Anne Elizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe et fille de Jean Lapointe. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

D’ici deux ans, si tout se passe comme prévu, la Maison Jean Lapointe aura son siège à Ahuntsic. L’organisme vient d’acquérir l’immeuble de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil. Il servira à l’hébergement et au traitement de personnes souffrant de dépendances.

Anne Elizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean Lapointe, organisme créé par son père, a dévoilé la grande nouvelle dans le jardin de l’Institut ce jeudi 15 juin.

«La Maison Jean Lapointe, en collaboration avec les Sœurs du Bon-Conseil, annonce aujourd’hui qu’elle fait officiellement l’acquisition du bâtiment de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. Le bâtiment actuel de la Maison Jean Lapointe, dans le Vieux-Montréal, où nous offrons nos services depuis plus de 40 ans, sera bientôt mis en vente», a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à laquelle a assisté le Journal des voisins (JDV).

Institut Notre-Dame du Bon-Conseil. (Photo: courtoisie MJL).

Datant de 1953, le couvent situé aux 665 et 649, boulevard Gouin Est, ne subira pas de transformations extérieures. Seules les chambres seront adaptées. Deux jardins verdis seront également aménagés sur l’emplacement de deux espaces de stationnement, a appris le JDV. Une quarantaine de personnes pourront y être logées.

Avec cette nouvelle acquisition, la Maison Jean Lapointe veut aussi faire évoluer et diversifier ses services.

Sœur Angèle reste

Alors que le bruit courait que la Communauté des Sœurs du Bon-Conseil allait vendre la propriété, Sœur Angèle, figure connue notamment pour ses conseils gastronomiques dans tout le Québec, s’était interrogée sur son sort. Elle habite depuis 2008 la vieille maison de ferme dite Maison Boucher, datant de 1860, qui fait partie de la propriété de la communauté religieuse.

Sœur Angèle devant l’immeuble de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Sœur Angèle s’était confiée à la journaliste Michèle Lemieux dans le magazine 7 jours. Elle se demandait si elle allait devoir déménager. Finalement la direction de la Maison Jean Lapointe a décidé de la maintenir dans les lieux pour autant de temps qu’elle le désire. «La décision a été prise récemment», a déclaré Sœur Angèle au Journal des voisins. C’est là où elle concocte ses recettes, organise ses multiples activités et reçoit ses nombreux admirateurs.

«Pour les gens, c’est comme un rendez-vous», a convenu Sœur Angèle. Devant l’assistance, elle a souligné qu’elle n’était pas prête non plus à aller dans une résidence pour personnes âgées. Les autres religieuses qui habitent le couvent déménageront en septembre. Elles seront 24 sur 30 à se rendre à la résidence Les Pionnières qui se trouve à Saint-Laurent et où résident déjà des consœurs de sept autres communautés religieuses, a appris le JDV.

Les archives importantes de la communauté devront être ultimement transférées au nouveau centre des archives religieuses et du patrimoine du Grand Montréal qui sera situé dans le Vieux-Longueuil.

«Dans nos plans de réaménagement, on conserve le même nombre de lits, a mentionné Mme Lapointe. On veut être en mesure d’aider plus de jeunes. C’est à l’extérieur du bâtiment, où on veut être capable d’aider plus de familles et éventuellement mener des projets qui ne touchent pas nécessairement le traitement directement. C’est plus de la réinsertion ou de l’accompagnement. C’est pour cela qu’on veut plus d’espace pour avoir plus de moyens de travailler.»

Une vingtaine de personnes assistent à l’annonce du déménagement de la Maison Jean Lapointe dans l’immeuble de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal, le 15 juin 2023. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Dans la sérénité

Cette vente est saluée par les élus de l’arrondissement. Le changement de vocation et de mission de l’édifice n’aura pas d’effets sur la quiétude des lieux.

«Quand l’édifice et le terrain ont été mis en vente, on avoue qu’on a eu un peu peur», a confié Emilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, à l’assistance.

Elle a tenu à remercier les sœurs qui, selon elle, avaient les mêmes objectifs.

Sœur Gisèle Turcot, supérieure générale de la Communauté des Sœurs du Bon-Conseil, a expliqué que la vente de leur bâtiment a été décidée quand les religieuses ont vu qu’il devenait trop grand pour leurs besoins et activités. Toutefois, la vente ne pouvait pas selon elle se faire à n’importe quelles conditions. Elles souhaitaient vendre à un organisme capable de maintenir le bâtiment dans le même esprit que la communauté religieuse fondée il y a 100 ans par Marie Gérin-Lajoie.

Sœur Gisèle Turcot, supérieure générale de la Communauté des Sœurs du Bon-Conseil (à droite), et Anne Elizabeth Lapointe (à gauche). (Photo: François Robert-Durand, JDV)

«Nous avons prié pour trouver un organisme à vocation sociale», a-t-elle admis. Les religieuses voulaient aussi trouver un nouvel acquéreur qui respecte l’environnement.

La propriété de plus de 10 000 mètres carrés est à proximité de la station de métro Henri-Bourassa et à un jet de pierre du bord de l’eau. Jouxtant le pavillon du Parcours Gouin, l’Institut aurait pu intéresser n’importe quel promoteur immobilier.

«Imaginez, dans un contexte domiciliaire, si nous étions obligés de vendre à un organisme qui aurait bâti en hauteur, ou qui aurait peut être démoli. Nous ne voulions pas être obligés de faire face à cela», confiait Sœur Gisèle Turcot.

Acceptabilité sociale

La nécessité d’être en phase avec le voisinage fait aussi partie des préoccupations des dirigeants de la Maison Jean Lapointe.

«Nous avons vraiment l’intention de respecter la quiétude des lieux, a assuré Anne Élizabeth Lapointe. Nous avons déjà eu l’opportunité avec Jean-Marie [Lapointe, frère d’Anne Elizabeth], accompagnés de sœur Gisèle et de sœur Sylvie, de faire du porte-à-porte, de rencontrer quelques voisins et voisines. Nous avons vu que les gens étaient très heureux de savoir que c’est la Maison Jean Lapointe qui s’installait.»

De gauche à droite: Rodrigue Paré, ancien client et président de la Maison Jean Lapointe, Anne Elizabeth Lapointe, fille de Jean Lapointe et directrice générale, et Jean-Marie Lapointe, fils de Jean Lapointe, devant l’immeuble de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

Des citoyens ont effectivement exprimé leurs inquiétudes, notamment lors de la séance de consultation publique du 14 juin – durant laquelle le JDV était présent –, tenue dans le cadre du processus de changement d’usage du bâtiment.

Trois résidents des environs s’étaient présentés au micro pour demander quelles étaient les répercussions sur le voisinage une fois que sera ouvert le centre de réadaptation pour des personnes souffrant de toxicomanie ou de dépendances.

«Les préoccupations des gens ont été répondues en amont, donc pour ma collègue, Nathalie Goulet [conseillère de la Ville, Ahuntsic] et moi-même, j’oserais dire qu’on ne pouvait rêver mieux comme occupation pour remplacer un couvent. Parce que c’est sûr, vous le savez, les gens ont déménagé là parce que des sœurs, c’est tranquille», a relevé Mme Thuillier.

Les gens qui bénéficient des services de la Maison Jean Lapointe sont souvent des citoyens de toutes conditions, aux prises avec des dépendances. De plus, les services sont payants.

L’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil, sur le boulevard Gouin. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

La Maison Jean Lapointe est un organisme sans but lucratif fondé il y a 41 ans par le comédien, humoriste, chanteur, sénateur et mécène Jean Lapointe, décédé en novembre 2022.

L’organisme a pour mission d’aider par le traitement, la prévention, le soutien et le partage des connaissances en matière de substances et de dépendances. Au moins 40 000 personnes ont reçu l’aide de la Maison, et plus de 1 million de jeunes ont été sensibilisés aux risques liés à la consommation de toutes substances.

Pour toutes questions relatives aux améliorations et rénovations à venir sur le bâtiment, les résident-e-s du quartier peuvent communiquer en tout temps avec la Maison Jean Lapointe à: projetspecial@maisonjeanlapointe.org.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Real-Maurice eauregard
Real-Maurice eauregard
11 Mois

Quel heureux événement que cette transition faite de la Communauté ,L’institut Notre-Dame du Bon Conseil à la Maison Jean Lapointe .
On en assure ainsi une pérennité de haute qualité dans le respect de l’environnement et des gens su quartier ,
Felicitations!

Vous pourriez aussi aimer ces articles

La clôture du parc Nicolas-Viel partiellement réparée huit ans plus tard

La clôture du parc Nicolas-Viel vient d’être partiellement réparée… huit ans après…

Le Centre culturel et communautaire de Cartierville ouvre sa cuisine

Le Centre culturel et communautaire de Cartierville, aussi appelé 4C, inaugurait officiellement…

Grève au collège Regina Assumpta : des négociations au point mort

Pour la première fois en 70 ans d’existence, le Collège Regina Assumpta…
CIEC Ahuntsic

Une coop pour s’initier à l’entrepreneuriat

Ils sont une dizaine de jeunes âgés de 13 à 15 ans…