Un écolier a été retiré de l’école primaire Saint-Benoît par mesure préventive, le 2 mai dernier, pour plusieurs semaines, après que ce dernier ait été en contact avec un membre de sa famille qui a développé la rougeole.

La direction de l’école a agi rapidement puisqu’un message a été transmis aux parents des élèves de l’établissement d’Ahuntsic-Cartierville dès le lendemain.

La lettre de l’école Saint-Benoît envoyée aux parents.

Dans cette lettre obtenue par journaldesvoisins.com, on peut y lire :

« une personne fréquentant l’école primaire Saint-Benoît a été exposée à la rougeole dernièrement, en dehors de l’école. Un risque de développer la maladie est possible pour cette personne qui a fréquenté l’école le jeudi 2 mai 2019 ».

Une intervention rapide

La Directrice régionale de santé publique de Montréal (DRSP) et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) ont déployé les ressources nécessaires afin de limiter la propagation de la maladie contagieuse puisqu’une intervention rapide et efficace permet de freiner le développement de la rougeole.

« On [DRSP] a mis en branle, avec l’aide du CIUSSS, une clinique de vaccination pour être sûr que tous les enfants, qui auraient pu être en contact avec ce cas, puissent avoir accès au vaccin s’ils en avaient besoin », explique Renée Paré, médecin-conseil à la DRSP.

La rapidité de l’intervention de l’école, du DRSP et du CIUSSS a permis d’alerter les parents qui désiraient faire vacciner leur enfant.

« Ils [les parents] doivent s’assurer que leur enfant est vacciné. Sinon, on va demander que les parents retirent leur enfant de l’école s’ils ne sont pas vaccinés. On ne veut pas que ces enfants-là attrapent la rougeole », mentionne Renée Paré.

Dans une situation où un parent refuserait la vaccination, l’enfant ne pourrait pas retourner à l’école tant qu’il n’a pas reçu son vaccin ou que l’éclosion n’est pas terminée.

Des vaccins obligatoires ?

Si l’on vaccine toujours contre certaines maladies infectieuses comme la rougeole, c’est que certaines personnes contractent encore la maladie. Le seul moyen de se protéger, c’est de se faire vacciner, affirme Richard Marchand, médecin spécialisé en microbiologie médicale et infectiologie à l’Institut de Cardiologie de Montréal (ICM).

Au Québec, un enfant n’est pas obligé d’être vacciné pour aller à l’école puisque le gouvernement n’a jamais imposé cette décision aux parents. Toutefois, en Ontario par exemple, pour s’inscrire dans un établissement scolaire, les élèves doivent obligatoirement être vaccinés contre certaines maladies, telles que la rougeole, la varicelle, ou encore, les oreillons.

« Les gens ne voient pas les séquelles de ces maladies, donc, ne sentent pas le besoin de se faire vacciner », explique Richard Marchand.

Le docteur Marchand explique qu’aujourd’hui, on ne voit plus de rougeole, de poliomyélite, entre autres. Autrement dit, ces maladies dangereuses sont disparues, ou presque.

«Pourquoi, demande le spécialiste ?  Parce qu’on vaccine. Si on arrête de vacciner, ça va revenir, prévient-il. Tant que le nombre de vaccinés est très élevé, celui qui est en danger, c’est celui qui n’est pas vacciné », poursuit-il. (…)

Pour sa part, la docteure Paré ajoute:

« Au Québec, on a toujours misé sur l’éducation et la promotion de la vaccination en expliquant les bases scientifiques et les avantages d’être vacciné. »

C’est pour cette raison que le choix de faire vacciner ses enfants ou non revient aux parents, au Québec.

Pourquoi se faire vacciner ?

Rappelons que la rougeole est une maladie infectieuse contagieuse qui peut avoir des conséquences graves sur le cerveau, pouvant notamment causer une encéphalite, c’est-à-dire, une inflammation cérébrale.

Richard Marchand explique que « la rougeole, c’est très contagieux », parce qu’une personne non vaccinée peut développer la maladie même si elle n’est pas dans la même pièce qu’une personne touchée par la rougeole.

En cas de doute sur l’état de santé d’un membre de votre famille, vous pouvez communiquer avec Info-Santé au 811 ou cliquez ici pour plus de renseignements.

Total
18
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Transport actif, mais matins explosifs

Comment s’effectuent les trajets maison-école des écoliers d’Ahuntsic-Cartierville le matin? Journaldesvoisins.com a…
Entrée principale de l'école Sophie-Barat (Photo : Archives jdv)

Surpopulation à l’école Sophie-Barat : que faire?

L’école Sophie-Barat est surpeuplée. C’est un problème. Les élèves et la présidente…

La subvention des couches lavables bonifiée et étendue

Devant l’intérêt suscité par le programme de couches lavables lancé en avril…

Inauguration de la CIEC de Bordeaux-Cartierville

Peut-être ferez-vous affaire avec les jeunes de la Coopérative d’initiation à l’entreprenariat…