Melissa Pietracupa
Mélissa Pietracupa présente les grandes lignes du programme d’automne de l’Espace le vrai monde? (Photo : Amine Esseghir, JDV)

La salle Espace le vrai monde? est une sorte de trésor caché, à Ahuntsic et à l’intérieur même du collège qui porte le nom du quartier. Depuis quatre ans, cette salle, l’auditorium du cégep, offre un programme varié ouvert au grand public. Sa directrice générale et artistique, Mélissa Pietracupa, présente les grandes lignes de ce qui est prévu à la rentrée.

Journaldesvoisins.com : De quoi se compose le programme de l’automne 2022?

Mélissa Pietracupa : Pour la rentrée, il y a Sarahmée et DJ High Klassified. Ce sera la fête le 9 septembre au nouveau Jardin Paul Inchauspé, dans la cour intérieure. C’est notre événement le plus festif. Ça danse, ça fait la fête et on a le bar. L’équipe d’animation va vendre des hot-dogs. J’ai programmé un artiste que personnellement je ne connaissais pas du tout, mais ce sont les étudiants qui me l’ont suggéré, DJ High Klassified. Ils sont très excités de l’accueillir! [NDLR : en date du 6 septembre, nous apprenons que ce spectacle a été malheureusement annulé]

Ensuite, en théâtre, il y aura I/O de Dominique Leclerc. Le spectacle est beau. Cette autrice réfléchit sur l’ampleur de la technologie pour nous améliorer physiquement en tant qu’humains, pour étirer notre vie le plus longtemps possible. Donc la question est jusqu’où veut-on aller? Est-ce que nous sommes la dernière génération à avoir une génétique naturelle? C’est documentaire, mais aussi très autobiographique.

Pour le jeune public, les maternelles, de la première à la quatrième année, nous présenterons Moi, Chiquita de Citlali Germé, une pièce autour du thème de l’identité.

Puis, Limbo, d’Amélie Dallaire, est une comédie absolument absurde, sous forme de conférence, mais qui n’a jamais vraiment lieu. C’est de l’humour absurde. On n’a jamais vu ça. C’est une expérience, je dirais.

Pour clôturer l’automne, on va avoir Fabien Cloutier. Quand j’ai vu le titre de son prochain spectacle, Délicat, j’ai ri. Je me suis dit, comment pourrait-il être délicat? Je ne sais pas trop, mais on va voir ce que ça donne.

Donc vous démarrez avec cinq spectacles, mais pas tous en salle, finalement. Est-ce que ça fait aussi partie de l’idée de l’Espace le vrai monde?

Je trouve que dans le milieu dans lequel je m’inscris, il faut aller chercher les étudiants. Eux, ils aiment écouter de la musique debout, dehors avec leurs amis, très fort, en buvant une bière. Donc je ne vais pas essayer de les faire rentrer dans ma salle, je vais me déplacer vers les lieux qu’ils fréquentent naturellement, puis leur donner une couleur différente. Il faut aller en même temps chercher des spectacles qui peuvent s’adapter à ce genre. La mission que j’essaie d’installer pour l’Espace, c’est vraiment de choisir des spectacles qui font réfléchir. C’est surtout cela à la base. Mais il faut s’amuser aussi. Pour que ce soit possible à l’extérieur, il faut également qu’il fasse beau, donc c’est sûr, c’est en début et en fin de session.

Alors c’est plus qu’une salle de spectacles ouverte à tous; il y a une démarche éducative à l’intention des étudiants?

On a créé un comité d’ambassadeurs composé de cinq étudiants. Parfois, j’ai des doutes pour faire la programmation. Je vais voir un spectacle de théâtre que je trouve pertinent, mais je me demande comment un étudiant va le recevoir. Donc je vais envoyer deux ou trois étudiants pour voir le même spectacle, afin qu’on en discute ensuite. Comme ça, je m’assure de faire des choix vraiment en phase avec leurs besoins à eux et pas juste en fonction de mes goûts.

C’est comme si vous faisiez du sur-mesure.

Oui, j’essaie de faire ça quand j’assiste à des spectacles. J’en vois trois ou quatre par semaine. C’est mon travail.

Est-ce que c’est cela qui distingue L’Espace le vrai monde? d’une autre salle à Montréal?

Quand je vois un spectacle, je réfléchis toujours dans quoi je vais l’inscrire. Qui est mon public pour ce spectacle? Ça m’arrive d’avoir de voir des spectacles qui sont absolument merveilleux, mais je ne vais pas les programmer. Et puis, je suis à Montréal, je ne veux pas répéter ce qui se fait ailleurs. J’essaie de créer une rencontre réelle. Ensuite, il faut correspondre aux spectateurs. Il faudrait que ce soit pertinent pour eux. C’est important d’illustrer aussi la diversité du collège. Je fais en sorte d’avoir aussi un bon ratio femme-homme, et une diversité de cultures. Il faut que ça s’inscrive dans la politique, l’idéal, et dans la philosophie du fonctionnement de la salle. Ça fait quand même beaucoup d’éléments à prendre en compte avant de pouvoir dire que je vais choisir ou programmer une création.

L’Espace existe depuis quatre ans, mais vous en avez passé deux en pandémie. Est-ce qu’on peut quand même faire un bilan de son activité?

Je pense que oui, par contre, quand je regarde mon plan de développement, il est au ralenti.

Par rapport aux ambitions et aux idées que vous avez imaginées au début et aujourd’hui, où en êtes-vous?

C’est les mêmes choses, mais c’est étalé sur le temps. Il faut juste un peu plus de patience. Nous avons quand même réussi à tisser beaucoup de liens autant avec les investisseurs qu’avec les gens du quartier. À l’interne, pendant la pandémie, on a développé de nouveaux publics, on a fait d’autres types d’activités. Juste l’an dernier, nous avons reçu 10 artistes divers de création, pour 10 semaines de résidence. C’est énorme. On a été actif quand même pendant la pandémie, mais dans un créneau différent, avec des jauges, avec moins de spectateurs.

Tous les spectacles de l’Espace le vrai monde? sont ouverts au grand public.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Dispute de loyer ou menace pour les garderies en milieu familial ?

Une banale dispute entre un propriétaire et un locataire menace la survie…

Brigade Neige, ou pelleter pour une bonne cause

Les premières neiges sont arrivées récemment, et elles ont servi d’avertissement à…
Cuisine modulable - Autour du bébé - Crédits : Autour du bébé

L’OBNL Autour du bébé renaît dans de nouveaux locaux sur la Promenade

Le Centre de ressources périnatales Autour du bébé a déménagé ses pénates…

Le JDV bien enraciné dans Ahuntsic-Cartierville !

L’équipe du JDV poursuit l’analyse détaillée des résultats du sondage réalisé le…