L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a reçu le 22 janvier dernier un certificat de conformité à la Charte de la langue française de la part de l’Office québécois de la langue française (OQLF).

Le certificat a aussi été remis à cette même date à la Ville-centre de Montréal ainsi qu’à l’arrondissement du Sud-Ouest.

L’obtention de ce certificat représente la dernière étape d’un processus et démontre que ces trois administrations répondent aux exigences de la Charte de la langue française.

Le document atteste que l’implantation du français est au cœur des activités de ces arrondissements.

La Ville-centre et les deux arrondissements nouvellement certifiés viennent s’ajouter aux onze autres arrondissements qui ont déjà obtenu leur certificat de conformité à la Charte de la langue française.

Six arrondissements montréalais doivent encore obtenir ce certificat. L’OQLF travaille en étroite collaboration avec eux afin qu’ils l’obtiennent rapidement.

Le processus

Chantal Bouchard, conseillère en relations médias et porte-parole de l’OQLF, explique que pour obtenir un certificat de conformité, un organisme doit d’abord procéder à l’analyse de sa situation linguistique.

« L’analyse sert à faire le tour de l’environnement de travail pour s’assurer que les personnes peuvent exercer leur droit de travailler en français », indique-t-elle.

Si l’administration démontre que le français est généralisé à tous les points de vue, la certification peut leur être octroyée.

Dans le cas contraire, un programme de francisation doit être mis en place de manière à ce que le français soit généralisé.

Chantal Bouchard donne comme exemple de mesure de correction l’installation de logiciels en français.

Une fois le programme créé, il doit être appliqué. L’OQLF effectue les vérifications nécessaires auprès de l’organisme. Ensuite, la certification peut être remise. C’est cette dernière étape que viennent de franchir la Ville-centre de Montréal ainsi que les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et du Sud-Ouest.

À Ahuntsic-Cartierville

Lorsqu’a été rendu public à l’automne 2020 le fait qu’Ahuntsic-Cartierville ainsi que plusieurs autres arrondissements ne possédaient pas le certificat de conformité à la Charte de la langue française, la mairesse Émilie Thuillier s’était dite très étonnée. Elle ne connaissait pas l’existence de ce certificat de francisation. Elle a demandé des comptes à la direction de l’arrondissement le jour même.

L’arrondissement avait alors fait les démarches nécessaires pour l’obtention du certificat, mais sans finaliser son dossier.

Il ne restait qu’une démarche à compléter. Dans certains contrats avec des OBNL, l’arrondissement devait inclure une clause sur la langue française. Une telle clause n’existait pas à ce moment à la Ville de Montréal. Elle était en cours d’écriture.

C’est maintenant chose faite et Ahuntsic-Cartierville a pu obtenir sa certification de conformité.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Office-québécois-de-la-langue-française

De l’usage du français dans les sphères privées et publiques d’Ahuntsic-Cartierville

Alors que Québec envisage –au retour des Fêtes– de donner plus de…
prix de l'amecq 2

Deux autres prix pour votre média favori

Journaldesvoisins.com a mérité deux prix au dernier congrès virtuel des 79 journaux…

Valérie Plante espère faire des gains dans Ahuntsic-Cartierville

La mairesse sortante de Montréal a choisi d’entamer le dernier droit de…

Hausse du coût des logements: « Ce n’est pas acceptable, ce n’est pas normal!»

«Ce n’est pas acceptable. Ce n’est pas normal!» Ce slogan pouvait être…