Vue sur l’Église de la Visitation située dans le Sault-au-Récollet (Photo: courtoisie page Facebook Sault-au-Récollet/UNESCO)
(Courtoisie: Page Facebook Sault-au-Récollet/UNESCO)

Alors que la Ville de Montréal n’a pas donné suite à la demande d’une résidante du Sault-au-Récollet, Monique Deslauriers, citoyenne émérite, qui avait monté un dossier substantiel pour présenter la candidature du Sault-au-Récollet à l’inventaire canadien du Patrimoine mondial de l’UNESCO, plusieurs élus et groupes d’intérêt ont donné leur appui au projet de l’ancienne chef de cabinet du maire d’Outremont.

Tout récemment, les 245 commerçants de La Promenade Fleury donnaient, leur appui à la candidature du Sault-au-Récollet en vue de l’inventaire canadien au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

En outre, en novembre dernier, Projet Montréal signifiait son appui à la proposition de Mme Deslauriers directement à Parcs Canada.

De son côté, la conseillère du district du Sault-au-Récollet, Lorraine Pagé, avait donné son appui à la citoyenne dès le début.

La députée d’Ahuntsic, Marie Montpetit, avait, elle aussi, transmis son appui à Mme Deslauriers, l’automne dernier.

Tout en faisant valoir que ce projet permettrait de dynamiser davantage le quartier Ahuntsic et de mettre en valeur un quartier méconnu du paysage montréalais, la direction de La Promenade Fleury mentionne que le projet de conservation du Sault-au-Récollet et la reconnaissance internationale de ce territoire comportaient plusieurs avantages économiques et touristiques pour l’économie locale.

Pas de réponse de l’arrondissement

En novembre, Projet Montréal donnait un appui de principe  à la démarche de présentation du Sault-au-Récollet auprès de l’Agence Parc Canada responsable du Patrimoine mondial. Selon Émilie Thuillier, conseillère du district Ahuntsic, malheureusement Projet Montréal ne pouvait donner un appui concret à la résidante. « Projet Montréal ne peut pas exiger qu’un membre du personnel de la Ville aide la proposeure à mettre en forme le projet et à remplir les formulaires nécessaires. Quant à présenter une motion au dernier conseil municipal de décembre, il aurait fallu que le parti de l’Opposition en soit saisi longtemps auparavant», a ajouté la conseillère.

Par ailleurs, l’automne dernier, la députée de Crémazie donnait son appui à Monique Deslauriers en ces termes: « Je partage pleinement votre volonté de préserver et mettre en valeur le patrimoine du Sault-au-Récollet. Notamment, notre gouvernement travaille activement avec les membres de la fabrique pour la restauration de l’église de la Visitation. Soyez ainsi assurée de mon intérêt et appui aux démarches de valorisation du patrimoine de notre quartier.»

Même si la Ville de Montréal ne donne pas suite à la demande d’appui de Monique Deslauriers pour la candidature du Sault-au-Récollet, la résidante aurait bien aimé que l’arrondissement accuse réception du dossier qu’elle a fait parvenir à la direction générale, il y a quelques semaines.

Appui de la conseillère du district

De son côté, la conseillère indépendante du district même du Sault-au-Récollet, Lorraine Pagé, également présidente du nouveau Comité consultatif local de patrimoine et de toponymie de l’arrondissement, a donné son appui dès le début à la démarche de Mme Deslauriers, tel qu’elle l’a indiqué à journaldesvoisins.com en entrevue téléphonique.

Toutefois, Mme Deslauriers, sans l’avoir vraiment formulé, aurait souhaité un appui officiel de l’arrondissement. «Monique Deslauriers a mis beaucoup d’efforts à monter son dossier, mais le temps a joué contre elle, mentionnait Mme Pagé à journaldesvoisins.com, puisqu’il aurait fallu que le dossier soit présenté très tôt au conseil municipal à l’automne pour rencontrer l’échéance du 27 janvier de l’Inventaire canadien. »

Toutefois, Mme Pagé précisait à journaldesvoisins.com que, même si elle a discuté du dossier avec Réal Ménard, le responsable au comité exécutif, son appui à elle seule ne pouvait faire la différence puisque c’est le Comité exécutif, qui a le dernier mot dans ce genre de dossiers, et que ce dernier avait déjà pris fait et cause pour présenter une seule candidature pour Montréal, celle du Mont-Royal.

Une inspiration

«Il reste que ce le dossier de la candidature du Sault préparé par Mme Deslauriers va certainement servir d’inspiration pour l’avenir afin que différentes actions puissent être entreprises par les résidants et différents groupes de l’arrondissement quant à l’avenir et à la sauvegarde du patrimoine du Sault-au-Récollet», a ajouté la conseillère Pagé.

Mme Pagé faisait d’ailleurs valoir qu’une première conférence sur le village du Sault-au-Récollet organisée par les Amis du boulevard Gouin, en collaboration avec Héritage Montréal, à laquelle les résidants intéressés pourront assister aurait lieu sous peu, un premier pas qui pourra être suivi de plusieurs autres si les citoyens le désirent.

Monique Deslauriers a, par ailleurs, reçu mercredi 18 janvier la lettre officielle du directeur de l’urbanisme de la Ville de Montréal, Sylvain Ducas, expédiée au nom du maire de Montréal, qui ouvre une fenêtre en fermant une porte. Puisque la Ville n’appuie pas la candidature du Sault, M. Ducas recommande à Mme Deslauriers qu’un autre organisme puisse  prendre le relais.

Besoin d’aide!

La résidante va-t-elle poursuivre la préparation du dossier de candidature du Sault-au-Récollet à l’inventaire canadien du patrimoine mondial de l’UNESCO ? « J’ai besoin d’aide, a lancé Monique Deslauriers. L’aide de la ville est nécessaire pour terminer la compilation des informations dans les délais», a-t-elle ajouté, précisant que toute autre aide que pourraient apporter quelques bénévoles qui voudraient pousser à la roue, remplir les formulaires, faire quelques recherches. Mais le temps presse: la date limite de présentation des dossiers est le 27 janvier.

Site patrimonial national, une consolation?

Bien que l’arrondissement et la Ville n’appuient pas officiellement la candidature du Sault-au-Récollet à l’inventaire canadien du Patrimoine mondial de l’UNESCO, les élus de l’arrondissement ont appuyé, par ailleurs, l’automne dernier, une démarche faite par la société civile d’Ahuntsic-Cartierville pour que le Sault-au-Récollet soit reconnu comme site patrimonial canadien, une idée qui avait été suggérée par la ministre Mélanie Joly durant la dernière campagne électorale fédérale.

Rappelons, par ailleurs, qu’à l’heure actuelle, deux sites québécois font partie des sites déjà inscrits dans la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO: l’arrondissement historique du Vieux-Québec; et le parc national de Miguasha situé en Gaspésie.

On peut joindre Monique Deslauriers, à: monique_desl@yahoo.ca

Si vous êtes membre Facebook et que vous voulez prendre connaissance de la page Facebook Sault-au-Récollet/UNESCO présentée par Monique Deslauriers, cliquez ici.

Pour lire l’article précédent  du journaldesvoisins.com sur le sujet, cliquez ici.

Pour lire l’article du journaldesvoisins.com sur la reconnaissance du site patrimonial du Sault-au-Récollet comme site historique national, cliquez ici.

 

 

 

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COMMUNIQUÉ : Parcours Gouin et accès aux berges  Promenade Visitation-Saraguay : L’équipe Thuillier propose de créer un parcours piétonnier de 11 km 

 La mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, et les quatre candidat-es de Projet Montréal…

Questionnaire électoral : Émilie Thuillier répond à nos questions

Le JDV a mené une série d’entrevue éditoriales avec les trois candidates…

Circulation : pas d’arrêt pour la politique partisane (Texte 2 de 2)

Lors du conseil du 5 juillet, le conseiller du district Saint-Sulpice, Hadrien…

COMMUNIQUÉ – Projet Montréal s’engage à embellir une importante cicatrice urbaine de Montréal : l’autoroute Métropolitaine

Montréal, le 2 novembre 2021 – Projet Montréal s’engage à profiter de…