La Journée mondiale du tricot au Parc des Hirondelles (Photo: Françoise Cardinal, Cercle des fermières d’Ahuntsic)

La Journée mondiale du tricot, le 8 juin, a été l’occasion pour le Journal des voisins de rencontrer quelques membres du Cercle des fermières d’Ahuntsic  devant leur «maison» située au Parc des Hirondelles.

Quelques-unes des tricoteuses du Cercle des fermières. (Photo : JDV/Marie-Hélène Paradis)

Une journée mondiale du tricot se tient tous les ans, le deuxième samedi de juin, dans plusieurs villes du Canada aussi bien qu’à travers le monde. Les chercheurs ont découvert des traces d’objets tricotés en Égypte à la fin du Xe siècle, mais l’invention du tricot est probablement bien antérieure à cette date. Le tricot fait partie de nos vies depuis toujours, peu importe le pays qu’on habite, il y a partout une tradition du tricot.

Le tricot au goût du jour

Cultiver son jardin, fabriquer ses vêtements, recycler les objets, redonner une nouvelle vie aux meubles et tricoter sont autant d’activités qui marquent un retour à la valeur du travail fait main. Les jeunes s’intéressent de plus en plus à faire les choses eux-mêmes y compris tricoter. Le tricot n’est donc plus une affaire de grand-mère!

Le Cercle des fermières

Nous connaissons tous le Cercle des fermières, mais savons-nous vraiment ce que ces femmes font et pourquoi elles le font? Laissons les préjugés de côté et intéressons-nous à leurs activités et aux œuvres humanitaires qu’elles soutiennent.

L’arrondissement d’Ahuntsic fait partie, depuis 1975, du regroupement bien connu du Cercle des fermières. Ce sont 600 cercles répartis à travers la province, 30 000 membres qui, par leurs actions, contribuent à l’amélioration des conditions de vie des femmes et de leurs familles.

La mission que cet organisme sans but lucratif s’est donnée depuis plus de 100 ans est de valoriser, promouvoir et transmettre un savoir-faire et des techniques artisanales ancestrales. Ces femmes se rencontrent régulièrement pour faire des activités, assister à des conférences, des ateliers pour se perfectionner ou apprendre de nouvelles techniques, mais aussi pour créer des liens, cultiver des amitiés et stimuler leur créativité.

Le Cercle des fermières d’Ahuntsic

Lucie Pelchat, secrétaire sortante du cercle d’Ahuntsic, m’a fait visiter la maison du Parc des Hirondelles, prêtée par la ville et m’a initiée aux activités du Cercle des fermières d’Ahuntsic. Les 66 membres ont un accès exclusif à cette maison pour y exercer leur créativité.

La bibliothèque du Cercle des fermières d’Ahuntsic. (Photo : JDV/Marie-Hélène Paradis)

Une grande variété d’activités se déroulent entre ces murs. Cela va du tricot évidemment, au club de lecture, car on y retrouve une bibliothèque remplie de livres apportés par les membres et qu’elles peuvent emprunter à leur guise. La couture est aussi à l’horaire, tous les mercredis dans une salle équipée de 4 machines à coudre, 2 surjeteuses, des planches à repasser et tout ce qu’il faut pour coudre des projets personnels ou des projets pour le cercle. À l’étage, il y a 2 salles avec 17 métiers à tisser pour des projets communs et personnels. Des ateliers et des conférences sont régulièrement donnés.

Les activités publiques

Le cercle accueille les résidents du quartier lors de l’expo-vente annuelle, des objets que les fermières ont faits sont mis en vente pour une activité d’autofinancement. Un marché de Noël de Saints-Martyrs-Canadiens permet aux citoyens de se procurer les créations de ces femmes. Le Cercle participe aussi aux Journées de la culture en ouvrant ses portes aux citoyens et en offrant des ateliers de démonstration.

Quelques-uns des métiers à tisser du Cercle des fermières d’Ahuntsic. (Photo : JDV/Marie-Hélène Paradis)

Trois organismes d’Ahuntsic, Pause Famille, L’Arrêt-Source et Transit 24, ont le privilège de recevoir des créations des fermières pour agrémenter leur vie quotidienne. D’ici peu, ces organismes recevront plus de 400 objets cousus, tricotés ou tissés par les membres depuis le début de l’année.

Une belle rencontre

Cette journée m’aura permis de rencontrer des femmes passionnées, allumées et accueillantes qui se rencontrent pour créer des liens, entretenir des amitiés et pratiquer leur art.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Placette rue du Fort-Lorette

Inauguration de la placette de la rue du Fort-Lorette

À cet endroit se trouvait un amas de roches grises derrière une…
Place Fort-Lorette

Une place au bout de la rue du Fort-Lorette

Hydro-Québec a lancé la réalisation de la place éphémère au bout de…

La clôture du parc Nicolas-Viel partiellement réparée huit ans plus tard

La clôture du parc Nicolas-Viel vient d’être partiellement réparée… huit ans après…
Travaux

Sortir du labyrinthe des cônes orange

L’été, c’est aussi la saison des travaux. Ceux-ci génèrent des entraves des…