Mélanie Joly au local électoral lors de la soirée des élections (Photo : jdv - Philippe Rachiele)
Mélanie Joly au local électoral lors de la soirée des élections (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Mélanie Joly, candidate du Parti libéral du Canada (PLC) dans la  circonscription d’Ahuntsic-Cartierville, a été réélue, mais la dynamique politique sera différente pour elle et ses collègues avec l’élection d’un gouvernement libéral minoritaire, qui souvent signifie un retour aux urnes dans environ deux ans.

Le Bloc québécois (BQ) a terminé deuxième en augmentant de près de 10 points le score  enregistré à l’élection d’il y a quatre ans, et peut parler de «victoire morale».

Le Nouveau parti démocratique (NPD) a glissé de la deuxième à la troisième place alors que les autres candidats se sont retrouvés avec moins de 10% des suffrages.

Dans Bourassa, aucune surprise, le libéral Emmanuel Dubourg a été facilement réélu avec 58% des suffrages. Le Bloc québécois termine deuxième avec 22% des voix, le Nouveau parti démocratique et le Parti conservateur suivant loin derrière.

Victoire moins facile

Dans Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly a obtenu l’appui d’environ 53% des électeurs du nord-ouest de la Ville de Montréal, six points de pourcentage de plus que le score qu’elle  avait enregistré lors de sa première élection en 2015 (près de 47%).

En entrevue depuis le local des libéraux sur Fleury Est, Mme Joly a reconnu toutefois qu’elle sera en mode «apprentissage» avec l’élection d’un gouvernement qui ne sera pas majoritaire.

« Nous prenons acte du résultat de lundi soir. On ne  prend rien pour acquis et on va travailler en équipe. C’est une première pour moi de travailler au sein d’un gouvernement minoritaire. Mais l’important est d’avoir une voix forte au gouvernement », a-t-elle indiqué d’entrée de jeu alors qu’une soixantaine de militants se trouvaient au local de circonscription.

Pour Ahuntsic-Cartierville, la ministre libérale s’est dite fort heureuse d’avoir accru sa majorité.

« Le plus important pour moi, c’est d’être la députée avant tout. Je suis  contente de voir une hausse de ma majorité. On a pu créer une organisation forte avec 400 bénévoles. Nous avons pu rejoindre 63 000 personnes par le porte-à-porte ou des appels. On a été capable de créer le phénomène Ahuntsic-Cartierville », a-t-elle mentionné.

Mme Joly estime cependant que même si elle a bien travaillé depuis quatre ans, il y a encore du travail à faire.

« Nos décisions ont eu un impact, prenez l’arrivée des premiers réfugiés syriens à l’aéroport Montréal-Trudeau;  [puis] 12 000 familles d’ici ont une hausse importante de l’allocation familiale pour enfant: tout ça a un impact. Je suis contente d’avoir gagné leur confiance. Mais on comprend qu’il faut faire davantage. »

Dans l’île de Montréal, les libéraux fédéraux partent depuis belle lurette avec une base solide, avec l’appui d’une majorité des membres des communautés culturelles (environ 40% dans Ahuntsic-Cartierville).

Mme Joly s’est retrouvée au Tourisme, à la Francophonie et aux Langues officielles après un séjour au Patrimoine canadien.

Reste à voir quel mandat lui sera confié, elle qui a aussi été appelée à déserter sa circonscription pour aller donner un coup de pouce à d’autres candidats libéraux en région durant la campagne de 40 jours.

Mélanie Joly s’est engagée à tout faire pour un meilleur lien entre la gare Du Ruisseau et la station de métro Côte Vertu (prolongement du métro) ; poursuivre de diverses façons le développement dans Chabanel;  ou d’aider à faire du site Louvain un succès.

Bloc, deuxième

André Parizeau et des bénévoles au local électoral du Bloc lors de la soirée des élections (Photo : jdv - Philippe Rachiele)
André Parizeau et des bénévoles au local électoral du Bloc lors de la soirée des élections (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le Bloc québécois, qui avait dû se contenter d’une troisième place il y a quatre ans (un peu plus de 13% des suffrages), s’est retrouvé en deuxième place. André Parizeau aura atteint le plateau des 21 %.

« Je suis fier de ce que j’ai fait et ce n’est que partie remise », a-t-il mentionné en entrevue, tard lundi soir,  en signe d’avertissement «pour une prochaine fois».

Parizeau a dit trouver «un peu triste» de voir que l’île de Montréal et Laval ont voté de façon différente du reste du Québec, mais heureux de voir une trentaine de ses collègue élus (dont un seul dans l’île).

« Ce qui est impossible un jour peut devenir réalisable plus tard, voyez avec le Bloc. On le disait mort il y a peu de temps, qu’il n’avait aucune chance. Et il y a eu une vague que l’on  aurait aimé qu’elle traverse Montréal. Mais je suis content d’avoir convaincu en partie des membres de la communauté haïtienne à voter Bloc», a-t-il affirmé.

André Parizeau se dit prêt à un éventuel match revanche qui pourrait venir dans deux ans, selon la tendance de durée de vie d’un gouvernement minoritaire.

« Je conserve mes pancartes électorales. J’ai vu pendant cette campagne un vent de fierté inoubliable », a-t-il conclu, ne regrettant pas du tout de s’être lancé en campagne.

NPD-Recul

Zahia El-Masri et des bénévoles au local électoral lors de la soirée des élections (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le NPD, qui avait terminé deuxième avec 30% des voix à la dernière fédérale dans Ahuntsic-Cartierville, doit cette fois-ci se contenter d’une troisième place avec environ 12% du vote populaire.

Zahia El-Masri, réfugiée palestinienne ayant vécu avec sa famille au Liban avant de s’établir au Québec, était contente du travail accompli.

« Le mot “décevant” ne rentre pas dans mes calculs, a indiqué Mme El-Masri, J’ai 50 personnes qui travaillaient pour moi à mon local. Pour moi, c’est plus un début de changement », en se disant ‘’intéressée’’ à se représenter à la prochaine élection. « Sur le terrain, on a parlé à  des milliers de personnes, on a besoin de voir encore plus de gens;  le NPD dans Ahuntsic-Cartierville a été à la hauteur ».

Pour elle, le comté pourrait basculer au prochain scrutin.

« Il  faut travailler plus fort, parler à plus de gens et les convaincre. Il ne faut pas voter par peur,  faut contrer ça », a-t-elle averti.

Verts

Du côté des Verts, Jean-Michel Lavarenne, n’a recueilli que 6 % voix, mais il a triplé le score obtenu par le candidat vert Gilles Mercier en 2015.

Certains ont cru un moment que le succès de la manifestation pour le climat qui attiré environ 500 000 personnes à la fin septembre à Montréal aurait pu donner un élan au Parti vert.

Mais plusieurs analystes ont noté la faible performance de sa cheffe Elizabeth May, qui pourrait fort bien quitter ses fonctions.

Conservateurs

Pour les conservateurs, Kathy Laframboise a obtenu en gros le même score que le candidat précédent (il n’avait eu que 7,29% des votes en 2015).

L’économiste du milieu du travail et experte en développement nordique avait plaidé pour que les gens aient plus d’argent dans leur portefeuille. Mais elle a été absente des débats.

Enfin, Raymond Ayas, du Parti conservateur populaire et qui habite l’ouest de la circonscription, doit se contenter d’un maigre 1% des votes.

 Tableaux statistiques pour Ahuntsic-Cartierville 

1. Résultats 2019

Nom du candidatParti politiqueNombre de votesPourcentage de votes
Mélanie JolyParti libéral2856052.74
André ParizeauBloc Québecois1163521.49
Raymond AyasParti populaire du Canada5791.07
Jean-Michel LaverenneParti Vert32566.40
Zahia El-MasriNPD614811.35
Kathy LaframboiseParti conservateur39747.34

2. Comparatif des résultats de 2015 et 2019

Parti politiqueRésultats 2015 (en %)Résultats 2019 (en %)
Parti conservateur7.297.34
Bloc Québecois13.2221.49
Parti Libéral46.8452.74
NPD30.0311.35
Parti Vert2.116.0
Parti PopulaireAbsent1.07
Parti Rhinocéros0.51Absent

Notez que la circonscription Ahuntsic-Cartierville existe sous ce nom depuis 2015 et que ses frontières avaient été modifiées avant les élections fédérales de 2015 pour exclure le Sault-au-Récollet et inclure une partie de la circonscription de Saint-Laurent.

Avec la collaboration de Joran Collet (pour les tableaux) et de Philippe Rachiele (pour les photos).

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Ancien concierge ayant travaillé au Mont Saint-Louis emprisonné à vie

Le Canadien d’origine tunisienne qui devra passer le reste de ses jours…

Site Louvain Est : réflexion préparatoire

Il n’y a toujours aucune information concrète sur les potentiels appels d’offres,…

Pour finir l’année en beauté…rions un peu! (2)

Lettres ouvertes – Semaine du 14 février 2020

Déménagement du centre de contrôle ferroviaire du Canadien National qui va quitter…