Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Précisions sur l'attente en CHSLD

Une première rencontre CIUSSS-arrondissement pour parler des priorités

Publié le 29/03/2018
par Alain Martineau

Pierre Gfeller, pdg du CIUSSS-du-Nord-de-l’Île (Photo: archives jdv)

Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville (Photo: archives jdv)

Une première prise de contact a eu lieu récemment entre la mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartieville, Émilie Thuillier, et le pdg du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS), le docteur Pierre Gfeller.

A la fin février, les deux décideurs du nord de Montréal ont pu discuter de divers dossiers alors que des interrogations persistent dans le vaste réseau de de la santé et des services sociaux.

Lors de la séance de l’arrondissement en décembre, un citoyen avait invité la mairesse Thuillier, nouvellement élue, à aborder divers dossiers santé avec les autorités socio-sanitaires.

Suivant de près ces dossiers, Jean Archambault avait suggéré à Émilie Thuillier divers sujets lui tenant à cœur, déplorant, en analyse, que «sur le plan des CLSC du territoire, le régime minceur se maintenait (dans le nord de l’île)».

M. Archambault est revenu à la charge pour dénoncer le manque de proximité des ressources quand il fait allusion à la fermeture de l’accueil psycho-social au CLSC-Ahuntsic, le déplacement des services de soutien aux adolescents (du CLSC Ahuntsic à Montréal-nord) et les fermetures de places en CHSLD.

Mme Thuiliier a accepté de mettre ces questions à ordre du jour en vue de la rencontre avec M. Gfeller.

« Les problèmes découlant de la délocalisation de l’accueil psycho-social ont effectivement été directement soulevés par Mme Thuillier, a indiqué Jean-François Desgroseilliers, directeur de cabinet au bureau de la mairie et des élu(e)s. M. Gfeller était bien au courant de l’enjeu. Il a expliqué les raisons de cette réorganisation et il nous a dit que des mesures sont mises en place pour s’assurer que les personnes ayant besoin de soutien psycho-social soient dirigées vers les ressources disponibles à proximité », a-t-il noté.

La mairesse a par ailleurs mis cartes sur table sur la collaboration souhaitée du CIUSSS dans la planification de l’arrondissement en ce qui a trait au plan local de déplacements (étude sur la mobilité faite aux dix ans) et le Plan de développement social, un thème cher à la nouvelle équipe au pouvoir à l’arrondissement et à la ville-centre.

Places en CHSLD

L’arrondissement a aussi voulu en savoir plus sur les places disponibles en CHSLD dans l’arrondissement (en tenant compte de fermetures de lits à Louvain et Cartierville), une autre requête du résidant Archambault.

Ce dernier était déjà intervenu sur la place publique pour dénoncer la fermeture de 211 places dans l’arrondissement (Louvain: 141 places et Cartierville: 70 places). Mais signalons que  141 places ont été ajoutées en ressources intermédiaires (RI) via une entente avec Gestion immobilière GLobale inc. Mais M. Archambault a rappelé que les RI hébergent seulement des personnes âgées qui ont besoin de services infirmiers de moins de trois heures par jour. Et il a aussi parlé du fait que plus de 150 personnes sont en attente d’avoir une place en CHSLD.

Contactée par jdv, la haute direction du CIUSSS dans le nord de l’île a catégoriquement nié, apportant des bémols.

« Il  n’y a aucun problème d’accès pour une place en CHSLD, a soutenu Hugo Larouche, conseiller cadre aux relations médias et aux affaires publiques du CIUSSS. Il n’y a pas d’attente pour les gens qui doivent avoir accès à un CHSLD. Par ailleurs, aucune diminution du niveau d’accès à des lits en CHSLD n’est prévue », a-t-il précisé.

Dans un premier temps, on tient à préciser que sur le territoire du CIUSSS, on compte 2800 places en CHSLD disponibles pour sa population (Ahuntsic et Cartierville, Montréal-Nord, Saint-Laurent, Villeray ainsi que La Petite Patrie). Mais, de préciser M. Larouche, il y a des personnes en attente parce qu’ils tiennent mordicus à aller au CHSLD qu’ils ont choisi et qu’en attendant, ils reçoivent quand même des soins.

« Les 150 personnes sur la liste sont en attente de leur premier choix.  Ils sont donc dans un CHSLD ou reçoivent des soins à domicile et ils attendent qu’une place se libère dans le CHSLD qu’ils désirent en tout premier lieu », a tenu à dire la direction.

Au sujet des places qui vont «disparaitre» bientôt à Louvain (impossibilité de se mettre aux normes d’aujourd’hui en raison du caractère du bâtiment situé sur Saint-Denis, tout près de la voie ferrée qui divise Ahuntsic, de l’autre côté de la gare et Du métro Sauvé), le CIUSSS a une fois de plus rappelé ce qui a déjà été avancé.

Le CIUSSS signale que la clientèle qui s’y trouve a un profil de bénéficiaires qui se trouvent dans des ressources intermédiaires. Elle sera donc transférée en RI à la fin du printemps.

Enfin, le CHSLD de Cartierville est en rénovation présentement et les travaux dureront encore un an, selon le CIUSSS. Le but est de moderniser le bâtiment de la rue Grenet, tout près de l’hôpital du Sacré-Cœur, en prenant notamment trois chambres pour en faire deux.

Environ 70 personnes aux prises avec des maladies mentales ont été transférées ailleurs (Hôpital Rivière-des-Prairies, centre hospitalier de soins psychiatriques).

Au sujet des déménagements de patients, Jean Archambault a déploré le fait qu’une trentaine de personnes présentant des problèmes de santé mentale graves auront connu trois institutions en cinq ans et qu’il en aura coûté près de 2 millions $ pour des localisations temporaires.