Chiens nombreux

De nombreux citoyens ont récemment mentionné sur les réseaux sociaux avoir remarqué davantage d’excréments de chiens sur la voie publique, dans les rues ou en bordures des terrains d’Ahuntsic-Cartierville ces derniers temps. Une situation qui les répugne et les désole. C’est pour plusieurs un grand manque de respect et de civisme de ne pas ramasser derrière son chien.

Si certaines bêtes ont pu faire leurs besoins sans que leur propriétaire ne les ramasse avec un sac et laisse plutôt les excréments traîner sur la voie publique, d’autres chiens ont des proprios respectueux…jusqu’à un certain point. Un lecteur nous rapporte ramasser fréquemment des sacs contenant des excréments de chiens, laissés ici et là dans Ahuntsic Ouest notamment. Ce ou ces propriétaires de chiens ne se donnent pas la peine de rapporter son sac avec lui pour le mettre dans sa poubelle.

« Ça me désole de voir ça.  Un peu de souci du voisinage svp ! », implore une citoyenne.

« Ça n’a pas d’allure, des gens très irresponsables… », s’indigne une autre.

Pire cette année?

Doit-on à la pandémie de la COVID-19 le fait que davantage de personnes se sont procuré un chien et la prolifération de nouveaux maîtres ne connaissant pas les bonnes règles de savoir-vivre? C’est une possibilité. Ceci dit, la Ville de Montréal ne dispose pas de données qui permettraient de déterminer s’il y a plus de chiens en ville depuis le début de la pandémie.

« II est difficile de faire certaines corrélations entre la pandémie et la présence d’excréments de chiens laissés sur le territoire montréalais, car les plaintes sont regroupées au 311 sous la catégorie Nettoyage du domaine public et Parc propreté. Il n’est donc pas possible d’isoler cette variable », explique Mélanie Gagné, relationniste à la Ville de Montréal.

Même si cette année semble être pire que les autres en matière d’excréments non ramassés selon plusieurs résidants mécontents, Michèle Blais, chargée de communication à l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, indique que ce n’est pourtant pas le cas.

« Après vérification auprès de nos équipes, il semble que la situation portée à votre attention ne soit pas généralisée. Au contraire, le contremaître responsable de la voirie et des parcs affirme que c’est moins pire que les années passées. »

Ce serait, selon elle, plutôt l’arrivée du printemps qui fait croire que la situation est plus grave qu’elle ne l’est vraiment. La fonte des neiges fait apparaître tout d’un coup les déchets des derniers mois dissimulés sous la neige.

« Comme chaque printemps, le problème paraît plus grand que les années passées. »

La réglementation

Selon la règlementation municipale, il est interdit pour un gardien d’animal « d’omettre de nettoyer par tous les moyens appropriés tout lieu public ou privé sali par les matières fécales dudit animal et d’en disposer dans un contenant autorisé pour les rebuts ».

Seules les personnes accompagnées d’un chien d’assistance peuvent faire exception à ce règlement.

Quiconque autre se ferait prendre à ne pas ramasser les excréments de son chien pourrait en payer le prix. Mélanie Gagné de la Ville de Montréal indique qu’une « personne physique est passible d’une amende de 300 $ et une personne morale de 500 $ si elle contrevient au Règlement sur l’encadrement des animaux domestiques ».

Le prix des amendes peut être plus élevé s’il y a récidivisme.

Pour recevoir une amende, le gardien de chien délinquant doit absolument être pris sur le fait.

Initiatives de sensibilisation

La relationniste de la Ville rappelle « que la propreté du domaine public est une responsabilité partagée entre la Ville et les citoyens. La Ville et les arrondissements déploient diverses initiatives afin d’informer et sensibiliser les gardiens de chiens quant à leurs responsabilités et pour les inviter à faire preuve de civisme à l’égard de leurs concitoyennes et concitoyens. Elle compte sur la collaboration de tous afin de favoriser une cohabitation harmonieuse ».

À Ahuntsic-Cartierville, diverses initiatives sont effectivement déployées.

L’arrondissement dispose d’une équipe d’inspecteur du domaine public et d’un préposé à la patrouille canine (à temps plein durant la saison haute, soit de mai jusqu’à octobre approximativement).

Il y a aussi la patrouille animale de la Ville de Montréal qui sillonne les parcs et les rues de Montréal (dont celles d’Ahuntsic-Cartierville) pour sensibiliser la population et faire respecter la réglementation.

Sac de caca de chien laissé au parc Nicolas-Viel (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Diane Ethier
Diane Ethier(@diane-ethier)
9 Mois

Les “cacas de chien” ne sont pas les seuls saletés qui enlaidissent les rues de notre quartier. Je suis abasourdie de voir tant de masques chirurgicaux jetés n’importe où, alors que ces derniers peuvent être contaminés. Je déplore le manque de civisme des citoyens à cet égard. Et puis, il y tous les autres déchets qui traînent le long des rues et sur les terrains des propriété privées.. J’ai hâte que les cols bleus se mettent au nettoyage. Mais je ne comprend pas pourquoi tant de citoyens laissent des déchets traînés sur leurs terrains. Ce n’est tout de même pas compliqué de ramasser ces déchets. J’ai un chalet dans les Cantons de l’est et je peux certifier que dans ma municipalité tout est très propre. Que se passe-t-il avec avec les citoyens de Montréal? Comment expliquer leur laisser-aller? C’est probablement parce que notre arrondissement ne pénalise pas ces citoyens négligents.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Notre-Dame-de-la-Merci, résidence

COVID-19 : Montréal « rouge franc foncé », Ahuntsic-Cartierville encore chaud

La baisse des cas observée depuis le mois dernier se poursuit, mais…

La semencière du patrimoine

Alors que, depuis quelques semaines, plusieurs d’entre vous ont déjà mis en…
jardin communautaire bordeaux-Cartierville fourche et fourchette PR (5)

Un grand projet alimentaire s’amène dans Bordeaux-Cartierville

L’agriculture urbaine est en plein essor à Montréal, et notre arrondissement ne…

Personnes handicapées: l’accessibilité voyage à la télé grâce à une ancienne Ahuntsicoise

Bien accrochée à son fauteuil, Aube Savard s’est promenée partout, de l’Italie…