Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Terrain adjacent au Bois-de-Saraguay ; un Comité de protection déçu

Picture

L’emplacement du terrain (entre le boulevard Gouin et l’avenue Jean-Bourdon (Photo: www.luxuryestateinmontreal.com)

Les élus d’Ahuntsic-Cartierville ont été saisis du jugement de la Cour Supérieure qui estime que l’arrondissement a erré lorsqu’il a tenté de bloquer la subdivision d’un terrain à proximité du Bois-de-Saraguay. Une décision doit être officiellement rendue lundi.

Les élus décideront alors d’approuver le lotissement dans les 30 jours du jugement, sur paiement de la cession pour fins de parcs ou de contester la décision.​Si la décision finale n’a pas été prise par les élus, selon Robert Dolbec, directeur de cabinet au Bureau des élus, « l’avis reçu du Contentieux de la Ville est clair : le jugement de la Cour supérieure est clair et rien ne laisse croire qu’il pourrait être renversé. »

Le Comité pour la mise en valeur du Bois-de-Saraguay déçu

Jocelyne Leduc-Gauvin, porte-parole du Comité pour la mise en valeur du Bois-de-Saraguay, dit que les membres du comité ont eu connaissance de cette poursuite, à leur grande surprise, par le biais des journaux. Mme Leduc Gauvin a immédiatement écrit aux élus pour leur demander de faire appel de la décision.

« On savait qu’il y avait eu la vente de terrains, mais pas qu’il y avait eu une poursuite. Pourquoi ne nous ont-ils pas avertis? On va leur demander d’aller en appel, malgré tout. N’y-a-t-il pas des précédents ailleurs au Québec de promoteurs qui n’ont pas eu gain de cause lorsqu’on parle de protection de la nature? », demande Mme Leduc-Gauvin.

Celle qui travaille bénévolement pour la sauvegarde de cet écoterritoire depuis plusieurs années, rappelle que le terrain en question s’étend du boulevard Gouin à l’avenue Jean-Bourdon et contient un boisé mature qui fait les trois quarts du lot, une érablière à caryer et une petite maison unifamiliale. En 2012, on y dénombrait près de 400 arbres. Le sentier, qui traverse la propriété, aurait été construit il y a plusieurs décennies par Hugh Paton pour se rendre au centre-ville.

Avis unanimes

Avant le jugement, le Conseil du patrimoine et la Direction des grands parcs et du verdissement (DGPV) avaient émis un avis dans lequel ils affirmaient que le 9040 Gouin Ouest serait « une occasion de consolider le secteur de la forêt intérieure » du Bois-de-Saraguay. Le DGPV avait déterminé que la valeur patrimoniale et historique du sentier confirmait l’intérêt de ne pas subdiviser le terrain en quatre lots de 2800 mètres carrés chacun, comme le demandait le propriétaire.

 « Bien que situé en dehors des limites du site patrimonial, (…) ce terrain, boisé dans sa majeure partie constitue un élément important dans l’optique de tisser un lien entre le secteur de la forêt intérieure et la rivière des Prairies dont il faut assurer la protection et la mise en valeur. »

Le Conseil du patrimoine de Montréal recommandait en juin 2012 de naturaliser le bois implanté sur le site et de fermer l’avenue Jean-Bourdon. On proposait aussi l’acquisition des lots qui donnent sur l’avenue Jean-Bourdon.

Acquisitions par la Ville?

 « Si le comité avait été averti de cette poursuite, nous aurions poussé la Ville-centre à dégager les sommes nécessaires pour acheter une partie du terrain en question pour préserver la portion qui appartient au Bois-de-Saraguay », dit Mme Leduc-Gauvin.

Si le jugement ne peut pas être contesté, le comité proposera que la Ville de Montréal négocie l’achat de deux des quatre lots; soit ceux en bordure de la rue Jean-Bourdon.

« Je ne vois rien dans le jugement qui interdit à la Ville d’acheter les terrains pour les préserver. La Ville-centre s’est prononcée depuis longtemps en faveur d’augmenter le pourcentage d’espaces verts à Montréal, mais ça ne va pas vite. C’est maintenant l’occasion de le faire », suggère Mme Leduc-Gauvin.

Selon le site www.luxuryestateinmontreal.com, chaque lot d’environ 2900 mètres carrés serait évalué à 1,6 million de dollars.