Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Chantiers de construction = sources de problèmes ?

Publié le 25/10/2018
par Alain Martineau

Travaux routiers dans l’arrondissement (Photo: archives jdv)

Les citoyens d’Ahuntsic-Cartierville seront certes heureux d’apprendre que la fin approche dans le dossier des travaux de tous genres qui occupent surfaces et sous-sols depuis le printemps dernier.

Des travaux d’égout, de conduite d’eau ou de réhabilitation d’un segment d’aqueduc, des ouvrages de voirie, d’éclairage, de planage et de revêtement bitumineux de la chaussée, la liste est longue…

Par exemple, la Ville de Montréal effectue des travaux de réhabilitation d’une conduite d’aqueduc par chemisage sur l’avenue Christophe-Colomb, entre Sauriol et Prieur, a indiqué Audrey Gauhier de la Ville-centre. Elle a précisé que les travaux ont été scindés en deux phases afin de permettre une meilleure gestion de la circulation dans le secteur et ainsi assurer la mobilité et la sécurité des usagers de la route. Les travaux devraient se terminer avant le mois de décembre.

En fait, ces travaux devraient être terminés pour la plupart autour de la mi-novembre, fin novembre au plus tard. Mais il faut se rappeler l’avertissement de l’ex-maire Denis Coderre, il y a à peine deux ans, disant que ces nombreux travaux perdureraient sur dix ans. Il en reste huit.

Un soupir de soulagement certes pour ceux et celles qui ont eu à entendre les bruits lancinants des véhicules lourds de la construction ou à passer «ailleurs» pour les éviter; dans ces cas, ce ne sont pas seulement les automobilistes, mais aussi les piétons et cyclistes aussi qui ont eu à subir les conséquences de ces travaux, un «mal nécessaire»  compte tenu de l’état de nos infrastructures.

Pour la dernière semaine complète du mois d’octobre, on répertoriait une trentaine de chantiers, un peu partout dans l’arrondissement. Et cela ne comprend pas la liste de travaux devant, par exemple, un immeuble de condos en construction, qui relève du secteur privé (cela se traduit souvent par des espaces en moins pour le stationnement). Hydro-Québec a aussi sa longue liste de travaux (coupures de service planifiées dans plusieurs secteurs du cœur d’Ahuntsic cet automne) sans oublier, quoique moins dérangeant, la réfection du mur de soutènement en amont du barrage Simon-Sicard (entre le pont Viau et le barrage hydro-électrique plus à l’Est, sur la Rivière-des-Prairies.

Des plaintes

Il va sans dire que certaines personnes n’hésitent pas à déplorer les effets de ces travaux, surtout quand on doit procéder à des interruptions dans les services d’eau ou d’électricité.

Certes, on peut appeler le 311 pour se plaindre de choses désagréables ou aller plus loin en tentant de faire intervenir un conseiller municipal.

À la fin mai, par exemple, un citoyen de Bordeaux-Cartierville (préférant garder l’anonymat) a transmis un courriel à Effie Giannou, la conseillère du district de l’ouest de l’arrondissement, pour déplorer le fait que l’on avait  donné un avis de coupe d’eau «d’à peine 5 minutes prétextant l’urgence» alors que, parallèlement, des pancartes d’interdiction de stationnement avaient été installées plus tôt.

Ce même citoyen notait (le 9 juillet) avoir transmis une information à la conseillère Giannou pour lui signifier que l’on avait fait une intervention pour cette fois une fuite d’eau « urgente » près du 12 088 rue Taylor, mais que des pancartes d’interdiction de stationner empêchaient toujours les résidents de pouvoir se garer.

« À cause de travaux effectués chez des voisins par des contracteurs privés, le nombre de places de stationnement sont très limités, a aussi indiqué le citoyen mécontent. Pourtant, selon lui, les autorités ont été averties le 28 juin et il n’y a toujours rien de fait pour terminer l’intervention de pavage d’un trou creusé au mois de mai », a-t-il déploré.

« Mais comble du ridicule, a poursuivi l’intervenant, la Ville a fait une intervention similaire sur la rue Suzor-Côté, près de Taylor et aucune pancarte n’a été laissée pour interdire le stationnement. Une autre intervention sur James-Morrice près de Taylor datait d’environ un mois et demi et les interdictions de stationnement étaient toujours en place ».

Le résidant de l’ouest de l’arrondissement a relevé aussi un autre cas.

« Sur Taylor au nord de la rue Viel, la Ville a réparé une borne-fontaine et presque un an plus tard, il y a un bout de trottoir en asphalte qui a été contourné tout l’hiver par les équipes de déneigement ».

Réaction Giannou

Interrogée à ce sujet, Mme Giannou a indiqué à journaldesvoisins.com que tout le travail a été effectué correctement (en amont), en avertissant les gens.

« Il nous a appelés le 9 juillet pour nous signaler le problème de la coupure d’eau sans préavis. Mon attaché politique et moi avons tout de suite communiqué avec la Direction des travaux publics qui nous ont confirmé qu’il y avait eu un incident d’urgence et c’était la raison pour laquelle il n’y avait pas eu de préavis aux citoyens. Les Services de l’arrondissement sont intervenus le même jour. Et les travaux ont duré quelques jours. La rue a été repavée et les signalisations de stationnement ont été retirées le 19 juillet », a précisé la conseillère municipale de l’Opposition officielle.

De plus, a indiqué Mme Giannou, le citoyen a été rappelé en septembre étant donné qu’il y avait des travaux sur la rue Viel.

« Nous avons fait un tour sur Taylor en voiture pour nous assurer que les travaux n’affectaient pas les résidants », a-t-elle conclu.

Cet épisode démontre que des travaux et situations d’urgences sont monnaies courantes, partout. Et que l’on doit composer, pour une certaine période, avec quelques inconvénients.

Sans compter que l’été 2018 aura été marqué, d’ailleurs, de certaines nouveautés.

Ainsi, nouvelle convention de travail oblige, les cadets du service de police ont pris la relève des policiers réguliers, qui étaient payés à temps et demi pour agiter le bras et jouer dans le panneau de lumières pour faire la simple circulation autour des chantiers. Une note moins salée pour la ville. Mais il y avait, dit-on, moins de présence policière pour s’assurer de la fluidité de la circulation.

Entre temps, l’escouade mobilité promise par Projet Montréal en campagne électorale se mettait en place à la fin de l’été après une période de rodage de quelques semaines.

La petite équipe doit intervenir pour limiter les embouteillages dus aux travaux de construction.

Enfin, en éventrant autant la chaussée et les trottoirs, il fallait s’attendre à voir encore plus de rats sortir des égouts et ramper au niveau du sol. Raison de plus pour nous inciter à mettre de côté les gros sacs de vidanges pour favoriser les grosses poubelles traditionnelles.

Pour savoir quels chantiers sont encore actifs, cliquez ici.