La statue de Nicolas Viel, en face de l’église de la Visitation. (Photo : François Robert-Durand, archives JDV)

Le patrimoine religieux du Québec sera à l’honneur durant trois jours. C’est l’occasion de redécouvrir ces liens qui se tissent au sein d’un bâtiment religieux entre spiritualité, architecture et histoire. À Ahuntsic-Cartierville, trois édifices participent à cet événement.

Trois églises du quartier participent aux Journées du patrimoine religieux, du 9 au 11 septembre. Une animation spéciale est prévue le 11 septembre à la Visitation, à Notre-Dame-de-Pompéi et à Notre-Dame-du-Bel-Amour.

Durant ces journées, on se souvient d’un seul coup de l’existence de ce patrimoine religieux au détour d’une rue ou sur notre chemin vers l’école ou l’épicerie. La tenue de ces journées depuis 2018 a permis de rappeler la valeur patrimoniale et historique de ces lieux.

« Avec cet événement on veut faire connaître des endroits que les gens croisent tous les jours, mais sans savoir s’ils sont ouverts ou pas. Donc en faisant un peu la promotion pour une fin de semaine, on dit : regardez tout ce beau patrimoine autour de vous », souligne Cameron Piper, conseiller en patrimoine culturel au Conseil du patrimoine religieux du Québec (CPRQ).

Il s’agit aussi de reconstruire l’image que se font habituellement les gens de ces espaces, en général ouverts et accessibles.

Il est intéressant de noter qu’à Montréal, 31 sites participent à ces journées parmi les quelque 245 ouverts dans toute la province.

« On a vraiment essayé d’inclure tous types de lieux liés au patrimoine. Ce peut être des églises ou des cimetières qui organisent des visites guidées. Il y a aussi des couvents et les Jardins du Monastère à Québec ouverts au public [ils sont la plupart du temps inaccessibles] », énumère M. Piper.

Les portes de la Visitation

Bien que la participation des églises à ces Journées soit volontaire, on retrouve l’église de la Visitation, la plus ancienne de Montréal, mais qui n’est presque plus à présenter. L’édifice est aussi connu pour être aussi un lieu de diffusion culturelle. Des concerts de musique se tiennent entre ses murs régulièrement, notamment certains spectacles du festival Ahuntsic en fugue.

Une visite guidée particulière sera offerte par Jocelyn Duff, architecte et membre de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Cartierville, l’après-midi du 11 septembre. Il présentera les portes sculptées et peintes à l’intérieur du sanctuaire de l’église.

Ces éléments posent énormément de questions. On ne sait pas si les portes sont contemporaines de l’édifice religieux dont la construction s’est achevée en 1751. « Dans les livres de comptes de la paroisse, tenus depuis 1736, elles n’apparaissent pas », relève M. Duff.

Par ailleurs leur thématique aussi est une énigme. L’église est dédiée à la Vierge. « Au centre, c’est Samson, un guerrier », souligne l’architecte. Seraient-elles des reliques de Fort Lorette? Le mystère demeure entier.

Notre-Dame-de-Pompéi et Notre-Dame-du-Bel-Amour

Les deux autres églises ahuntsicoises participant aux Journées sont surtout des lieux de culte et sont donc moins visibles aux yeux du grand public. Cependant, elles ne manquent pas d’intérêt d’un point de vue purement patrimonial.

« Souvent les églises moins connues ont moins d’activités que l’église de la Visitation. Cependant, on y trouve quand même des œuvres d’art. Il y a de l’histoire, de l’architecture et des découvertes », assure M. Piper.

Le coup de projecteur offert par les Journées du patrimoine religieux permet aussi d’éveiller la curiosité puisque le site Web du CPRQ * est maintenu toute l’année et permet aux gens de continuer de voir de quoi on parle.

* Le site est temporairement inaccessible jusqu’au 9 septembre.

Mémoire

Ces Journées viennent aussi rappeler le débat autour des statues du père Nicolas Viel et d’Ahuntsic devant de l’église de la Visitation et plus particulièrement des plaques et des écritures explicatives quant à leur disparition. Ces inscriptions sont tantôt cachées, tantôt découvertes. Elles interrogent sur la place laissée aux communautés autochtones pour raconter leur part de l’histoire du patrimoine religieux au Québec, au moment justement où l’on évoque de plus en plus la réconciliation avec les peuples des Premières Nations.

« Notre stratégie [au CPRQ] a été surtout de solliciter la participation des lieux qui existent dans les communautés autochtones. Nous avons communiqué avec elles pour les inclure dans notre processus de concertation. Cette année, dans la programmation des journées, on a des sites participants à Wendake et aussi à Kahnawake », relève M. Piper.

Pour lui, c’est une tribune offerte aux communautés autochtones et une occasion de parler pour elles-mêmes.

« Oui, c’est un événement d’une fin de semaine, mais on peut susciter aussi avec cela un intérêt culturel dans des lieux qui s’ouvrent au monde », déclare Cameron Piper.

Les églises d’Ahuntsic-Cartierville participantes aux journées du patrimoine religieux du 9 au 11 septembre :

La Visitation du Sault-au-Récollet, 1847, boulevard Gouin Est.

Notre-Dame-de-Pompéi, 2875, rue Sauvé Est.

Notre-Dame-du-Bel-Amour, 7055, avenue Jean-Bourdon.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le coin des commerçants – Semaine du 25 février 2022

La Promenade Fleury Une carte gourmande au menu pour le déconfinement! Montréal,…
Interdiction Sacs plastique -Alternative - Courtoisie (FB)

Emplettes sans sacs en plastique

La Ville de Montréal annonce la fin de la distribution dans les…

2012-2022: La semaine des 10 ans du JDV… Du nouveau!

Au cours des prochains jours, Journaldesvoisins.com fêtera ses 10 ans! Histoire de…

Crues printanières : les autorités sont prêtes

Alors qu’on s’attend à un printemps sans histoire, les autorités sont prêtes…