Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Automne mouvementé

Mélanie Joly voit d’un bon oeil une table des élus dans Ahuntsic-Cartierville

Publié le 01/12/2017
par Alain Martineau

Mélanie Joly, sur le site Louvain, il y a quelques semaines, en compagnie notamment du directeur général de Solidarité Ahuntsic, Azzedine Achour. (Photo: jdv P. Rachiele)

La députée fédérale d’Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly,  regarde positivement l’hypothèse de participer à une table des élus d’Ahuntsic et de Cartierville afin de faire avancer les dossiers qui souvent touchent aux trois ordres de gouvernement.

« C’est une bonne idée », a reconnu la ministre du Patrimoine canadien en entrevue avec journaldesvoisins.com, estimant que la présence de plusieurs progressistes permettra de faire avancer les choses.

Mélanie Joly a indiqué avoir déjà eu des entretiens avec la nouvelle mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, qui avait fait part de cette suggestion pendant la campagne électorale municipale. Mais la députée provinciale de Crémazie (Maurice-Richard à la prochaine élection en octobre 2018) et maintenant ministre de la Culture, Marie Montpetit, avait aussi parlé d’un projet semblable.

« Il y a présentement un bel alignement pour faire avancer des priorités avec les élus », a avancé Mélanie Joly, allant même à citer par leur prénom les élus municipaux de la récente élection qui a vu apparaître de nouveaux joueurs au conseil d’arrondissement.

Émilie Thuillier avait suggéré de réunir des représentants des divers paliers gouvernementaux pour discuter des dossiers qui concernent le territoire et, ainsi, permettre que les dossiers plus complexes cheminent plus facilement.

« Concernant la table des élu(e)s, non seulement Mme Montpetit est d’accord avec le concept, mais c’est elle qui avait lancé l’idée auprès de certaines de ses homologues avant les dernières élections municipales, a pour sa part soutenu Jonathan Boursier, du bureau de circonscription de la nouvelle ministre. D’ailleurs, Mme Montpetit organise une rencontre prochainement afin de discuter de la création d’une telle table. C’est un dossier à suivre… », a-t-il indiqué.

Projet Louvain

Au sujet des dossiers du territoire, Mélanie Joly a notamment fait allusion au projet de développement immobilier sur le site Louvain pour lequel elle a invité des groupes communautaires actifs à aller chercher des fonds disponibles pour aider au démarrage de projets. Mme Joly s’était même déplacée sur le site il y a quelques semaines.

« J’ai informé des responsables qu’il y avait du financement disponible »,  a-t-elle rappelé, se disant «emballée» par ce qui se passe dans le milieu pour développer le site stratégique. « Cela permettra de revitaliser un secteur d’Ahuntsic en s’inspirant de ce qui est prévu en terme de développement immobilier dans le nouveau quartier Technopôle Angus ».

Stratégie de logements

Parlant d’habitation, Mme Joly s’est réjouie du lancement de la Stratégie nationale du logement, la semaine dernière, bien reçue par divers groupes, mais avec des bémols.

C’est que le gouvernement du Québec veut conclure une  entente asymétrique, à l’extérieur du cadre de la Stratégie.

On rappelle que le fédéral s’était retiré (il y a plus de 20 ans) du financement du logement social, ce qui fait que Québec  a dû prendre le relais avec un nouveau modèle, soutenu entre autres par les groupes communautaires.

Interrogée sur ce qui semble être une ingérence dans un champ de compétence provinciale, Mme Joly a dit ne pas s’inquiéter, et prévoit qu’Ottawa trouvera un terrain d’entente avec chaque province dont le Québec. Mais elle a refusé de s’avancer sur un échéancier.

« Ça fait longtemps que le fédéral intervient pour financer des projets de logements sociaux. Nous avons été les premiers à le faire au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Québec est arrivé plus tard. Ici, dans Ahuntsic-Cartierville,  Solidarité Ahuntsic travaille pour développer des projets. Et en faisant du porte à porte, les gens m’ont dit que le logement était une priorité pour eux », a signalé la ministre fédérale.

Netflix: dossier difficile

Mélanie Joly a rappelé à plusieurs reprises au cours de l’entrevue les bons coups réalisés par son ministère depuis son entrée en fonction il y a deux ans. Des investissements massifs en arts et culture notamment…

« C’est un budget de 1,9 milliard de dollars que nous avons  alloué aux arts et à la culture sur cinq ans, un montant historique » a-t-elle indiqué.

Mais la deuxième portion de 2017 aura été difficile pour la ministre Joly, avec le controversé dossier Netflix.

Même un journaliste du magazine britannique The Economist (dans son édition du 14 octobre) signait un article coiffé du titre « Trudeau’s flying unicorn hits a storm »’, et faisait notamment état de rumeurs voulant que Mme Joly pourrait éventuellement perdre son emploi.

Pour certains, le premier ministre Justin Trudeau lui a «enfoncé le couteau dans la gorge» afin qu’elle défende sur la place publique sa promesse électorale de 2015 de ne pas imposer Netflix, question de couper l’herbe sous le pied aux Conservateurs de Stephen Harper, qui avait promis de ne pas imposer le géant américain.

Récemment, le journal Le Devoir avait indiqué que le sous-ministre de Mme Joly, Graham Flack l’avait déjà avertie que de ne pas imposer les taxes de vente aux plateformes numériques étrangères allait créer une «iniquité» qui désavantagera les fournisseurs de services canadiens, en plus de priver le gouvernement de revenus considérables.

Mme Joly a été prudente lorsqu’elle a été questionnée par jdv au sujet de discussions avec la ministre Marie Montpetit à ce sujet, compte tenu des enjeux.

« Nous avons eu l’occasion de nous croiser au gala de l’ADISQ (il y a un mois). Nous rappelons qu’une somme importante a été injectée dans les arts et la culture  »,  s’est contentée de dire Mme Joly.

Du côté de la ministre Marie Montpetit, concernant Netflix et les autres services en ligne, on signale que le dossier relève d’abord du ministre des Finances, compte tenu des des enjeux en matière de taxation.

« Cela étant dit, a indiqué le porte-parole du bureau de circonscription,  le soutien à la production de contenu francophone demeure un enjeu très important et Mme Montpetit est confiante de pouvoir discuter de la question avec son homologue prochainement », a conclu M. Boursier.