Vue sur l’Église de la Visitation située dans le Sault-au-Récollet (Photo: courtoisie page Facebook Sault-au-Récollet/UNESCO)

Déçue, la résidante du Sault-au-Récollet, Monique Deslauriers, l’est. Elle n’a pu présenter la candidature du Sault-au-Récollet à l’inventaire canadien du Patrimoine mondial de l’UNESCO, faute de temps et d’aide de l’arrondissement et de la Ville-centre.  Retour sur une aventure enrichissante, mais épuisante.

Depuis plusieurs mois, Monique Deslauriers avait consacré énormément de temps à monter un dossier sur le secteur du Sault-au-Récollet à cette fin.

« J’ai travaillé sans compter, animée par une vision que je voulais faire partager », a-t-elle dit à journaldesvoisins.com. « Je n’ai pas présenté le dossier car le moment n’était pas propice », a-t-elle ajouté. « Bien que les élus locaux aient montré jusqu’à un certain point être en faveur d’une reconnaissance mondiale, il eut aussi été difficile pour certains de dire publiquement le contraire!  Tout le monde est pour la vertu. Il doit cependant y avoir une réflexion ultérieure sur les gestes à poser pour arriver à cette tribune. »

Candidature du Mont-Royal

Rappelons que, pour ne pas porter ombrage à la candidature vedette de la Ville de Montréal, soit le Mont-Royal, la Ville-centre n’a pas donné suite à la demande d’appui de Monique Deslauriers au dossier de candidature qu’elle a colligé afin de faire inscrire le Sault-au-Récollet à l’Inventaire canadien du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette démarche a nécessité beaucoup d’heures de recherche de la citoyenne émérite, mais il aurait fallu une contribution importante en termes d’aide technique pour remplir les documents ad hoc, ce qu’elle n’a pu obtenir avant la date butoir du 27 janvier. Malheureusement, cet inventaire n’est possible qu’une fois tous les 10 ans.

Moult appuis

Plusieurs élus, groupes d’intérêt et individus ont donné leur appui au projet de l’ancienne chef de cabinet du maire d’Outremont.  Tout récemment, les 245 commerçants de La Promenade Fleury donnaient leur appui à la candidature du Sault-au-Récollet. En outre, en novembre dernier,  par l’entremise de la conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thuillier, Projet Montréal signifiait son appui directement à Parcs Canada. La conseillère du district du Sault-au-Récollet, Lorraine Pagé,  et la députée de Crémazie, Marie Montpetit, avaient également avalisé le projet, en théorie, dès le début.

Même si la Ville de Montréal a tourné le dos à la candidature du Sault, la résidante aurait bien aimé que l’arrondissement se manifeste après avoir reçu une lettre de la citoyenne à ce sujet. Cette indifférence démontre, de l’avis de la résidante et chercheure, que la quête du profit par les taxes foncières des nouveaux bâtiments est toujours d’actualité. Toutefois, le vent tourne, dit-elle.

Une comptabilité réductrice

« Nombreux parmi nous (sont ceux qui) ont une philosophie de la croissance et de la surconsommation de l’environnement alors que les temps changent et que l’économie d’avant-garde rime désormais avec la conservation,  a déclaré Mme Deslauriers.  J’admets qu’il est plus facile de construire à tout crin en faisant disparaître toute trace de beauté du Sault-au-Récollet. Pour cela, il suffit de tout ramener à une comptabilité réductrice sans se préoccuper des conséquences. »

Mais la résidante est convaincue qu’elle aura réussi à rehausser les perceptions du lieu pour nombre de résidants et de visiteurs du Sault-au-Récollet. En témoignent, conclut-elle, tous ceux et celles qui ont suivi  les démarches et la recherche qu’elle a relatées sur la page Facebook créée pour l’occasion et les superbes images tirées du territoire du Sault-au-Récollet qui y ont été publiées.

Pour lire nos articles précédents sur le sujet, cliquez ici pour le premier, et ici pour le deuxième et plus récent.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Allégations de conflits d’intérêts : Mélanie Joly exige une rétractation

Après avoir ignoré les demandes répétées d’entrevue avec le candidat local dans…
La circulation sur le boulevard O’Brien est perturbée par le chantier de la gare du ruisseau (REM), qui réduit le passage à niveau à deux voies au lieu de quatre en temps normal. (Photo JDV – François-Alexis Favreau)

Circuler dans Cartierville : un casse-tête à résoudre

Les automobilistes appréhendent le boulevard O’Brien, une artère importante située dans le…

COMMUNIQUÉ – Ensemble Montréal apaisera la circulation dans les rues d’Ahuntsic-Cartierville

Montréal, le 20 octobre 2021 – L’équipe Chantal Huot d’Ensemble Montréal pour…

Le coin des commerçants – Semaine du 17 septembre 2021

Un p’tit nouveau Un resto Nouilles express a ouvert ses portes dans…