Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

François-de-Laval: les choses ont-elles changé?

Publié le 19/10/2018
par Joran Collet

Une voiture garée à l’angle rues Viel et Bois-de-Boulogne, empêche certains piétons de traverser. (Photo: jdv J. Collet)

À la fin de la dernière année scolaire, le parent d’un élève de l’école primaire François-de-Laval avait contacté  votre média, journaldesvoisins.com, pour faire part de son inquiétude vis-à-vis de la sécurité aux abords de l’établissement scolaire de son enfant. Elle comparaît alors la situation à Kandahar. Cinq mois plus tard, journaldesvoisins.com revient sur le dossier.

Depuis, certains efforts ont été mis en place par divers acteurs de l’arrondissement pour sécuriser le secteur. Il faudra toutefois encore faire preuve de patience avant que la situation ne soit totalement réglée, plusieurs comportements délinquants se poursuivant encore aujourd’hui.

Changements et études

L’arrondissement étudie présentement son plan de déplacements pour l’ensemble du territoire de l’arrondissement. Dans le cadre de ce plan, Vélo Québec a reçu un mandat afin de sécuriser, notamment, le trajet jusqu’à cette école

«Ce mandat permettra, aux écoles comprises dans l’étude, d’obtenir, à la fin, un plan de déplacements personnalisé», affirme Isabelle Meunier, chargée de communication à l’arrondissement.

Toutefois, aucune mesure ne sera prise avant la fin de l’analyse du plan de déplacements.

De son côté, la CSDM a pris des mesures pour réduire les comportements délinquants de la part des parents. En effet, selon Alain Perron, responsable des relations de presse à la CSDM, le nœud du problème actuel réside dans les habitudes des parents.

«Nous croyons que la sécurité aux abords des écoles relève d’abord et avant tout des comportements sécuritaires adoptés par les parents qui créent l’affluence automobile», a-t-il souligné au jounaldesvoisins.com.

Pour ce faire, de nombreuses communications ont été faites avec les parents d’élèves pour s’assurer qu’ils adoptent de saines habitudes aux abords de l’école.

«L’école a transmis une lettre aux parents pour les inciter à limiter ou même éviter la circulation sur l’avenue de Bois-de-Boulogne et encourager le déplacement des élèves par la cour d’école», a souligné M. Perron.

Les parents ont aussi reçu ces consignes en personne lors de la rencontre de parents d’élèves. Selon M. Perron, du personnel de l’école ferait de la surveillance à l’entrée et à la sortie des classes.

Une pétition, lancée par la présidente de la CSDM, elle-même, Catherine Harel-Bourdon a notamment été mise en branle pour demander plus de brigadiers scolaire près des écoles.

Étonnamment, la pétition compte, pour le moment, moins d’une centaine de signatures.

Le SPVM en action

Au cours des six derniers mois, Steeve Dassylva, commandant du poste de quartier 10 (PDQ 10) du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM),  a rencontré des directeurs d’école et des responsables de l’arrondissement concernant la sécurité aux abords des écoles situées sur son territoire. Une rencontre qui a permis, selon M. Dassylva, d’élaborer un plan qu’il intitule des trois E pour éducation, «enforcement», «engineering».

Durant la première partie du plan, les policiers ont fait de la prévention auprès des élèves, mais aussi auprès des usagers de la route. Les policiers étaient jumelés avec des jeunes, et des constats factices ont été remis pour inciter les automobilistes à la prudence.

Depuis le début du mois d’octobre, les policiers mettent en application de façon rigoureuse les règlements routiers. Deux policiers «volants» seront affectés aux zones scolaires du poste de quartier 10 et la surveillance a été accrue aux heures de grand achalandage, soit le matin et le soir.

Par ailleurs, le commandant Dassylva souhaiterait que ce genre de discussions, entre différent acteurs de l’arrondissement, devienne une habitude à chaque fin d’année scolaire afin de s’assurer de répondre adéquatement aux besoins des écoles.

Délinquante qui perdure

Malgré toutes ces mesures, les mauvaises habitudes ont la vie dure.

En visite aux abords de l’école, il y a quelques jours à peine, le représentant de votre média a pu constater encore une fois de nombreuses infractions à la sortie des classes.

Certains parents continuent de garer leur véhicule devant les entrées des résidants du secteur.

Au coin des rues Bois-de-Boulogne et Viel, les quatre arrêts ne sont pas toujours respecté par les automobilistes.

Des parents continuent aussi de se stationner sur les passages pour piétons de cette intersection.

Légères améliorations?

Toutefois, un seul virage en U a été observé, alors que ce virage –dangereux pour le secteur– semblait être la norme au printemps dernier.

De plus, moins de parents traversaient la rue entre les bus ou stationnaient leur véhicule en double file pour aller chercher leur enfant. Enfin, moins de parents se garaient en double file.

Le commandant Dassylva a bon espoir que la situation s’améliore.

Sur place, il a eu l’occasion de voir de ses yeux un parent et son enfant traverser illégalement entre les bus et les voitures qui circulaient sur Bois-de-Boulogne. Avant de commencer à traverser, l’écolier a fait remarquer à son parent qu’il fallait traverser dans les zones cloutées.

«Je suis content, cela veut dire que le message de prévention fonctionne», appuie le policier.

Fait intéressant, lors de la visite du jdv sur place, malgré la pluie, le nombre de voitures empruntant la rue Bois-de-Boulogne était significativement inférieur au nombre des voitures aperçues par votre média à l’occasion des visites précédentes lors de températures plus clémentes.