréal, héritage qu’il faut préserver.

«La préservation et la mise en valeur de ce patrimoine sont pour moi d’une grande importance, a ajouté la députée de Crémazie. C’est pourquoi il m’était primordial d’agir et d’interpeller mon collègue ministre afin de préserver le site archéologique de Fort-Lorette, un témoin du passage de la mission sulpicienne au Sault-au-Récollet. Je me réjouis du geste posé par mon collègue Luc Fortin qui permettra de protéger et de mieux connaître ce site d’importance.»

Un avis de classement sous-entend que le site est protégé pour au moins une année et que le promoteur immobilier ne peut entamer aucun travail de démolition ou de construction durant cette période, ni réclamer de permis à cet effet.

Pour sa part, le ministre Fortin a déclaré que le site présentait un potentiel de recherche considérable:

«En signant cet avis d’intention de classement en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, j’assure ainsi la protection de ce site qui possède un fort intérêt patrimonial à l’échelle nationale en raison de ses valeurs historique et archéologique. En effet, les interventions archéologiques effectuées ont permis la découverte d’une riche collection d’objets témoins associés à la mission de la Nouvelle-Lorette.  »

Plan cadastral du 12375, rue du Fort-Lorette et environs. (Source: Registre foncier du Québec).

 

Rappelons que le terrain du Fort Lorette a été vendu par les Soeurs de Miséricorde au promoteur immobilier, Antonio Rizzo, il y quelques mois. Des fouilles ont été entreprises par la suite à la demande du MCCQ.

Mobilisation de la société civile

Vincent Garneau, coprésident de la SHAC (Photo: jdv P. Rachiele)

Parallèlement aux démarches des élus, la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville (SHAC) tenait une rencontre-citoyenne dimanche 18 juin dans l’église de la Visitation, prêtée gracieusement pour l’occasion.

Plusieurs citoyens présents se sont exprimés au micro. Jacques Lebleu, membre du groupe Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MÉAC), a déclaré à la fin de son intervention:

« Veillons ensemble à ce que le terrain du 12375, rue du Fort-Lorette devienne symboliquement un fort défendant le patrimoine des Ahuntsicois!»

De façon globale, lors de cette rencontre qui réunissait une soixantaine de résidants, des élus et quelques experts, plusieurs citoyens ont insisté sur le fait qu’il n’était pas encore acquis que le lieu du Fort-Lorette passe éventuellement au domaine public et que, par conséquent, il fallait rester vigilant.

Dans un communiqué émis en fin de journée vendredi 16 juin, la Ville de Montréal déclarait pour sa part:

«La Ville de Montréal poursuit ses pourparlers avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec pour s’assurer que le terrain situé au 12375, rue du Fort-Lorette fasse l’objet de fouilles archéologiques complètes après la réalisation d’un premier inventaire archéologique concluant.»

Par ailleurs, l’assemblée générale du 31 mai dernier d’Héritage Montréal –dont la mission consiste, depuis 1975, à promouvoir et à protéger le patrimoine architectural, historique, naturel et culturel du Grand Montréal– a voté une résolution pour protéger et mettre en valeur le patrimoine du Sault-au-Récollet, notamment:

«L’Assemblée générale d’Héritage Montréal demande que: (…) 2. La Ville de Montréal procède à l’acquisition et à l’intégration au domaine public du site présumé de l’ancien Fort Lorette si les sondages archéologiques en cours en confirmaient l’importance sur des bases scientifiques reconnues.»

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone