Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Mais, c'est parti!

Bibliothèque interarrondissement : un projet qui prend du retard

Publié le 22/01/2018
par Hassan Laghcha

Les services de l’entreprise de décontamination Panzini ont été retenus par la Ville pour décontaminer le site des deux adresses. (Photo: jdv P. Rachiele)

Journaldesvoisins.com a voulu faire le point sur l’état d’avancement du projet de la bibliothèque interarrondissement (Montréal-Nord et Ahuntsic-Cartierville) annoncé depuis 2014 et dont nous vous avions fait part depuis les touts débuts de sa gestation  et suivi pas à pas son développement. Le projet prend du retard, mais les travaux de décontamination du site de construction ont commencé. Compte-rendu.

Selon les informations que journaldesvoisins.com a pu obtenir des aspects essentiels au projet n’ont pas encore été définis ou communiqués, notamment, les détails relatifs au montage financier et aux différentes étapes de l’échéancier, à commencer par la date du début des travaux de démolition/reconstruction de l’édifice qui en principe devrait être inauguré fin 2020.

En outre, un concours d’architecture devait avoir lieu selon les informations que nous avions obtenues précédemment. Le nouvel établissement sera construit sur une superficie de prés de 4000 m2. Le coût global à l’annonce du projet a été estimé à plus de 22 millions$ en 2014.

En personne…

La bibliothèque et centre culturel interarrondissement seront construits sur les terrains des deux édifices (qui appartiennent désormais à la Ville selon le registre foncier de Montréal, soit l’ancien cinéma Majestic au 3166 Henri-Bourassa Est, et l’ancienne Église sans frontière –auparavant, il y a longtemps, un restaurant chinois– au 3194 Henri-Bourassa Est).

En personne, journaldesvoisins.com a pu constater que les deux terrains ont été clôturés –depuis peu, selon des résidants. En outre, l’entreprise de décontamination Panzini a installé ses pénates sur place pour procéder à la décontamination du site, soit l’intérieur des bâtiments comporte de l’amiante, ou les deux bâtisses avaient été construites à l’origine sur des terrains contaminés.

Mais peu ou prou de nouvelles sur la suite des choses… On peut garder quand même espoir puisque d’après le service des communications de l’arrondissement, la nouvelle administration menée par l’équipe de la mairesse Émilie Thuillier maintient sa volonté d’aller de l’avant avec ce projet.

« C’est pourquoi des rencontres réunissant les nouveaux élus des arrondissements de Montréal-Nord et d’Ahuntsic-Cartierville sont prévues dans les semaines à venir », indique la porte-parole Michèle Blais.

Rappelons que l’échéancier initial prévoyait que les travaux de construction débuteraient en 2017 et que la livraison du bâtiment clé en main aurait lieu probablement dans la deuxième moitié de l’année 2018.

Désert culturel !

D’après ses concepteurs, cet espace culturel majeur contribuera à pallier le désert culturel dont pâtissent notamment les résidants de la partie ouest de l’arrondissement de Montréal-Nord et les résidants du district du Sault-au-Récollet, à l’est d’Ahuntsic-Cartierville.

Ce projet-pilote qui avait recueilli l’approbation de la Ville de Montréal autorisant la phase de planification et le financement du projet, sera intégré au Réseau accès culture de la Ville de Montréal, avec toute une panoplie d’activités : diffusion, résidence de création, médiation culturelle, animation et participation citoyenne.

« Il s’agit d’un projet mixte intégré qui consiste en la construction d’une bibliothèque de 3 100 m² ainsi que d’un espace culturel de 800 m² sur le site du 3166-3194, boulevard Henri-Bourassa Est, dans l’arrondissement de Montréal-Nord, à 40 mètres de la limite administrative d’Ahuntsic-Cartierville. L’aire de desserte du projet couvre 1,5 kilomètre, ce qui à terme, permettra de rejoindre plus de 39 000 résidents », lit-on dans les documents officiels de la Ville.

Signature d’entente bientôt?

Aussi, il convient de souligner que ce projet s’inscrit dans le Programme de rénovation, d’agrandissement et de construction de bibliothèques (Programme RAC) et est financé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal ainsi que le Programme de soutien aux équipements culturels municipaux de la Ville de Montréal.

À rappeler aussi la nomination de l’architecte Lucia Paduano, membre de l’Ordre des architectes du Québec, pour superviser les différentes étapes de la réalisation de ce projet.

Et parmi les étapes les plus significatives, citons celle relative à l’entente que devraient signer bientôt les deux administrations concernant le partage de 20 % de la facture de construction (le reste sera financé à égalité entre la Ville de Montréal (40%) et le ministère de la Culture (40%) et le partage des coûts d’exploitation des nouvelles installations.

D’après les experts de la Ville, un projet de construction d’une bibliothèque municipale à Montréal s’étend, en moyenne, sur cinq à six ans, de l’avant-projet jusqu’à l’inauguration en passant par l’inscription au programme de la Ville (le ou les arrondissements paient 20 % de la facture, 40 % pour Québec et 40 % pour Montréal), l’approbation du projet par le ou les comités exécutifs, le concours d’architecture, l’appel d’offres, etc.

En ajoutant à cela les retards dus aux  changements dans les équipes d’administration lors des échéances électorales, on comprendra toute la signification de l’expression : prendre son mal en patience. La démocratie a aussi…des coûts.

Dernière heure: selon les informations obtenues ce mardi 23 janvier 20 h, la démolition des deux bâtiments est déjà bien entamée. Un résidant qui habite à proximité nous a fait parvenir le courriel suivant, tout en ne souhaitant pas être identifié:

«Il y a des ouvriers en ce moment. On ne peut pas s’approcher trop près, mais on voit que la démolition de la façade est commencée et l’intérieur aussi. La démolition de l’ancien restaurant chinois est plus avancée. Aujourd’hui, j’ai constaté que l’intérieur a été démoli en grande partie et la brique des murs extérieurs a été enlevée. Il ne reste que la structure. Ce ne sera bientôt plus qu’un souvenir.»

Avec la collaboration de Christiane Dupont