Mosquée Madani
(Photo : jdv Philippe Rachiele)

Près de deux semaines après les attentats de Québec qui ont marqué la province, la communauté musulmane d’Ahuntsic Cartierville souhaite aujourd’hui ouvrir ses portes à la population de l’arrondissement afin de faire tomber le mur qui sépare les deux communautés. 

À la suite des tristes événements de Québec, plusieurs mosquées et centres communautaires ont ouvert leurs portes afin de permettre au public de rencontrer la communauté musulmane de leur quartier. De nombreuses vigiles ont été tenues pour montrer le soutien de la population québécoise face aux actes de haine desquels ont été victimes ces Québécois de confession musulmane.

À Montréal, se tiendra dimanche 12 février, une journée d’accueil (« portes ouvertes ») grâce à l’initiative du Centre musulman de Montréal et du centre islamique de Québec à Montréal situé dans l’arrondissement Saint-Laurent. Durant la journée, les Montréalais de toutes confessions sont invités à venir rencontrer la communauté musulmane de leur quartier. Au moment d’écrire ces lignes, neuf mosquées de Montréal avaient répondu qu’elles participeraient à l’événement.

Ici, dans l’arrondissement

La mosquée Madani, située sur le boulevard Laurentien, participera elle aussi à cette journée. C’est pour l’instant l’unique mosquée de l’arrondissement qui compte se joindre à cette journée de rapprochement.  En marge de cette rencontre, les responsables souhaitent aussi organiser un événement pour les résidants de Bordeaux Cartierville à l’occasion d’une journée plus achalandée.

«Nous voulons montrer aux communautés immédiates, nos voisins, ce qui se passe à l’intérieur.»

L’imam promet que la visite sera identique à l’habitude. « En aucune manière, nous allons changer notre horaire », a-t-il déclaré à journaldesvoisins.com. La date exacte de ce deuxième événement n’est pas encore connue, mais aura également lieu durant la semaine du 12 février, a confirmé l’Imam de la mosquée Madani, Imran Sheriff.

Sécurité: réponse rapide

Dans un autre ordre d’idées, M.Sheriff a tenu à souligner l’efficacité remarquable des policiers du poste de quartier 10 à la suite de l’attentat de Québec. Moins d’une heure après, les policiers du PDQ10 se sont déplacés à la mosquée pour s’assurer de la sécurité des musulmans du district. «Le soir même, nous sommes entrés en communication avec les différents imams de la communauté », souligne pour sa part, Guy Simard, commandant du PDQ.

Dans les jours suivant l’attentat terroriste, la sécurité des lieux a été grandement renforcée à la mosquée aux moments de grande affluence. Toutefois, le tout s’est résorbé depuis.  « Nous ne voulions pas créer un sentiment de crainte envers la communauté musulmane en donnant l’impression qu’il y a toujours du danger ». La police reste toutefois très attentive. « Nos policiers sont à l’affût », souligne le commandant Simard, ajoutant qu’il connaît les heures de prières et de classes qui se donnent à la mosquée et qu’il s’assure de garder une ligne ouverte pour toute nouvelle intervention.».

Une relation de longue date

Le commandant du PDQ 10 ainsi que l’Iman de la mosquée Madani ont tenu à souligner la relation étroite qu’ils entretiennent. Bien avant les attentats de janvier dernier, la police de Montréal était déjà en fréquent contact avec les mosquées de Bordeaux-Cartierville. « Nous avons des contacts, [le commandant] connaît mon numéro, nous avons de nombreux contacts » souligne l’Imam Sheriff. « Nous les invitons à nos événements », poursuit-il.

Pour Abdessalam Meniawi du Centre islamique de Québec à Montréal, le comportement des Québécois à la suite de l’attaque a joué un grand rôle dans le rétablissement des choses. Les crimes haineux ne sont pas chose courante. Imran Sheriff ne note, pour sa part, que quelques incidents mineurs et non reliés à la religion.

En 2016, le nombre de plaintes de crimes haineux a connu une certaine hausse, une augmentation due à une plus importante collaboration de la part de la population. « On est convaincu que c’est à la suite de la promotion et à la sensibilisation faite aux citoyens de rapporter de tels crimes », souligne le commandant Simard.

Pour décrire la forte relation entre les différentes communautés, le commandant rappelle que, durant les célébrations de Noel, la mosquée Al-Rawdah, également situé sur le boulevard Laurentien, a notamment organisé une soirée au cours de laquelle elle a accueilli des membres de la communauté chrétienne des environs.

L’imam de la Mosquée Madani souhaite aujourd’hui renforcer cette relation en invitant la population à visiter la mosquée et à rencontrer les fidèles. Pour lui, il est important d’être transparent face à la population québécoise . « Il est nécessaire de diluer les doutes et les méconnaissances», conclut M. Sheriff.

Pour avoir plus de précisions concernant la journée portes ouvertes, appelez à la mosquée Madani au (514) 331-0733.

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

L’arrondissement sème son nouveau Plan maître de plantation pour la prochaine décennie

Ce sont 1 300 arbres par année qui seront plantés dans Ahuntsic-Cartierville…

Terrasse emboutie sur la Promenade Fleury : pas de blessés

La terrasse du Walter Bistro, à l’est de Christophe-Colomb, a été emboutie…
Martin Fecteau et son livre

Secrets de pêche et de pêcheurs

Un livre sur la pêche qui ne vous dira pas comment attraper…
La circulation sur le boulevard O’Brien est perturbée par le chantier de la gare du ruisseau (REM), qui réduit le passage à niveau à deux voies au lieu de quatre en temps normal. (Photo JDV – François-Alexis Favreau)

Circuler dans Cartierville : un casse-tête à résoudre

Les automobilistes appréhendent le boulevard O’Brien, une artère importante située dans le…