Entendez-vous davantage le chant des oiseaux ces derniers temps? Depuis la fermeture des frontières et l’interdiction de tout voyage non-essentiel en lien avec la pandémie de la COVID-19, beaucoup moins d’avions circulent au-dessus de nos têtes, notamment dans Ahuntsic-Cartierville. Le climat sonore en est grandement apaisé, ce qui fait un bien fou à plusieurs résidants de l’arrondissement, habituellement dérangés par les nombreux et bruyants avions décollant et atterrissant à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.  

Un silence qui fait des heureux

« Alors qu’avant on était pilonné par le bruit des avions, maintenant c’est comme si on était en plein bois. Tout ce qu’on entend, c’est le bruit du vent dans les branches d’arbres et le chant des oiseaux », se réjouit Pierre Lachapelle, résidant d’Ahuntsic-Cartierville et président du groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau, qui milite contre les désagréments causés par les activités de l’aéroport sur les citoyens de la ville.

L’apaisement de la circulation automobile est aussi en cause dans cette réapparition de la tranquillité dans l’arrondissement.

« Je n’avais pas vu venir avec autant de splendeur ce silence », confie M. Lachapelle.

M. Lachapelle observe même que le bleu du ciel est encore plus bleu qu’à l’habitude.

Il n’est d’ailleurs pas le seul à se réjouir de la situation actuelle.

–« Effectivement tout un contraste! On se réveille avec le chant des oiseaux et les couloirs sont pris par les outardes! Merveilleux!! » — « Comme c’est tranquille maintenant! Un des rares avantages de ce virus… » –« Ça fait du bien d’entendre les oiseaux! » –« Quel bonheur ce silence! »

Ce sont tous des exemples de commentaires que l’on peut retrouver sur Facebook, provenant de personnes habituellement dérangées par le bruit des avions.

Démonstration de ce qui pourrait être

La situation actuelle est pour le président des Pollués de Montréal-Trudeau une « démonstration de ce à quoi les citoyens devraient pouvoir accéder et ce dont il pourrait jouir, jour après jour, même dans une grande ville comme Montréal ».

La présente situation dépasse même les espérances de M. Lachapelle et de son groupe qui ne demande habituellement que de pouvoir dormir tranquille.

Le président des Pollués de Montréal-Trudeau espère que ce ralentissement va permettre aux députés et au gouvernement de Justin Trudeau de prendre une nouvelle orientation dans le dossier du bruit des avions.

C’est pour lui une occasion de poser des conditions et de réclamer des normes concernant notamment le couvre-feu des avions de 23h à 7h que le groupe demande depuis 2013.

Il entend continuer à militer en ce sens.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

2 commentaires
  1. Le silence était bienvenue jusqu’à il y a deux semaines… En effet, c’était sans compter le bruit de construction infernale sur le boulevard Métropolitain que l’on entend désormais de 22h30 à Minuit 30 du Dimanche au jeudi dans le secteur André-Grasset. C’est vraiment à rendre fou pour ceux qui veulent dormir et ça fait deux semaines que ça dure !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les défis de Montréal-Trudeau : tolérance de la population et atteinte de la capacité maximale

La tolérance de la population ainsi que l’atteinte de la capacité maximale…

Points de presse du 22 mai – 46 161 cas confirmés – Certaines institutions culturelles pourront rouvrir bientôt

À l’occasion de son habituel point de presse quotidien, le premier ministre…

Les précautions valent aussi pour les enfants

Alors que le Québec se met en pause pour quelques semaines, certains…

Brèves – Dossier spécial COVID-19

Le Service du développement économique de la Ville de Montréal vous informe…