L’Hôpital du Sacré-Cœur (Photo: Archives JDV)

Le pire est passé dans les hôpitaux du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Journaldesvoisins.com s’est entretenu avec le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux du CIUSSS du Nord, Jean-François Dubé, cette semaine. 

Il y a un mois et demi, les hôpitaux étaient presque à 100 % de leur capacité. L’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal est passé au niveau supérieur de délestage en janvier et les employés du CIUSSS ne pouvaient pas prendre une seule journée de vacances. 

Aujourd’hui, il n’y a que 42 hospitalisations en lien avec la COVID-19 sur tout le territoire du CIUSSS du Nord, dont quatre patients en soins intensifs. Les arrêtés ministériels obligeant le temps supplémentaire et la disponibilité à temps plein ont presque tous été levés : seule la permission pour un employeur de déplacer un employé d’un établissement à un autre demeure, mais ce n’est pas le cas présentement de toute façon. 

« C’est sûr qu’il y a toujours une certaine crainte, mais l’ambiance est beaucoup plus à la décroissance et au déconfinement. Il y a beaucoup d’espoir sur le plancher et nos discussions avec l’employeur sont par rapport au plan de décroissance », mentionne M. Dubé. 

Actuellement, les travailleurs utilisent des masques N95 lorsqu’ils sont en contact avec des patients infectés – le personnel s’attend à ce que les masques de procédure soient éventuellement de retour, mais rien n’est encore confirmé à ce sujet. 

Tout n’est pas rose, cependant. Malgré la levée de certaines mesures, les deux ans de pandémie ont assurément eu un impact sur le moral des travailleurs essentiels. 

« Évidemment, il y a de l’épuisement, admet Jean-François Dubé. Il y a eu tellement de départs en maladie… surtout sur le plan de la santé psychologique. »

De plus, même si des primes doivent être versées au personnel pour les journées additionnelles de disponibilité et le temps supplémentaire, des problèmes avec le système de paie font en sorte que beaucoup d’employés attendent de l’argent (jusqu’à quelques milliers de dollars dans certains cas). Les leaders syndicaux espèrent « une meilleure communication » de la part de l’employeur. 

Les statistiques toujours en baisse

À l’instar des dernières semaines, le nombre de cas de COVID-19 continue de chuter dans Ahuntsic-Cartierville, passant à moins de 10 nouveaux cas par jour cette semaine. On rapporte une éclosion d’importance dans les CHSLD du Nord-de-l’Île-de-Montréal, soit au CHSLD Les Cèdres, mais celui-ci est dans l’arrondissement Saint-Laurent. 

Sur le plan de la vaccination, 85,5 % des résidants admissibles dans l’arrondissement ont reçu une couverture vaccinale adéquate. La progression de la vaccination a ralenti chez les 5 à 11 ans, où on recense une couverture vaccinale adéquate de 33,9 % dans Ahuntsic-Cartierville. 

Le gouvernement fédéral a annoncé, mercredi, la fin de l’obligation pour les voyageurs adéquatement vaccinés de présenter un test de dépistage de la COVID-19 négatif pour entrer au Canada à partir du 1er avril. 

La population québécoise est toujours en attente de la fin d’une des dernières mesures toujours en place, soit l’obligation du port du masque dans les lieux publics. Selon les dernières conférences de presse du gouvernement Legault, cela devrait venir d’ici la mi-avril, et possiblement plus tôt.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Un garage historique ferme ses portes

Le Garage Jules Provost et Associés, une entreprise familiale située dans Bordeaux…

Écoquartier Louvain Est: des travaux qui dérangent

L’écoquartier Louvain Est n’est pas encore en chantier, mais certains résidants du…
Poussette bloquée au passage piéton pour traverser la voie ferrée au coin Crémazie et Autoroute métropolitaine

Voie ferrée infranchissable pour les poussettes et les chaises roulantes

Les poussettes et chaises roulantes ne peuvent pas emprunter le passage piéton…

Une murale qui suscite des réactions «mur-à-mur»

Du coin Henri-Bourassa et Péloquin, un halo de couleur attire l’œil, juste…