La Caserne Bois-de-Boulogne (Photo: Archives JDV)
caserne-bois-de-boulogne
L’ancienne caserne 38 sur la rue Bois de Boulogne (Photo : Archives jdv)

Malgré de nombreuses tentatives de vente depuis 2011, l’ancienne caserne de pompiers no 38, située au 12131-12139 avenue Bois-de-Boulogne, est toujours la propriété de la Ville de Montréal. Alors que la vente tarde à se concrétiser, le bâtiment historique reste inoccupé et d’aucuns –comme certains riverains– craignent que ce dernier ne se dégrade au point d’être difficile à récupérer du point de vue patrimonial.

« Il faut que la vente se fasse rapidement, parce que l’édifice se dégrade », a indiqué à journaldesvoisins.com la conseillère de ville du district d’Ahuntsic, Émilie Thuillier. Elle rappelle que l’objectif principal de cette vente est de sauver le bâtiment. Celui-ci est reconnu comme étant un immeuble de valeur patrimoniale exceptionnelle au sein du Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal.

Selon Émilie Thuillier, la Ville discute présentement avec un acheteur potentiel, et ce, depuis que la deuxième tentative de vente a échoué. « Une entente devrait être signée bientôt, mais ce n’est pas encore fait », a souligné la conseillère. Rappelons que la Ville de Montréal a procédé à des appels publics de soumissions en 2011 et en 2014, toutefois sans succès. La Municipalité a récemment changé d’approche, essayant de trouver un acheteur par elle-même.

Contacté par journaldesvoisins.com, le chargé de communication de la Ville de Montréal, Jacques-Alain Lavallée, a soutenu que la Ville n’est présentement pas en mesure de commenter le dossier, puisque « des discussions au sujet de l’avenir de cet immeuble sont en cours. »

Une vente difficile

L’acheteur recherché par la Ville devra faire une reconversion résidentielle du bâtiment, dans le but de réaliser un projet de copropriété. Il devra également respecter plusieurs contraintes patrimoniales.

« Pour des raisons légitimes, l’arrondissement a mis des critères très précis, afin que la transformation du bâtiment se réalise en conservant les caractéristiques patrimoniales de la caserne », a affirmé Émilie Thuillier. Elle admet que ces contraintes peuvent rendre la vente de l’immeuble plus difficile. À cela s’ajoute le prix demandé par la Ville, qui est trop élevé selon elle.

Dès le début de cette saga, Émilie Thuillier aurait préféré que la Ville s’occupe de son édifice et qu’elle lui trouve une vocation. « Mais, la Ville a toujours refusé, autant sous l’administration Tremblay que sous l’administration Coderre », a-t-elle mentionné.

Un bâtiment historique

L’édifice a été construit en 1914 par Charles-Aimé Reeves, l’un des architectes importants de Montréal au cours de la première moitié du 20e siècle. Le bâtiment a perdu sa fonction de caserne en 1977. Il est inoccupé depuis que les employés de l’arrondissement, qui occupaient les locaux, ont déménagé entre autres au 555 rue Chabanel, en 2007.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Chorale Antioche

Chorale : comprendre la musique des langues

La chorale Antioche de Cartierville sera sur la scène de la maison…

Le Sault profite de la subvention du ministère de la Culture pour les immeubles patrimoniaux

Il y a quelques semaines, la ministre de la Culture et des…
Centre communautaire Ahuntsic

Des organismes communautaires en quête d’une clé

Pour les organismes communautaires d’Ahuntsic, la seule solution viable serait de déménager…

Le temps brouille le destin de la «Montréal Works»

En 1943, la poussière et la fumée pèsent sur les poumons de…