Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

L'organisme est à la recherche de bénévoles

La Popote roulante d’Ahuntsic reprend ses activités

(Photo : courtoisie)

Après avoir cessé temporairement ses activités, la Popote roulante d’Ahuntsic va reprendre du service à compter du 15 mai jusqu’au 21 juin. Les bénéficiaires pourront alors se référer à la popote centrale qui assura le service durant l’été.

Depuis l’année de sa création en 1971, la Popote roulante d’Ahuntsic s’occupe des personnes âgées, des malades et des handicapés. Armée de ses bénévoles, elle prépare, transporte et sert des repas à des dizaines de personnes dans l’arrondissement.

En octobre dernier, la mauvaise nouvelle est tombée.

L’organisme devait fermer ses portes et trouver un nouveau local. Dans la foulée des événements, la Popote a réussi tant que bien que mal à survivre, perdant plus de la moitié de ses bénévoles, dont deux cuisinières qui ont dû quitter la ville en raison des récentes inondations. Si elle manque encore de bénévoles, la Popote a tout de même réussi à se refaire une santé grâce à une aide qui fut fort appréciée.

« Nous avons eu une très bonne collaboration du CLSC qui en a parlé et qui nous a aidés à recruter d’autres bénévoles. Nous avons actuellement besoin de bénévoles pour la cuisine, pour conduire les popotes et pour livrer les repas à domicile », affirme Jean-Claude Létourneau, président de la Popote roulante.

Un triste incident

L’organisme qui était installé depuis plusieurs années au 10 000 St-Laurent dans une résidence pour aînés, Les Habitations à Ciel Ouvert, fournissait alors des repas à plusieurs personnes de l’établissement. À cela s’ajoutaient les nombreux repas livrés à domicile sur un large territoire entre les rues Papineau, St-Laurent, Crémazie et Gouin.

À l’origine du départ, l’établissement exigeait l’installation d’une hotte industrielle dans le local de la cuisine pour évacuer les odeurs et pour se conformer aux normes en vigueur. « En tout, l’installation aurait coûté environ 20 000$, donc c’était trop cher pour nous. Là où on est, il n’y a pas de résidants au-dessus de nous, donc ce n’est pas nécessaire d’avoir une hotte commerciale très dispendieuse », explique M Létourneau.

Comme si ce n’était pas assez, le local a été l’objet de grabuge quelques jours avant le départ. « Il y avait de la bière et de l’argent, mais les gens n’ont rien volé, donc c’est carrément du vandalisme », déplore Lucille Landry, ancienne directrice de l’organisme et membre bénévole depuis sa fondation.

« Il y avait sûrement des gens dans la place qui ne nous toléraient pas », soutient M Létourneau.

Mme Landry explique pour sa part que ce n’était pas la première fois que de tels gestes étaient commis. « Ça faisait trois fois en quelques semaines que des gens faisaient du ravage à différents endroits dans l’immeuble de la résidence».

Un nouveau départ

C’est au sous-sol de la paroisse St-Paul-de-la-Croix, situé au 10215 Georges-Baril, que loge désormais l’organisme.

La Popote roulante d’Ahuntsic recherche des bénévoles qui seraient prêts à offrir quelques heures de leur temps par semaine. Les journées de livraison sont les lundi et mercredi entre 11 h et 12 h 30. Les intéressés sont invités à contacter directement M. Létourneau au numéro suivant : 514 858-1083.

Avant de déménager aux Habitations à Ciel Ouvert en 2005, l’organisme était situé au sous-sol de l’église Sainte-Madeleine-Sophie-Barat. Ce sont les maronites qui sont alors devenus propriétaires de l’église.

Lucille Landry a vu évoluer la Popote au fil des ans, participant aux activités de l’organisme depuis ses tout débuts : « J’étais le chauffeur le premier matin en mai 1971 quand on a commencé à livrer les repas. J’ai ensuite été membre du conseil à la fin des années 70 et c’est en 1981 que j’ai pris la relève de la popote en tant que directrice », se remémore-t-elle.

 

 

 

 

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone


bannière opinion