Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Des ratés en 2017...

Inondations: Nathalie Goulet se veut rassurante

Publié le 20/02/2018
par Alain Martineau

Barrage « Water-gate » au bout de la rue Notre-Dame-des-anges, lors des inondations de 2017 (Photo: archives jdv)

La responsable de la Sécurité publique à la Ville de Montréal, Nathalie Goulet, s’est montrée rassurante envers certains résidants de Cartierville qui s’interrogent si jamais survenait un autre épisode de débordement de la rivière des Prairies, comme celui survenu au printemps dernier.

Mme Goulet, aussi conseillère de ville dans le district Ahuntsic, a indiqué aux deux citoyens ayant pris le micro lors du dernier conseil d’arrondissement, le 12 février, que la Ville est à l’œuvre pour donner suite aux recommandations du Rapport d’événement et de rétroaction sur les inondations produit par la Direction de la sécurité civile de Montréal.

Cette intervention tombe à point nommé avec la hausse des températures, cette semaine, et la pluie des derniers jours, ce qui fait en sorte que des rivières sont sous surveillance.

Lors du dernier conseil d’arrondissement, deux citoyens de Cartierville ont déploré, notamment, le manque de formation des cols bleus qui sont intervenus lors des inondations du printemps dernier.

Citoyens inquiets et formation déficiente

« Il faut s’assurer d’une meilleure formation des employés qui interviennent. Il faut qu’ils sachent installer correctement les pompes et s’assurer qu’ils puissent y avoir accès sans problèmes, utilisant des échasses s’il le faut », a ironisé Hugo Charbonneau  qui habite sur une rue dont les résidences ont été sérieusement touchées par les inondations.

Noël 2018 sur Fleury Ouest

Publicité

Un autre résidant de Cartierville, Samem Thome, a pour sa part déploré que les cols bleus s’étaient pointés l’an dernier sans bottes de caoutchouc ou imperméables. M. Thome a affirmé avoir lui-même conseillé aux cols blues comment installer le barrage en toile Water-Gate après avoir fait une recherche sur YouTube (NDLR: Voir notre photo plus haut. Water-Gate est une toile de polymère qui a pour but d’arrêter l’eau. L’eau entre dans les alvéoles de la barrière. Cette dernière se déploie automatiquement, affirme l’entreprise de Victoriaville).

Selon le directeur des Travaux publics de l’arrondissement,  Dominique Paquin:

« Il n’est pas sûr que ceux qui sont intervenus l’an dernier étaient de l’arrondissement. Nous étions en monde urgence avec la cote ‘’crue de plus 100 ans ‘’ (NDLR: donc un événement vraiment hors de l’ordinaire) et cette année nous travaillerons avec un plan d’intervention bonifié. Outre l’installation d’un barrage sur la rue Notre-Dame-des-Anges, nos sacs de sable sont prêts et nous assumons une surveillance des débits d’eau depuis le barrage Carillon », a-t-il précisé.

Des ouvrages de retenues d’eau font partie des mesures à prendre pour tenter d’éviter un autre mai 2017 sur des rues situées à l’ouest du pont Lachapelle.

Alors dans l’opposition, l’actuelle mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier, avait été critique des opérations de la Ville sur le terrain le printemps dernier

« Je suis allée sur place et j’ai constaté le désarroi des familles aux prises avec les inondations. Les gens attendaient de l’aide. Ceux qui se sont le mieux tirés d’affaires étaient ceux qui par eux-mêmes ont installé des sacs de sable. Souvent, les interventions des autorités ont eu lieu après-coup », a-t-elle déploré. Il y a eu un sérieux manque de communications (entre les intervenants et envers les sinistrés), ce qu’elle a rappelé mardi dernier.

Des dizaines de résidants de Cartierville, localisés sur des rues situées à l’ouest du pont Lachapelle, ont été affectés. Certains ont dû séjourner à l’hôtel. Des résidences ont aussi été lourdement endommagées.

Inondations exceptionnelles

Le Rapport d’événement et de rétroaction sur les inondations produit par la Direction de la sécurité civile de Montréal avait été déposé à la suite de l’état d’urgence décrété l’an dernier lors des inondations jugées «exceptionnelles».

Les 46 recommandations, contenues dans un document de 55 pages déposé en décembre dernier à l’Hôtel de ville, visent à améliorer l’état de préparation «de façon globale» de l’agglomération de Montréal et à la rendre plus résiliente. Il est question d’ajustements en prévention, en préparation, en intervention et en rétablissement. Cela touche le fonctionnement de plusieurs services de la Ville.

Le but est de «faciliter la gestion d’une prochaine mesure d’urgence de l’ampleur des inondations que nous avons connues», affirme le rapport, qui fait suite à celui produit cette fois par la Commission sur l’aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), en septembre dernier.

On y retrouve les données lors de la crue des eaux du printemps dernier en les comparants aux cotes de crues en vigueur.

Déjà à l’automne, le comité exécutif de la CMM avait donné le feu vert à une série d’actions à mettre en place pour mieux gérer les risques d’inondation.

Le rapport final de la commission sur l’aménagement, attendu ce printemps, formulera des recommandations quant à l’adaptation des outils d’aménagement et des règles applicables en matière de construction et de reconstruction de bâtiments et d’infrastructures en plaine inondable.

Séance publique bientôt

⌈Mise à jour: 2018 03 08, 21 h 14 ⌋

Quoi qu’il en soit, comme a précisé récemment Mme Goulet, une séance publique itinérante de la Commission de la Sécurité publique de Montréal se tiendra mardi 20 mars 2018, 19 h 30, au Centre culturel de Pierrefonds, 13850, boulevard Gouin Ouest.

Une campagne de communication destinée aux résidants et sinistrés de l’an dernier est également projetée.

Pour consulter le Rapport d’événement et de rétroaction sur les inondations produit par la Direction de la sécurité civile de Montréal, cliquez ici.