Claude Des Rosiers avec la sculpture inachevée de Marie Gérin-Lajoie (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Le sculpteur Claude Des Rosiers est à l’œuvre jusqu’aux environs du 19 septembre, tout près du pavillon d’accueil du Parcours Gouin, alors qu’il réalise une sculpture en hommage à Marie Gérin-Lajoie. 

La sculpture est née de l’initiative des sœurs de l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil, qui veulent commémorer le 50e anniversaire du décès de la fondatrice de leur communauté religieuse. La supérieure générale de l’Institut, sœur Gisèle Turcot, était sur place. 

Sœur Gisèle Turcot (Photo: Éloi Fournier – JDV)

« J’ai eu la chance de côtoyer Marie Gérin-Lajoie pendant quelques années. C’était une femme d’une grande simplicité, qui s’intéressait à la société et qui prêtait attention à l’actualité jusqu’à son décès. Elle était en admiration devant René Lévesque quand il animait Point de mire, car il savait comment transmettre ses connaissances aux gens », raconte sœur Gisèle. 

Marie Gérin-Lajoie a notamment été la première femme bachelière d’une institution francophone au Québec et elle a dédié sa vie à l’action sociale. L’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil a d’ailleurs été fondé afin d’offrir du soutien aux laïcs dans les quartiers populaires. 

Une institution basée à Ahuntsic

Bien que l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil ait été basé au coin de la rue Marquette et du boulevard Saint-Joseph lors de sa fondation en 1923, la maison-mère a déménagé ses pénates dans Ahuntsic en 1956. Auparavant, les sœurs possédaient un terrain allant du boulevard Gouin jusqu’à la rivière des Prairies, près de la rue Basile-Routhier. 

« Nous avons acquis le terrain en 1941 pour pouvoir y héberger nos sœurs plus âgées. C’était un très grand terrain! On venait souvent se promener au bord de la rivière », se remémore sœur Gisèle, qui est entrée à l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil en 1958. 

La Ville de Montréal a acheté une bonne partie du terrain par la suite afin d’en faire le parc Basile-Routhier, tel qu’on le connaît aujourd’hui. 

Respecter la volonté des sœurs

Le sculpteur sur pierre Claude Des Rosiers n’a pas hésité longtemps avant d’accepter l’offre des Sœurs du Bon Conseil. Bien qu’il habite aujourd’hui dans un petit village en Mauricie, M. Des Rosiers a grandi dans Ahuntsic. Comme la pierre qu’il travaille pèse plus de deux tonnes, M. Des Rosiers travaille directement sur le site où la sculpture sera érigée en permanence. 

« Les gens viennent me voir pour me demander ce que je sculpte. Quand j’ai l’énergie, je leur raconte l’histoire de Marie Gérin-Lajoie… et quand je n’ai pas l’énergie, je les envoie voir le panneau! » explique le sculpteur. 

L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, l’Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil et Claude Des Rosiers ont discuté à quelques reprises de l’allure générale qu’aurait la sculpture, mais le mot final revient à l’artiste, car celui-ci doit s’adapter à la pierre, un mastodonte de calcaire provenant de Saint-Marc-des-Carrières. 

Du côté de l’arrondissement, il était important de rendre cet hommage aux Sœurs du Bon Conseil en raison de ce qu’elles ont apporté à la communauté. De plus, l’érection de cette statue contribue au développement d’un quartier culturel près du parc Maurice-Richard, comme la zone contient plusieurs affiches explicatives au sujet du passé du secteur. 

Une des affiches explicatives du Parcours Gouin met Marie Gérin-Lajoie et sa mère, Marie Lacoste Gérin-Lajoie, à l’avant-plan (Photo: Éloi Fournier – JDV)

« La réalisation de la sculpture devant public contribue à une meilleure appropriation citoyenne », souligne Isabelle Pilon, chef de division culture et bibliothèque à l’arrondissement. 

Même si M. Des Rosiers termine son œuvre dans quelques semaines, ce n’est peut-être pas la dernière fois que nous entendrons parler de lui. Le sculpteur a mentionné qu’il aimerait beaucoup réaliser une statue de Maurice Richard… C’est à suivre! 

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Gisèle Turcot
Gisèle Turcot
1 Mois

Merci de faire connaître le sculpteur et l’oeuvre de Marie Gérin-Lajoie, un femme de chez nous dont nous sommes fières.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

En cette journée internationale des bénévoles, faites connaissance avec les nôtres!

Dans le cadre de la Journée internationale des bénévoles, Journaldesvoisins.com est fier…

Le mag de l’été se jette à l’eau!

Le mag papier du JDV, numéro d’été, est présentement en distribution sur…

Les commerçants restent positifs malgré la pandémie

Avec le temps des fêtes qui arrive et les nouvelles mesures sanitaires…

Le coin des commerçants – Semaine du 4 mars 2021

SDC Quartier Fleury Ouest Se sucrer le bec sur FLO! La Cabane…