Le mois d’août se révèle particulièrement violent à Ahuntsic-Cartierville. Un homme de 19 ans a été poignardé mortellement dans la nuit de dimanche à lundi, sur le boulevard de l’Acadie à proximité de la rue de Salaberry. 

Cet événement survient après trois fusillades dans l’arrondissement depuis le début du mois d’août. De plus, à la fin du mois de juin, un incendie d’origine suspecte s’était déclenché à la clinique médicale située au 241 Fleury Ouest. Heureusement, personne n’était décédé lors de ces divers incidents. Tout de même, force est de constater que les crimes violents sont en hausse dans Ahuntsic-Cartierville ces temps-ci. 

L’homicide du boulevard de l’Acadie, plus tôt cette semaine, semble avoir découlé d’un conflit ayant dégénéré, selon Caroline Chèvrefils, agente relationniste médias du SPVM. Le suspect a par la suite été admis au même hôpital que la victime du crime, et la police a ainsi pu l’arrêter. Le suspect avait aussi été blessé par arme blanche lors du conflit. 

« Lorsque les policiers l’ont interrogé, ils ont pu identifier cet homme comme étant le suspect de l’agression armée initiale. Il a été mis en état d’arrestation et il est présentement hospitalisé », expliquait l’agente Chèvrefils en début de semaine. 

De plus, sept véhicules de police ont dû intervenir sur la rue Legendre, tard mardi soir, afin d’arrêter trois hommes possédant une arme à feu illégale dans leur véhicule. Aucune action violente n’avait été commise par ces hommes. Seulement l’un d’entre eux sera accusé pour possession illégale d’une arme à feu, selon l’agent Raphaël Bergeron du SPVM. 

La COVID-19, partiellement responsable?

Un tel taux de crimes violents dans Ahuntsic-Cartierville n’est pas commun. Cependant, bien que les multiples incidents ne soient pas nécessairement liés entre eux, la mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier, croit que la pandémie a un impact sur l’activité criminelle sur le territoire. 

« Ça s’explique en partie à cause de la COVID, de deux façons. Premièrement, c’est difficile pour le moral, ce qui influence ce que les gens font; et deuxièmement, la police a noté un déplacement des activités violentes du centre-ville vers les quartiers résidentiels. Presque tout le monde reste dans son quartier, donc toutes les activités sont déplacées! »

Toutefois, du côté du SPVM, il est trop tôt pour qu’un lien clair soit établi entre les crimes et la COVID. Pour l’agent Bergeron, il est possible que l’augmentation du nombre de crimes violents soit tout simplement causée par un concours de circonstances.

Il n’y a pas d’inquiétudes à avoir

Malgré la hausse de la violence dans Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier soutient que les « simples citoyens » ne sont pas plus en danger qu’à l’habitude. 

« Les gens n’ont pas à être inquiets pour leur sécurité physique. Même si leur sentiment de sécurité s’est dégradé, les gens sont en sécurité, ce n’est pas un enjeu. » 

La mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a aussi comparé la ville avec d’autres ville nord-américaines, expliquant que Montréal figurait très bien en matière de sécurité publique. 

« Pour la ville de Montréal, on ne note pas d’augmentation des incidents violents. Montréal reste une ville très, très sécuritaire. »

Pour pallier le problème, l’arrondissement travaille de concert avec ses partenaires communautaires. Les organismes cherchent à accompagner les gens et apporter un sentiment de sécurité, surtout aux populations habitant dans des secteurs où le danger est plus grand.

Du côté du SPVM, les efforts sont redoublés dans le secteur afin de démontrer à la population et aux criminels potentiels que la police est bien présente. D’après l’agent Bergeron, sept armes à feu ont été retirées de la rue dans le nord-est de Montréal depuis le début du mois d’août.

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Lise Denis
Lise Denis
2 Années

en tk c’est pas dans notre coin qui a le plus de police pourtant y s’en passe des affaires depuis Avril sur Terrasse Fleury mais pas un char de police avant il passait a tout les jrs plusieur fois par jour c’est bizard

Jocelyn Duff
Jocelyn Duff
2 Années

Nous ne sommes pas en sécurité sur la rue Saint-Francois d’Assise. Les gangs viennent se cacher au bout du cul-de-sac. C’est la noirceur totale. Il n’y a pas d’eclairage de la rue au bout. Ça fait des années que les résidents demandent de refaire les infrastructures. Ça prend des lampadaires. La police ne vient pas parce qu’elle demande les nos de plaque et la description des individus mais on ne voit rien le soir.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Jeunes au parc Ahuntsic

Travailleurs de rue recherchés

Il y a un manque de travailleurs de rue à Ahuntsic-Cartierville. Si…

Des vols et des solutions

Il fait encore clair dehors sur une rue passante du district Saint-Sulpice.…

Coups de feu tirés dans Bordeaux-Cartierville : l’enquête se poursuit

Des policiers du poste de quartier (PDQ) 10 sont intervenus à deux…

Un meurtre a eu lieu dans Ahuntsic hier soir

À 22 h 50 hier soir, un appel a été fait au…