Le Pont de l’Île-de-la-Visitation est très populaire auprès des adeptes de ski de fond. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

Ce vendredi, comme tous les 22 avril depuis 1970, est connu comme le Jour de la Terre. Il s’agit d’une journée consacrée à la prise de conscience environnementale partout dans le monde. Journaldesvoisins.com vous propose à cette occasion un tour d’horizon des initiatives citoyennes en faveur de l’environnement au sein d’Ahuntsic-Cartierville.

Le Jour de la Terre est l’occasion pour les citoyens et les collectifs qui agissent en faveur de l’environnement de faire entendre et partager leurs initiatives, leurs connaissances et leurs pratiques durables afin de limiter l’impact de l’être humain sur la planète.

Au sein de l’arrondissement, de nombreux organismes citoyens s’organisent actuellement pour orienter les politiques publiques et accompagner les résidants vers des comportements éco-responsables. Par le passé, le parc Ahuntsic, le Bois-de-Saraguay, ou encore le parc de l’Île-de-la-Visitation ont aussi été des territoires de luttes citoyennes afin de préserver ces espaces verts de projets immobiliers.

Le Jour de la Terre représente l’occasion de faire un bilan sur le travail accompli par des citoyens engagés et les initiatives actuelles et à venir.

Chantier de transition socio-écologique

À l’occasion des activités pour le Jour de la Terre organisées par la Promenade Fleury ce samedi 23 avril, le groupe Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC) va annoncer sa participation à un projet de mise en relation de différents collectifs de l’arrondissement qui portent des valeurs écologistes.

« Nous allons annoncer la création du chantier de transition socio-écologique d’Ahuntsic-Cartierville, déclare Jacques Lebleu, porte-parole du groupe. Il s’agit d’un projet réalisé communément avec Solidarité Ahuntsic, Solon et Ville en vert. Tout cela s’est fait en relation avec le Front commun pour la transition énergétique (FCTE) qui vise à la création de collectivités décarbonisées. C’est une démarche que l’on mène depuis près d’un an et c’est une première : la jonction entre les concertations de problématiques sociales et celles traitant des enjeux environnementaux. »

Après deux ans de restrictions en raison de la pandémie, Jacques Lebleu considère qu’un « espace citoyen est à rebâtir ». Cependant, l’activiste croit en la sensibilité environnementale des citoyens de l’arrondissement.

« Je pense que les résidants se sentent concernés par les enjeux environnementaux. Le choix des élus locaux en est la preuve et puis on voit d’autres groupes qui portent des valeurs similaires aux nôtres émerger comme l’organisme Solon ou l’Association mobilité active d’Ahuntsic-Cartierville (AMAAC). »

Multiplication des initiatives

Depuis une dizaine d’années, de nombreux collectifs et projets citoyens écologistes ont vu le jour au cœur d’Ahuntsic-Cartierville.

Dans la gestion verte des déchets, on peut citer l’exemple de Verrecycle, une initiative citoyenne qui permet depuis fin 2020 une meilleure récupération des bouteilles et contenants en verre pour améliorer leur recyclage. Le projet a permis l’installation de deux points de dépôt et la collecte de 400 tonnes de déchets en verre en 2021. Ces résultats ont poussé l’arrondissement à reconduire le projet en 2022.

Changement de conteneur de verre au Marché central. (Photo: François Robert-Durand)

Sur le volet de la mobilité, deux organismes cohabitent sur le territoire de l’arrondissement : Ahuncycle, créé en 2014 et la toute récente AMAAC, créée en août 2021. Le porte-parole du premier groupe, Frédéric Bataille, explique son engagement par sa volonté de démocratiser le déplacement à vélo au sein de l’arrondissement, par tous les temps et de manière sécuritaire :

« Le vélo, c’est bon pour la santé, pour l’environnement et pour le portefeuille. Le seul frein à l’utilisation du vélo c’est la peur de partager la route avec les autres véhicules. Et puis se déplacer à vélo est plus accessible qu’on ne le croit. Il n’y a pas de mauvais temps, seulement des mauvais équipements ! »

Le porte-parole est fier de l’implantation de pistes cyclables sur les rues Prieur et Sauriol, qui auraient permis à de nouvelles personnes qui n’osaient pas le faire avant de se déplacer à vélo.

Luttes passées

Si les problématiques environnementales font aujourd’hui régulièrement la une des médias, ce n’était pas le cas dans les années 1970 et 1980. Pourtant, la résistance de citoyens engagés face à des promoteurs immobiliers a permis la préservation, voire le développement et l’amélioration, d’espaces verts dont bénéficient encore aujourd’hui les résidants du territoire de l’arrondissement.

À la fin des années 1970, des mobilisations citoyennes sont à l’origine de la création des parcs-nature de l’Île-de-la-Visitation et du Bois-de-Saraguay. Deux militantes se confiaient à ce sujet au JDV en 2020.

C’est également le cas du parc Ahuntsic, dont l’histoire avait été précédemment racontée par le Journal. Pierre Lachapelle, conseiller municipal en 1986, a mené un combat en interne appuyé par les citoyens, afin d’empêcher un autre projet immobilier de gruger une partie du parc Ahuntsic tel qu’on le connaît aujourd’hui.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Haroun Bouazzi représentera QS à Ahuntsic

Ce sera Haroun Bouazzi qui portera les couleurs de Québec solidaire dans…

Éditorial – Réapprendre à vivre ensemble

L’année 2022 commence à peine. Peut-on dire que le monde revient progressivement…

Déneigement dans Ahuntsic-Cartierville: bilan tous azimut

L’hiver est-il derrière nous? En tout cas, les grosses bordées de neige…

Lettres ouvertes – Semaine du 5 novembre 2021

Que vaut un arbre à Montréal? En 2017, j’ai fait une requête…