C’est un amas de neige comme celui-ci qu’aurait heurté l’automobiliste décédé. L’amas de neige, comme celui que l’on voit à l’avant de la photo, était dans la piste cyclable, quelques mètres plus à l’ouest, au moment de la collision. Au passage du photographe, le 27 décembre, l’amas de neige dangereux avait été enlevé mais celui sur la photo était toujours présent. (Photo: jdv Philippe Rachiele)

Le jour de Noël, un automobiliste de 64 ans est décédé à la suite du capotage de son véhicule qui aurait heurté un amas de neige glacé sur la piste cyclable du boulevard Henri-Bourassa près de l’avenue du Bois-de-Boulogne.

Selon l’agent Jean-Pierre Brabant des relations médias du SPVM, certains témoignages indiquent que l’automobiliste aurait effectué un dépassement par la droite avant de heurter un amas de neige glacé qui aurait provoqué le capotage.  L’automobiliste étant blessé, il a été transporté à l’hôpital ou il serait décédé des suites de ses blessures. La voiture a été envoyée pour une expertise pour déterminer s’il y avait une défaillance mécanique.

Selon la carte des voies cyclables de la ville de Montréal la collision avec l’amas de neige s’est produite sur une section de voie cyclable qui fait partie du « réseau blanc » de la Ville de Montréal (en rouge sur la carte).

Le 27 décembre, soit deux jours après le décès de l’automobiliste, journaldesvoisins.com a noté que l’amas de neige située sur Henri-Bourassa Ouest, entre l’avenue de Bois-de-Boulogne et Marcellin-Wilson, et qui aurait causé la collision avait été enlevé. On constate toutefois que la voie cyclable est difficilement utilisable.

Une seule piste entretenue l’hiver

« La voie cyclable dans ce tronçon est effectivement marquée 4 saisons, mais elle est déneigée totalement seulement lorsqu’il y a opération de chargement de neige »,  a mentionné à journaldesvoisins.com Marlène Ouellet, chargée de communications à l’arrondissement.  Elle confirme également que seule la piste cyclable sur Christophe-Colomb est déneigée et entretenue durant l’hiver, alors que pour les autres voies cyclables quatre saisons «il n’y a pas d’autre déneigement que le déneigement fait pour la rue.»

« Voilà un exemple qui démontre que les voies cyclables sur des grandes artères comme Henri-Bourassa devraient être protégées », mentionne Frédéric Bataille, l’un des porte-paroles d’Ahuncycle, le groupe de transport actif d’Ahuntsic-Cartierville.

Au 27 décembre, il restait d’autres amas de neiges glacés sur le boulevard Henri-Bourassa près de l’événement tragique, dont celui-ci à l’est de l’avenue du Bois-de-Boulogne

Pourquoi pas un muret?

« Avec un muret (ndlr: d’un bout à l’autre) pour protéger les cyclistes, il n’y aurait pas eu de voiture dans cette voie et l’automobiliste serait encore vivant».  Selon Frédéric Bataille,  heureusement qu’il n’y a pas eu de cyclistes sur cette voie cyclable à proximité du cégep Bois-de-Boulogne au moment où la voiture s’y trouvait. M. Bataille trouve également dommage de ne pas voir respectée la promesse de déneiger les quelques rares voies cyclables « quatre saisons » comme celle d’Henri-Bourassa. Finalement, il trouve ironique que ce soit un automobiliste qui en fasse les frais.

Responsabilités sans équipement

Journaldesvoisins.com a demandé à Émilie Thuillier, conseillère du district d’Ahuntsic dans lequel est située cette portion du boulevard Henri-Bourassa, pour quelle raison les voies cyclables «quatre saisons» ne sont ni déneigées ni entretenues entre les chargements de neige.  «Les voies quatre saisons sont un cas d’annonce marketing qui ne se matérialise pas dans la réalité», a déclaré Mme Thuillier.  C’est la ville centre qui décide des voies quatre saisons mais elle délègue la responsabilité aux arrondissements qui n’a pas l’équipement spécialisé pour en faire l’entretien ni le droit d’en acheter car le budget est maintenant centralisé à la ville centre», mentionne la conseillère du district.

Mme Thuillier ne peut que constater que le problème est important sur les voies quatre saisons avec bandes cyclables dans lesquelles la neige et le gravier de la rue sont poussés par le matériel roulant vers l’espace des cyclistes et rendent l’usage du vélo difficile et dangereux.  «Il faut se donner les moyens de corriger la situation», ajoute-t-elle.

Au moment d’aller en ligne, Marc-André Gadoury, président du comité consultatif de la Ville de Montréal sur le vélo, n’avait pas encore retourné nos appels.

Ci-dessous, quelques photos prises les 11 et 12 janvier.

La voie cyclable quatre saisons sur Henri-Bourassa où c’est produit le drame, était dégagée le 12 janvier. (Photo: jdv Philippe Rachiele)

 

Voie cyclable quatre saisons sous le viaduc Henri-Bourassa (glacée et encombrée de gravier) (Photo: jdv Philippe Rachiele)

 

Voie cyclable quatre saison sur le viaduc de la rue Dudemaine (Photo: jdv Philippe Rachiele)

 

Voie cyclable quatre saison rue Meilleur (Photo: jdv Philippe Rachiele)

 

Voie cyclable quatre saisons sur Berri (photo prise le 11 janvier) (photo: jdv Philippe Rachiele)

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Parc Cinéma sous les étoiles

En juillet, de la culture dans un parc près de chez vous

Les parcs d’Ahuntsic-Cartierville s’animent avec de nombreuses activités gratuites. L’été mettra à…
Exposition de dessins sur la violence faite aux femmes

Dénoncer la violence faites aux femmes, plusieurs expositions à la fois

Une série de peintures et de dessins fait le tour des écoles…

Le coin communautaire – Semaine du 20 mai 2022

De l’Ukraine, à Ahuntsic-Cartierville: un logement svp! L’équipe de dondaccueil.ca, qui coordonne l’arrivée…

Rénovation du stade Gary-Carter, prise 2 : pas d’unanimité

L’arrondissement a refusé une demande citoyenne de consultation publique au sujet de…