Dominique Anglade (à g.), députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, sera de la course à la chefferie du PLQ appuyée, notamment par la députée de Maurice-Richard (à dr.), Marie Montpetit.

Après une longue réflexion, Marie Montpetit a finalement tranché : elle ne sera pas de la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), préférant donner son appui à sa collègue députée Dominique Anglade avec qui elle reconnaît avoir des atomes crochus.

La députée de la circonscription Maurice-Richard à l’Assemblée nationale en a fait l’annonce mardi matin au chalet d’accueil du Parcours Gouin, un lieu tout indiqué pour la critique de son parti en environnement, rappelant d’entrée de jeu, que c’est le premier bâtiment public à consommation énergétique nette zéro à Montréal.

La députée qui s’est battue pour donner le nom de Maurice Richard à sa circonscription (au lieu de Crémazie) avait convoqué les médias pour une importante annonce en ce 10 septembre, à la veille du caucus libéral visant à préparer la rentrée parlementaire de la semaine prochaine à Québec et de l’annonce officielle du déclenchement de la campagne électorale fédérale.

Certains auraient pu croire que Mme Montpetit annoncerait sa candidature pour remplacer le chef démissionnaire et ex-premier ministre Philippe Couillard, d’autant plus qu’elle a une longue feuille de route, plus de 30 ans de militantisme au sein du PLQ, sans compter qu’elle a déjà dirigé la Commission politique de la formation et qu’elle a occupé des fonctions ministérielles sous le gouvernement Couillard.

De plus, pas plus tard qu’à la fin juin, ses commentaires publics à fortes doses nationalistes et pro-régions, là où les libéraux doivent reconquérir les francophones s’ils veulent retourner au pouvoir,  ont pu laisser croire, un certain temps, qu’elle penchait davantage pour une candidature.

Mais celle qui aurait pu être la candidate justement de l’aile nationaliste (elle avait varlopé Adidas pour un impair envers les francophones et dénoncé le «Bonjour-Hi» devenu l’hymne sacré de certains vendeurs) et candidate écolo par excellence a plutôt opté pour une autre avenue, sans renoncer toutefois à une candidature dans l’avenir.

Marie Montpetit, députée de la circonscription Maurice-Richard (Photo: jdv P. Rachiele)

Madame Montpetit, réélue l’automne dernier (mais de justesse devant Québec solidaire) après sa victoire de 2014 contre la députée péquiste Diane de Courcy, avait été approchée par de nombreux militants au Conseil général de son parti en mai dernier, et cela l’a nettement touchée.

« Je désire remercier les militants qui ont vu en moi une cheffe potentielle, a mentionné Marie Montpetit. Cela m’a permis de réaliser une profonde réflexion et d’avoir des discussions intéressantes avec les militants, mes proches (dont sa fille) et mon équipe sur les besoins réels du parti et mes propres ambitions. Il est devenu clair pour moi que la chefferie n’était pas un défi que je désirais relever dans les prochains mois ».

Mais elle ne ferme pas la porte «à une prochaine fois».

« Je n’ai pas de boule de cristal, je n’ai pas de plan caché, a-t-elle fait savoir, en insistant sur le fait qu’il y aura, après l’étape de l’élection du nouveau leader au printemps prochain, le prochain scrutin provincial en 2022.

Appui à Anglade

Marie Montpetit, qui possède une maîtrise en Sciences de l’environnement, estime qu’un coup de barre doit être donné afin de développer une vision «novatrice» du Québec.

« Il est important de reconnecter le parti avec son identité économique (comme prévoir de grands projets)  en misant sur le développement durable et le besoin de changer le ton dans le débat politique », a-t-elle mentionné devant les médias, dont les réseaux de télé et journaldesvoisins.com.

Pour elle, il est primordial que la personne qui aura à prendre les destinées du PLQ, maintenant Opposition officielle, ait l’expérience du service public et du secteur privé, et que le développement durable soit bien intégré à sa plateforme.

Sans attendre le programme d’éventuels candidats qui se font attendre (notamment Marwah Rizqy qui incidemment représente une circonscription proche d’Ahuntsic et Gaétan Barrette avec qui elle a travaillé à la Santé), Mme Montpetit est donc devenue la huitième députée du caucus à appuyer la députée qui représente les électeurs de Saint-Henri – Sainte-Anne dans le sud-ouest de Montréal.

Mais reconnaissons que ces deux femmes de même génération partagent plusieurs autres points en commun, mis à part leur proximité sur les banquettes du pouvoir et de l’Opposition au Salon rouge.

« En tant que mères de famille, jeunes élues et femmes en politique, nous avons une vision du Québec et de ses valeurs qui se ressemble et je suis aussi très admirative de son impressionnant parcours professionnel », a soutenu la députée du nord de Montréal qui rappelle ‘’avoir le PLQ tatoué au fond du cœur’’.  Dominique est aussi une leader rassembleuse ».

Invitée surprise au point de presse, Mme Anglade n’a pas tari d’éloges à l’endroit de sa collègue alors que la course à la chefferie ne sera lancée officiellement que le 23 novembre.

« C’est une belle marque de confiance qui me touche, a déclaré l’ex-présidente de la Coalition Avenir Québec passée au PLQ. Marie qui connait bien entre autres les dossiers de l’agriculture, des pesticides, de même que les questions environnementales, représente la nouvelle génération de politiciens dont on a besoin ».

Marie Montpetit a d’ailleurs profité de l’occasion pour écorcher le gouvernement Legault qui selon elle «fait semblant de mener une lutte aux changements climatiques», rappelant que le premier ministre refuse même d’aller au Sommet des Nations Unies sur les changements climatiques, la «Climate Week», à la fin du mois à New York.

À l’instar des analystes de tout acabit, Marie Montpetit convient que le Parti libéral a une pente à remonter.

« Il y a certes des cailloux dans les souliers, mais il faut maintenant les enlever, il y a besoin de faire une réflexion », a-t-elle averti.

Dominique Anglade est la seule personne officiellement sur les rangs, mais elle souhaite aussi la venue d’autres candidatures.

« Mais elle trop rassembleuse », a lancé la députée de Maurice-Richard, pour tenter d’expliquer le fait qu’elle soit seule en lice, du moins pour l’instant.

 

Total
9
Shares

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une foule de dossiers dans Ahuntsic-Cartierville (deuxième de deux articles)

Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, a accordé au journaldesvoisins.com une longue…

Encore des consultations, mais pour des projets bonifiés et structurants

Il y a deux ans, Ahuntsic-Cartierville, à l’instar d’autres arrondissements et de…

Jolin-Barrette et l’OQLF ne font pas flèche de tout bois…urbain

Au printemps dernier, Bois Urbain, l’entreprise d’économie sociale et d’insertion professionnelle bien…

Ahuntsic-Cartierville devenue «imprenable» pour l’Opposition comme le West Island?

La question se pose : est-ce que dans l’avenir, la bataille politique…