Publicité de deux agents d’immeubles à l’angle des rues Fleury et Waverly. (Photo: Éloi Fournier – jdv)

Récemment, plusieurs résidants d’Ahuntsic-Cartierville fréquentant la rue Fleury Ouest ont pu voir des affiches publicitaires placées sur le côté de bâtiments. Ces dernières, des publicités pour deux agents d’immeubles sont-elles permises ou  considérées comme de l’affichage sauvage? 

Publicité de deux agents d’immeubles à l’angle des rues Fleury et Waverly. (Photo: Éloi Fournier – jdv)

L’affichage sauvage, ou non contrôlé, concerne la publicité qui n’est pas installée dans des espaces prévus à cet effet. Par rapport à d’autres endroits dans le monde, cet état de faits est rigoureusement contrôlé au Québec. Pour les pancartes électorales, par exemple, les partis politiques doivent effectuer le retrait de celles-ci au plus tard après une élection.

L’affichage publicitaire est également très réglementé à Montréal. Plusieurs débats ont d’ailleurs eu lieu au cours des dernières années dans la métropole, des gens se plaignant que les babillards prêts à recevoir l’affichage libre sont beaucoup trop rares et dispersés. Aujourd’hui, la Ville de Montréal se targue d’en offrir plus de 400, dont une trentaine dans Ahuntsic-Cartierville. Cependant, ce ne sont pas des babillards pouvant accueillir d’énormes publicités comme celles des deux agents d’immeubles dont il est ici question. 

Est-ce permis?

Selon le Règlement d’urbanisme de la Ville de Montréal, les enseignes publicitaires en général sont tolérées ailleurs que sur le lieu de l’établissement qui est annoncé: 

« Une enseigne publicitaire est une enseigne constituant un usage principal et qui peut être située ailleurs qu’au lieu de l’établissement, du produit, du service ou de l’immeuble annoncé. »

Cependant, le règlement est clair en ce qui concerne la façon d’installer une enseigne: 

« Il est interdit d’inscrire un message, de coller ou d’agrafer une affiche ailleurs que sur une surface prévue à cette fin. »

Théoriquement, donc, ce type d’affichage n’est pas permis à Montréal.

De plus, il est possible que ce ne soit pas toléré dans le secteur de la rue Fleury.

 D’après un courriel envoyé à un citoyen par la conseillère de ville du district d’Ahuntsic, Nathalie Goulet, le Service des permis et inspections de l’arrondissement en est présentement à inspecter le dossier. 

Une initiative peu commune

Il est assez rare d’apercevoir de telles publicités dans Ahuntsic-Cartierville, surtout sur une artère commerciale comme la rue Fleury. Les affiches des deux agents d’immeubles peuvent être aperçues à l’angle de la rue Tolhurst et à l’angle de la rue Waverly.

Elles sont très grandes, frappent l’imagination, et sont très discutées par les résidants du coin. Plusieurs s’opposent à un tel affichage. Toujours est-il que la publicité a un certain succès, car comme le veut l’expression, « parlez-en en bien ou parlez-en en mal, mais parlez-en! »

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

1 commentaire
  1. C’est toujours payant pour ce type d’infraction d’oser et de payer la facture qui vient avec la contravention à moins que la population n’en décide autrement car on a toujours le choix d’encourager ceux qui respectent les règlements au détriment de ceux qui en abusent.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Points de presse du 4 juin - 52 143 cas confirmés -  Réouverture graduelle des sports d’équipe extérieurs au 15 juin

Le gouvernement Legault annonce la reprise graduelle des sports d’équipes et l’instauration…

Tragédie à Beyrouth: Beaucoup de gens touchés dans Ahuntsic-Cartierville

Après une explosion d’une violence inouïe survenue hier dans le secteur du…

Ahuntsic-Cartierville tout en musique avec CAF

La musique résonne aux quatre coins d’Ahuntsic Cartierville depuis le 11 août,…

PLD d’Ahuntsic-Cartierville, le 22 janvier: quelles seront les mesures mises en place?

Décembre n’est-il pas le mois des cadeaux? Toujours est-il que les élus…