Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

VLS dans Ahuntsic-Cartierville: «Enfin!»

Publié le 20/04/2018
par Christiane Dupont
auto-mobile

(Photo:  courtoisie)

Sur les réseaux sociaux, de nombreux résidants se déclarent contents. « Enfin !», écrivent-ils. En cela, ils font référence au fait que les véhicules en libre-service (VLS) seront bientôt autorisés dans l’arrondissement. Le Conseil municipal de la Ville procède ce 23 avril à l’adoption de la modification réglementaire demandée par la nouvelle administration de l’arrondissement pour inclure notre quartier dans l’aire de desserte des VLS. Cette modification entrera en vigueur environ une semaine après son adoption. En mai, donc, Ahuntsic-Cartierville sera inclus dans l’aire de desserte des véhicules en libre-service (VLS).

Cette modification réglementaire, l’une des principales promesses de la nouvelle administration Thuillier en réponse à une demande pressante de nombreux citoyens de l’arrondissement, intervient à la suite de l’adoption le 12 février dernier par nos nouveaux élus de la résolution autorisant la mise en place d’une vignette de stationnement universelle pour les véhicules en libre-service (VLS) sur le territoire d’Ahuntsic-Cartierville.

Le 15 mars, la nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé la modification du règlement pour autoriser les permis de stationnement universels dans quatre nouveaux arrondissements : Ahuntsic-Cartierville, Outremont, Verdun et Ville-Marie, ce qui porte à dix le nombre d’arrondissements de Montréal où ce type de vignette est valide.

« Un VLS fait déjà le travail d’enlever de la pression sur les routes », a dit Valérie Plante en conférence de presse. Et de se réjouir : « On peut dire maintenant que les VLS sont permis du fleuve Saint-Laurent à la rivière des Prairies. »

La pression citoyenne

Depuis le temps qu’ils attendent la mise en place du service dans Ahuntsic-Cartierville, les citoyens pourront enfin profiter du fait d’avoir les VLS sur leur territoire, parfois non loin de chez eux. À ce propos, mentionnons le message adressé en janvier dernier par une résidante d’Ahuntsic-Cartierville, Véronique Nadon, à la mairesse Émilie Thuillier, en mettant en copie journaldesvoisins.com :

« Je suis résidente d’Ahuntsic et utilisatrice de Communauto. J’attends avec impatience la venue de voitures en libre-service dans le quartier. »

Noël 2018 sur Fleury Ouest

Publicité

Le même jour, la mairesse Thuillier lui a répondu :

« Notre équipe travaille fort pour que les VLS puissent s’implanter bientôt dans Ahuntsic-Cartierville. Je ne peux par contre pas vous donner de date précise aujourd’hui. »

Trois mois après…

Les entreprises de VLS pourront donc ajouter Ahuntsic-Cartierville aux autres arrondissements qu’elles desservent. En fait, « le choix de desservir l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville demeure celui du fournisseur de véhicule en libre-service. La Ville ne peut obliger le fournisseur à desservir l’ensemble du territoire », précise Marilyne Laroche Corbeil, porte-parole de la Ville, en entrevue avec le jdv.

« En ajoutant l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville dans l’annexe A du Règlement 16-054, le permis de stationnement universel des VLS serait ainsi autorisé dans les espaces de stationnement sur rue réservés aux résidents », précise cette responsable.

Communauto est déjà prête….

À signaler que la compagnie Communauto affirme qu’elle est prête à déployer son service Auto-mobile immédiatement après la publication de la modification réglementaire, vers la fin du mois d’avril.

Le déploiement des VLS de cette entreprise se fera d’abord dans une partie centrale de l’arrondissement, à savoir le quadrilatère délimité par la rue Meilleur à l’ouest, la rivière des Prairies au nord, et la limite est avec le quartier Saint-Michel.

C’est ce qu’a indiqué, en entrevue avec journaldesvoisins.com, Marco Viviani, vice-président, chargé du développement stratégique à Communauto. Ce responsable annonce que le développement du service ira progressivement en fonction de l’évolution de la demande pour atteindre l’objectif de couvrir tout l’arrondissement.

À noter que cette entreprise organise, le 24 avril, 16 h, une rencontre d’information avec les abonnés et tous les citoyens désireux de connaître les modalités du fonctionnement de son service VLS au Brûloir, 318, rue Fleury Ouest.

Du côté de Car2go, le chargé des communications, Tim Krebs, a indiqué à journaldesvoisins.com que son entreprise n’a pas pour le moment de projet d’expansion pour Ahuntsic-Cartierville.

Modus operandi

Selon les règlements établis par la Ville, les permis de stationnement universels délivrés aux fournisseurs en échange d’un tarif permettent de stationner les VLS dans tout espace de stationnement sur rue réservé aux résidants, pourvu que les interdictions de stationnement soient respectées.

Tout citoyen peut donc s’abonner à l’un des deux services de véhicules en libre-service : Auto-mobile (une division de Communauto) et Car2go. Les véhicules se stationnent dans les rues, en respectant la signalisation routière.

« Par le biais d’une application mobile, l’usager peut réserver un véhicule jusqu’à une demi-heure avant son utilisation. Lors de son utilisation, il est facturé à la minute. Le coût à la minute comprend l’essence, les assurances, le kilométrage, le stationnement sur rue et l’utilisation du véhicule. Le coût varie entre 39 cents et 47 cents la minute, selon le fournisseur. L’avantage des véhicules en libre-service est que l’usager peut terminer son trajet à un endroit différent d’où il a débuté », indique Mme Laroche-Corbeil.

Selon les deux fournisseurs – des entreprises privées et qui ne bénéficient d’aucune subvention de la part de la Ville de Montréal, comme le confirme Mme Laroche Corbeil – les règles demeurent relativement les mêmes, à quelques exceptions près.

« Un véhicule ne peut terminer son trajet dans un espace avec une interdiction de stationnement, dans un stationnement hors rue ou devant un parcomètre. L’usager doit également tenir compte des interdictions dans le cadre des opérations de déneigement. Toute contravention donnée à un véhicule stationné qui ne respecte pas les règles est renvoyée à l’usager, qui doit également assumer les frais de gestion applicables », ajoute-t-elle.

Pour le stationnement, à signaler que les sites Web des deux entreprises indiquent l’aire de desserte de leur service.

À noter que depuis la mise en place des VLS, le nombre des VLS en circulation dans la ville est passé de 300 véhicules en 2013 à près de 1 000 véhicules actuellement (en plus des 1 000 véhicules d’autopartage en station Communauto).