Photo: JDV

Le printemps est là. On peut recommencer à se déplacer sur deux roues. Bonne nouvelle : des stations BIXI s’ajoutent dans l’arrondissement. Cartierville et Sault-au-Récollet, deux districts qui ne disposaient pas auparavant de vélos libre-service, en offrent enfin.

Stations BIXI dans Sault-au-Récollet

Dans Sault-au-Récollet, il y a maintenant une station BIXI à l’angle des rues St-Firmin et Fleury ainsi qu’à l’intersection Fleury et André-Jobin.

Dans Cartierville, on trouve maintenant une station à la gare Bois-de-Boulogne, une à l’angle des rues Laforest et Dudemaine et une autre à l’angle Alfred-Laliberté et de Poutrincourt.

Ces stations à l’est et à l’ouest de l’arrondissement permettent des connexions avec les arrondissements voisins de Montréal-Nord et Saint-Laurent qui possèdent eux aussi depuis cette année des stations BIXI sur leur territoire.

Il y a également deux nouvelles stations BIXI sur la rue Chabanel-Ouest, une à l’intersection de l’avenue du Parc et une autre de la rue Meilleur.

Stations BIXI dans Cartierville

Une disposition stratégique

L’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal dans Cartierville n’a, pour sa part, pas acquis de station BIXI à ses portes. C’est pourtant un important pôle de déplacements.

Pour expliquer cette absence, Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, nous rappelle que BIXI est un réseau.

« En théorie, nous apprend-t-elle, les stations BIXI ne doivent pas être plus éloignées de plus de 300 mètres les unes des autres. Donc, si on veut qu’il y ait une station quelque part, il faut qu’il y en ait aussi plus près en chemin. L’objectif est de faire un maillage positionné de manière stratégique. »

Cette proximité entre les stations sert aussi à ce que, si un utilisateur de BIXI arrive à une station où il n’y a plus de place ou plus de vélo, il n’ait pas à aller trop loin pour arriver à la prochaine.

Ce problème a été observé fréquemment l’année dernière à la station Tolhurst et Berri illustre Mme Thuillier.

« Les gens allaient au Parc Tolhurst pour les mercredis pique-nique. La borne était pleine. Ils allaient à la suivante, celle à l’intersection Fleury et Clark, elle était tout aussi pleine. Cela occasionnait beaucoup de problèmes. »

Projet Montréal a investi beaucoup d’argent dans le service BIXI qui est donc appelé à s’étendre et à se densifier. Mme Thuillier nous rappelle qu’il y a trois ans, sous la précédente administration, BIXI devait enlever une station pour en ajouter une ailleurs, ce qui freinait son développement.

Les citoyens appelés à utiliser le service

La mairesse de l’arrondissement ajoute que si l’on veut que le service BIXI s’installe dans le quartier, il faut l’utiliser.

« Il faut utiliser les stations qui sont là. Si les vélos ne roulent pas, il n’est pas intéressant d’en ajouter d’autres. »

Pour encourager les citoyens à utiliser les vélos libre-service, l’arrondissement mise beaucoup sur le transport actif.

« On est en train de faire des pistes cyclables plus nombreuses et plus sécuritaires », nous assure-t-elle.

Besoin de sécurité

Antoine Malo, porte-parole du groupe de transport actif Ahuncycle, accueille positivement l’augmentation du nombre de BIXI dans l’arrondissement. Il a cependant encore plusieurs réserves.

Une piste cyclable en mauvais état (Photo: jdv)

« Il ne sert à rien d’ajouter plus de BIXI si le réseau cyclable n’est pas plus sécuritaire, dit-il. Il faut que des efforts soient fait au niveau de l’arrondissement pour sécuriser les déplacements à vélo. »

Le réseau cyclable de l’arrondissement est constitué uniquement de bandes cyclables peintes, ce qui ne répond pas, selon Antoine Malo, aux besoins de la population en termes de sécurité.

« Le seul endroit où il y a des bollards, soit une séparation physique, est sur la piste cyclable devant l’école Sophie-Barat. Et l’arrondissement a mis ces bollards à la suite de la publication d’un article sur le site de TVA Nouvelles qui dénonçait son absence et ainsi mettait à mal son image. On sent que l’arrondissement agit encore seulement face à la menace. »

Malo salue l’initiative de réduction des limites de vitesse dans l’arrondissement. Cependant, il remarque que ces limites ne sont pas respectées par les automobilistes et qu’il n’y a pas assez de policiers pour assurer la surveillance.

(Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic-Cartierville Montréal
La piste cyclable sécurisée devant l’école Sophie-Barat (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Entretien trop lent

Le porte-parole d’Ahuncycle déplore également l’entretien déficient du réseau cyclable.

« Chaque printemps, c’est le même problème. Le réseau cyclable n’est pas entretenu assez rapidement. Aujourd’hui, trois semaines après l’ouverture des pistes cyclables à Montréal, plusieurs d’entre elles ne sont pas encore nettoyées. Il y a encore de la poussière de roche, ce qui décourage les cyclistes de les utiliser. »

Pour ce promoteur du transport actif, la concrétisation de la vision de Projet Montréal en matière de transport à vélo se fait donc encore attendre malgré les récents bons coups que sont les ajouts de stations BIXI.

Total
27
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le site Louvain Est : consultation fructueuse malgré les inquiétudes

Malgré la météo peu clémente, la pluie n’ayant toujours pas cessé de…

De nouvelles ruelles vertes annoncées pour 2020

Le programme de ruelles vertes et communautaire d’Ahuntsic-Cartierville se poursuit pour une…

Les défis de Montréal-Trudeau : tolérance de la population et atteinte de la capacité maximale

La tolérance de la population ainsi que l’atteinte de la capacité maximale…

Un nouveau trottoir sans sa saillie

À proximité de l’école Saint-André-Apôtre, un nouveau trottoir ne protégera pas mieux…