Dominique Anglade (à g.), députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, appuyée à la course à la chefferie du PLQ par la députée de Maurice-Richard (à dr.), Marie Montpetit. (Photo: archives JDV)

Écartée du caucus du Parti libéral du Québec (PLQ) lundi à la suite d’allégations de harcèlement psychologique rapportées dans La Presse, la députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit, se défend et entend poursuivre son travail.

L’attaché politique de la députée, Jonathan Boursier, a pris la défense de sa patronne face à ces « allégations anonymes qui circulent dans les médias ».

« Mme Montpetit a toujours placé le respect au cœur de ses relations professionnelles. Je peux personnellement en témoigner, travaillant quotidiennement pour elle depuis plus de 6 ans. C’est pourquoi elle souhaite qu’un processus d’enquête formel soit déclenché rapidement afin de lui permettre de rétablir les faits et ainsi défendre sa réputation », fait valoir le responsable du bureau de circonscription.

Lors d’un point de presse tenu mardi à l’Assemblée nationale, les responsables du PLQ n’ont fourni aucune précision sur la nature et les fondements des allégations formulées à l’encontre de la députée de Maurice-Richard.

« Hier, nous avons eu des informations additionnelles qui m’ont portée à prendre la décision d’exclure Marie Montpetit de notre caucus libéral », se limite à dire la cheffe du PLQ, Dominique Anglade.

Invoquant la confidentialité des procédures de l’Assemblée nationale, la whip en chef du parti, Filomena Rotiroti, refuse pour sa part de confirmer si une plainte officielle a été déposée.

Le PLQ dit s’en remettre à la politique de l’Assemblée nationale en ce qui concerne les suites à donner à ces allégations, mais n’entend pas revenir sur sa décision d’expulser la députée de Maurice-Richard de son caucus.

« Qu’il y ait une enquête indépendante ou pas ne change pas les faits qui ont été portés à mon attention et j’ai suffisamment d’information aujourd’hui pour dire que Marie Montpetit ne devrait pas faire partie du caucus », tranche Dominique Anglade.

Peu importe le résultat d’une éventuelle enquête, le PLQ ne réintègrera pas la députée de Maurice-Richard à son caucus. Celle qui était jusqu’à la semaine dernière porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, siègera donc comme indépendante jusqu’aux élections d’octobre 2022.

« En ce qui a trait à son rôle de députée de Maurice-Richard, celui-ci demeure le même. Elle va continuer de défendre les intérêts de la population de Maurice-Richard et aider les citoyennes et citoyens du quartier », assure l’attaché politique de la députée, Jonathan Boursier.

La question de savoir si Mme Montpetit entend compléter son mandat à titre indépendante ou si elle envisage de se présenter à nouveau aux élections demeure ouverte.

Élue députée de la circonscription Crémazie en 2014, Marie Montpetit a été réélue en 2018 dans la même circonscription portant le nouveau nom de Maurice-Richard. Celle qui a été ministre de la Culture et des Communications et ministre de la Protection et de la Promotion de la langue française durant l’éphémère gouvernement minoritaire de Philippe Couillard en 2017-2018 avait donné son appui à Dominique Anglade dans la course à la direction du PLQ.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Sécurisation des rues : une voie sans fin?

Rendre les rues d’Ahuntsic-Cartierville plus sûres semble être un chantier interminable. Il…
Jardin communautaire

De l’argent pour les jardins communautaires

Trois jardins communautaires d’Ahuntsic-Cartierville bénéficient d’un financement pour leur remise en état.…

Le coin communautaire – Semaine du 20 mai 2022

De l’Ukraine, à Ahuntsic-Cartierville: un logement svp! L’équipe de dondaccueil.ca, qui coordonne l’arrivée…

Effie Giannou : « Le rôle de l’opposition est primordial »

La conseillère de Bordeaux-Cartierville, Effie Giannou, a répondu par courriel aux questions…