Un panneau signalant les horaires de la rue-école Saint-Benoît, au coin des rues Fleury Ouest et Tanguay. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

L’école Saint-Benoît a officiellement lancé sa deuxième édition de la rue-école en janvier 2024. Dès que la cloche sonne, les élèves peuvent s’approprier l’avenue du Mont-Cassin pour de formidables sessions de jeu libre. La rue, bloquée à la circulation chaque vendredi aux heures de pointe, devient en effet leur cour de récré.

La rue-école est de retour à l’école Saint-Benoît, pour le plus grand bonheur des élèves. La première édition du projet, menée sur l’année scolaire 2022-2023 et chapeautée par le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM), était en effet un franc succès.

« Nous sommes la seule école au Québec qui a réussi à déployer le projet sur toute l’année. D’habitude, les rues-écoles s’établissent plutôt au printemps et sur l’été», affirme Denis Boivin, directeur de l’école Saint-Benoît. Face à un manque de bénévoles, aux enjeux de permis de la Ville, mais aussi à la grève des enseignants, la deuxième édition n’a quant à elle pu commencer qu’en janvier 2024.

Tous les vendredis, la circulation est bloquée sur l’avenue du Mont-Cassin et la rue Tanguay, entre les rues Fleury Ouest et Meilleur. Pour l’ensemble de l’année scolaire, les élèves pourront donc y jouer librement, de 7 h 25 à 8 h 05 et de 15 h à 15 h 55.

Un partenariat entre la Ville de Montréal, l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, l’école Saint-Benoît et l’organisme Solon a permis à la deuxième édition de rue-école de voir le jour. Le CEUM n’est plus l’organisateur du projet. Il continue néanmoins à récolter des données dans le cadre du programme Changer les règles du jeu, mené en collaboration avec l’École de santé publique de l’Université de Montréal (EPSUM).

Sécuriser les abords de l’école

La rue-école bloque la circulation sur l’avenue du Mont-Cassin et la rue Tanguay, à leurs deux entrées. Des bénévoles, postés à ces deux points d’accès, ont ainsi la charge de laisser entrer les parents et les voisins en déplaçant les barrières de sécurité.

Le stationnement est maintenu dans la zone bloquée à la circulation, de laquelle les riverains peuvent sortir librement. Toutefois, chaque sortie doit se faire avec un bénévole, à une vitesse de 5 km/h.

Maude Lapointe est parent d’élève et bénévole. Elle assure l’entrée sécuritaire des automobilistes dans la rue-école Saint-Benoît. (Photo: Camille Vanderschelden, JDV)

Ce manège, mené chaque vendredi aux heures de pointe, a permis aux 350 élèves de l’école Saint-Benoît de se réapproprier l’espace. Il a aussi engendré une diminution marquée des manœuvres dangereuses des automobilistes (arrêt incomplet, vitesse excessive, demi-tours), auparavant observées dans le secteur.

Au début de la première édition, en octobre 2022, environ 82 % des comportements des automobilistes étaient en effet jugés inadaptés. En juin 2023, ces manœuvres potentiellement dangereuses ne représentaient plus que 17 % des comportements des automobilistes.

Inciter à l’effort physique

La première édition de la rue-école Saint-Benoît a aussi permis à l’EPSUM et au CEUM de témoigner d’une augmentation du transport actif chez les élèves. Effectivement, 70 % d’entre eux se rendaient à pied, à vélo ou en roulant (patins ou planches) à l’école en septembre 2022. En juin 2023, le transport actif était privilégié à 87 %.

En outre, une augmentation notable de 20 % a été observée chez les enfants quant à la mobilité indépendante (seul ou avec des amis) vers l’école, sur l’année 2022-2023.

Des élèves de l’école primaire Saint-Benoît jouent au hockey cosom sur l’avenue du Mont-Cassin. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

Les élèves apprécient particulièrement les 45 minutes de jeu libre du matin, avant d’entrer en classe. «Les élèves viennent d’abord en transport actif, puis ils continuent à bouger dans la rue-école avant le début des cours. Quand ils entrent en classe, ils se sont dépensés et on voit vraiment un impact positif sur leur concentration», observe Denis Boivin.

En outre, l’école Saint-Benoît fait partie du programme Corps actif, cerveau performant. Ce dernier vise à améliorer la concentration des élèves par l’exercice physique. Chaque matin, à 9 h, toute activité est mise en pause dans l’école. Les élèves pratiquent alors de cinq à dix minutes d’exercice physique, avant un retour au calme. Les résultats observés sont largement positifs, selon Denis Boivin.

NDLR: l’école Saint-Benoît a été agrandie il y a cinq ans. Le Journal des voisins avait couvert l’inauguration de sa nouvelle aile en mai 2019.

La rue-école Saint-Benoît a besoin de bénévoles pour assurer la sécurité de ses points d’accès. Toute personne du quartier qui souhaite participer est la bienvenue. Vous êtes disponible le matin ou l’après-midi aux horaires désignés? Contactez l’organisme Solon ici.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Saint-Simon: Stefano Faita renoue avec ses racines

L’Académie John Caboto a reçu hier la visite d’un de ses anciens…

Parlons éducation, un texte de réflexion de Nicolas Bourdon

De plus en plus de voix plaident actuellement pour une réforme en…

L’école secondaire La Dauversière s’agrandit et accueillera 625 nouveaux élèves

Un nouveau pavillon scolaire viendra compléter l’école secondaire La Dauversière, à Bordeaux-Cartierville.…

Nouvelle journée de grève des enseignants au Collège Regina Assumpta

Les enseignants du Collège Regina Assumpta se sont mobilisés lors d’une seconde…