Dépistage du plomb dans l’eau, par le Service de l’eau de la Ville de Montréal, été 2023. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Le Journal des voisins (JDV) a reçu des courriels de lectrices et lecteurs qui se demandent quelles sont les étapes à suivre depuis le dépistage de plomb dans l’eau effectué il y a quelques mois, voire plusieurs années.

Par ailleurs, les forums de discussion de groupes de propriétaires ou de résidents d’Ahuntsic-Cartierville reflètent les préoccupations de ces citoyens face à des consignes perçues comme étant peu claires ou incomplètes.

Une des raisons de ces interrogations est qu’il y a eu plusieurs modifications au Règlement sur les branchements aux réseaux d’aqueduc et d’égout publics et sur la gestion des eaux pluviales (20-030) de la Ville de Montréal adopté en juin 2020.

Nous avons écrit au Service de l’eau (plomb@montreal.ca) et avons obtenu un retour assez rapide par appel téléphonique de la part d’une employée soucieuse d’éclairer notre lanterne. De plus, nous avons échangé avec des propriétaires, afin de tenter de répondre aux questions les plus fréquemment posées.

Deux entrées de service, publique et privée

Le Plan d’action de 2007 de la Ville de Montréal prévoyait changer toutes les entrées de service au plomb d’ici 2026. Pas toutes les canalisations sont faites de ce métal qui présente des risques pour la santé. Un dépistage s’est imposé auprès des bâtiments de 8 logements et moins, construits avant 1970.

Si vous n’avez pas encore eu la visite d’une personne faisant ce test, vous pouvez en faire la demande, à condition que votre bâtiment réponde aux conditions requises. Les campagnes de dépistage ont lieu annuellement, du mois de juin au mois d’octobre.

Entrée d’eau: partie publique et partie privée. La petite photo de la rondelle de métal en mortaise représente la vanne d’entrée d’eau de la Ville, surnommée le «bonhomme». (Illustration: courtoisie Ville de Montréal)

La Ville a commencé par la portion du tuyau entre le réseau d’aqueduc municipal d’eau potable (partie publique) et celui à la limite du terrain privé. Toutefois, pour éliminer la présence du plomb dans l’eau potable, ce n’était pas logique de laisser en place la partie du tuyau entre le domicile (domaine privé) et le «bonhomme à eau» de la Ville. On surnomme ainsi la vanne d’entrée d’eau ou la boîte de service où se raccordent les entrées publiques et privées des conduites d’eau.

La «tête» du bonhomme est une rondelle de métal d’environ 10 cm de diamètre, visible sur le sol généralement à l’avant du terrain privé, près du trottoir.

Pourquoi c’est si long?

Le délai pour les remplacements des tuyaux de plomb a été repoussé à 2030 puis 2032 en raison du retard accumulé dans l’échéancier. Plusieurs explications, dont le ralentissement des travaux durant la pandémie, le manque de main-d’œuvre et un nombre accru de tests de dépistage à faire.

Le Plan d’action de remplacement des entrées de service en plomb de la Ville de Montréal a été mis à jour à la suite des recommandations de Santé Canada en 2019 qui ont fait passer de 10 à 5 μg/L la concentration maximale de plomb tolérée dans l’eau potable.

Le nombre de foyers à visiter et dépassant la limite de plomb a donc augmenté, nécessitant plus de ressources. Par exemple, répertorier l’ensemble des entrées de service en plomb sur le territoire et procéder à davantage de tests de dépistage; concevoir une carte interactive en ligne afin que les citoyens vérifient si l’entrée de service de leur immeuble est en plomb; commander plus de pichets filtrant l’eau du robinet et les distribuer aux résidents en ayant besoin…

Également, peu de propriétaires ont procédé aux travaux de réhabilitation de leur entrée d’eau privée en plomb, comme ce n’était pas obligatoire avant juin 2021.

Propriétaires tenus de payer

Le Plan a ainsi prévu des mesures pour accélérer les travaux, que la Ville effectue dorénavant de la maison à la rue. Il rend obligatoire le remplacement d’entrée de service du domaine privé, si elle est en plomb, en refilant la facture aux propriétaires, depuis juin 2021.

Comme le règlement a changé depuis 2019, des propriétaires ont parfois reçu de nouveaux avis de dépistage de plomb dans l’eau au lieu d’avoir un suivi du dépistage déjà réalisé. Ou encore ils ont eu un autre avis annonçant la date d’excavation pour le remplacement des entrées de service, alors que c’était déjà fait.

Comme si la Ville n’avait pas pris en note les étapes déjà réalisées ou les modifications effectuées sur le domaine privé, soulèvent quelques propriétaires. Ulcérés par ces avis répétitifs inutiles, ceux et celles à qui s’est arrivé affirment qu’il est très important de garder une copie de la facture des travaux, le cas échéant.

Combien ça va coûter?

Une fois le test de dépistage réalisé à la maison par quelqu’un du Service de l’eau de la Ville de Montréal, on sait tout de suite s’il y a des particules de plomb ou non (voir photo: résultat de 6,7 μg/L, un taux qui dépasse un tout petit peu la norme de 5 μg/L établie par Santé Canada en mars 2019).

Dépistage du plomb dans l’eau, par le Service de l’eau de la Ville de Montréal, été 2023. Le résultat affiche 6,7 μg/L, un taux qui dépasse un tout petit peu la norme de 5 μg/L établie par Santé Canada en mars 2019. (Photo: Anne Marie Parent, JDV)

Certains propriétaires savent déjà que leur entrée de service est en plomb (la tuyauterie est d’origine, ils n’ont pas fait de travaux de remplacement de tuyaux, la maison date d’avant 1970…). Ils peuvent procéder aux travaux de remplacement AVANT le passage de la Ville en contactant eux-mêmes des plombiers spécialisés.

Les coûts dépendent de l’entrepreneur choisi – il faut «magasiner» afin d’obtenir au moins trois soumissions pour comparer les prix et le service –, mais aussi de la longueur du tuyau de raccordement entre le robinet d’arrêt à l’intérieur de la maison et le «bonhomme» de la Ville à la limite de propriété en direction de la rue.

Également, il faut faire des demandes de permis (d’excavation, de raccordement…), d’autres frais qui s’ajoutent au coût des travaux. Sans compter les autres dépenses et soucis, s’il y a de l’asphalte à casser et à refaire, une clôture à démanteler, les racines d’un arbre à contourner…

Les propriétaires consultés qui avaient choisi cette option ont déboursé de 4000 $ à 8000 $ environ, selon les tarifs de leurs entrepreneurs, la longueur de la canalisation, en plus des taxes, des permis et autres frais éventuels.

En comparaison, «le montant moyen estimé par la Ville de Montréal, selon les données de 2021 et 2022 [NDLR: toujours d’actualité, nous a confirmé la dame du Service de l’eau de la Ville de Montréal], se situe entre 1100 et 1300 $ du mètre linéaire remplacé, incluant les frais administratifs», indique la fiche Plomb dans l’eau de la Ville.

Changer l’entrée d’eau d’un terrain privé qui mesurerait 6 mètres du robinet de l’entrée d’eau dans la maison à la vanne d’entrée d’eau de la Ville (ou «bonhomme») coûterait entre 6600 $ et 7800 $ en payant directement à la municipalité. À noter: pas de demande de permis à défrayer dans ce cas-ci.

Les propriétaires préférant avoir «la paix d’esprit» s’en remettent donc à 100 % à la Ville. Ils s’évitent le «magasinage» d’entrepreneurs et le temps consacré à monter ce dossier.

Attention, quelques personnes présentes durant les travaux de la Ville ont témoigné avoir vu des ouvriers mesurer les mètres linéaires de la partie privée jusqu’au trottoir. Il faut s’assurer que la longueur exacte qui sera facturée s’arrête au fameux bonhomme, un peu plus en retrait, vers la maison. De là l’importance d’être là au moment des travaux.

Incertitude et subventions

À la suite d’un test de dépistage positif, si on ne sait pas si le plomb détecté provenait de la partie privée (chez soi) ou publique (la municipalité), il vaut mieux attendre le passage de l’équipe mandatée par la Ville pour le découvrir. En fait, même si vous avez fait changer vos tuyaux par le passé, il se peut que des soudures en plomb apparaissent sur vos conduits plus récents.

Ce serait dommage de payer un entrepreneur pour rien, si des propriétaires antérieurs avaient déjà remplacé les entrées en plomb (ou même en acier galvanisé) par des tuyaux en cuivre. Vu le grand nombre de dépistages positifs à Ahuntsic-Cartierville, où beaucoup de résidences datent des années 1950 à 1970, il se peut qu’on patiente encore un ou deux ans.

«C’est embêtant, parce qu’on ne peut pas faire de plans», nous a confié une propriétaire qui voulait bénéficier du programme de subventions RénoPlex (pour les immeubles de 1 à 5 logements) en jumelant plusieurs projets de rénovation.

Ceux-ci ne peuvent pas être réalisés avant la confirmation et l’octroi de la subvention. Le programme Réno logement abordable (6 logements et plus) inclut également une aide financière pour le remplacement de l’entrée d’eau.

Mais sans date précise pour le remplacement des entrées de service par la Ville, c’est difficile de garder en attente un entrepreneur pour d’autres travaux. De plus, à quoi bon refaire le terrain devant la maison ou l’entrée de garage s’il ou elle sera excavé-e quelques mois ou années plus tard pour le changement de l’entrée de service?

La Ville procède par rue et non par adresse, pour regrouper ses chantiers. Quand ce sera le moment de se rendre faire des travaux dans votre coin, le Service de l’eau vous contactera.

Cartouches de rechange des filtres des pichets ZeroFilter fournis par la Ville de Montréal. (Saisie d’écran provenant du site zerofilteronline.com)

Eau filtrée

Si vous avez reçu un test positif au plomb, vous avez reçu de la Ville ou recevrez gratuitement un pichet de marque ZeroFilter pour filtrer votre eau du robinet, avec quatre cartouches de remplacement. Vous en aurez pour quelques mois seulement, alors si l’attente des travaux se prolonge, sachez que les filtres de la marque du pichet sont (pour le moment) le moins cher sur le marché – bien que ce soit assez onéreux –, après une comparaison en ligne, notamment avec ceux vendus chez WalMart. On les commande sur le site de ZeroFilter Canada.

Rappelez-vous que le testeur fourni avec le pichet ne mesure pas la quantité de particules de plomb dans l’eau, mais plutôt les solides solubles totaux dans l’eau (Total Dissolved Solids, TDS en anglais), exprimé en parties par million (PPM).

Les TDS sont principalement constitués de minéraux: plomb, chlore, fluorure, chloramines, métaux lourds…, que les cartouches ZeroFilter éliminent efficacement par osmose inversée. Si vous ajoutez du sel à votre eau du robinet, par exemple, le PPM augmentera. Ça ne veut pas dire que l’eau est remplie de plomb pour autant.

Eau du robinet de la cuisine filtrée avec le filtre fourni par la ville - Taux de particules à 12 mg/L de solide solubles totaux (TDS)d'après le test fourni par la ville- Crédits Leila Fayet
Eau du robinet de la cuisine filtrée avec le pichet ZeroFilter fourni par la Ville. Taux de 12 parties par million (PPM) de particules de solides solubles totaux (TDS) d’après le testeur fourni avec le pichet. (Photo: Leïla Fayet, JDV)

Découverte et décision

Vous recevrez un avis 4 semaines avant les travaux [90 jours, nous avait dit un employé de la ligne téléphonique 311]. Tâchez d’être là pour savoir si votre partie est en plomb ou non. Si elle l’est et que vous n’êtes pas présent-e, les ouvriers vont procéder tout de suite au changement de votre entrée de service, à vos frais.

Si vous préférez le faire faire par votre propre entrepreneur en plomberie, la Ville est tenue de remblayer la terre et vous devrez demander un permis d’excavation pour votre propre chantier. Vous aurez 24 mois pour procéder, sinon vous recevrez une amende, nous a expliqué en substance la personne du Service de l’eau.

Il n’est plus possible de demander à l’équipe de la Ville de laisser le «trou» ouvert quelques jours, le temps de faire venir votre entrepreneur, comme c’était le cas par le passé, pour des raisons de santé et de sécurité (si quelqu’un se blesse sur le terrain, par exemple).

Payer tout de suite ou en 15 ans?

Autre question qui revient souvent chez les propriétaires: «Devrais-je payer en un seul versement le remplacement de mon entrée de service, si on découvre qu’elle est en plomb au moment de l’excavation? Ou bien j’opte pour l’étalement du paiement en 15 ans (avec intérêt)?»

On parle d’une somme pouvant totaliser plus de 6000 $, qu’on n’aura peut-être pas sous la main quand les travaux seront réalisés. Imputé à votre compte de taxes foncières, ce montant réparti sur 15 ans sera plus doux sur votre budget. L’intérêt est calculé selon le taux d’emprunt de la Ville de Montréal, qui s’élevait à 3,47 % au 31 décembre 2022 (donnée de 2023-2024 inconnue à ce jour).

Par ailleurs, si vous vendez votre immeuble avant la fin du terme de 15 ans, la dette reste liée au compte de taxes de la propriété et n’est plus sous votre responsabilité. À considérer, si vous pensez revendre dans quelques années.

Autres conseils

Il serait judicieux d’ajouter un avenant pour bris d’entrée d’eau à votre contrat d’assurance habitation. Selon les compagnies, cette «clause» coûte de 20 $ à 30 $ par année. Elle couvre «la canalisation d’alimentation d’eau située sur les lieux assurés, à partir de la valve d’eau publique […] jusqu’à la première valve d’arrêt à l’intérieur du bâtiment d’habitation» (exemple tiré d’un contrat chez Beneva).

Si vous avez des voisins mitoyens intéressés à partager les services d’un entrepreneur en plomberie, vous pouvez tenter de négocier un «prix de groupe». Les ouvriers et leur excavatrice auront peu de distance à couvrir entre deux ou plusieurs clients, réduisant leur temps de travail, ce qui pourrait vous valoir une ristourne.

 

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
4 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brisson Pierre
Brisson Pierre
3 Mois

Très bon article. La norme au Québec pour le taux de plomb serait de 3.5 semble-t-il au lieu de 5 pour le reste du Canada.
Est-ce le cas? Si oui alors pourquoi est-il plus bas?

Daniel Caron
Daniel Caron
3 Mois

Merci pour cette synthèse éclairante concernant ce dossier touchant la santé des citoyens et citoyennes de l’arrondissement.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dossier santé – Le Centre d’études du sommeil de Sacré-Cœur est mondialement connu

Le Centre d’études avancées en médecine du sommeil (CÉAMS), situé à l’Hôpital…

Dossier santé – Entrevue avec Adélaïde de Melo, nouvelle PDG du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal

Le Journal des voisins a rencontré Mme Adélaïde de Melo, nouvelle présidente-directrice…
Prévenir les chutes

Chutes des aînés, l’indispensable prévention

C’est une véritable épidémie. Les chutes graves nécessitant souvent une hospitalisation touchent…

Yvon Blanchet, champion de course à 68 ans

Yvon Blanchet a remporté 3 médailles d’or à 68 ans en course à pied…