(Photo: courtoisie)

Les gens de Cartierville avaient applaudi l’an dernier le cadeau offert par la Fondation du Canadien de Montréal d’une patinoire réfrigérée « Bleu Blanc Bouge » dans l’ouest du secteur, non loin du YMCA. Journaldesvoisins.com l’avait annoncé en juin 2016.

Un beau geste de part du Tricolore, mais on ne savait pas alors que l’opération comportait aussi un lot de frais importants pour coucher correctement la patinoire moderne sur le sol du parc de Mésy, surtout son sous-sol, riches en contaminants.

Les frais de décontamination d’un sol qui a avalé des tonnes de produits divers sur plusieurs décennies, surtout à des époques où à peu près tout le monde se foutait de l’environnement, coûtent une fortune.

Pensez au fiasco de l’ancienne administration municipale montréalaise avec le Faubourg Contrecoeur. Ou des proprios d’immeuble; le prêteur hypothécaire demande une évaluation environnementale de phase 1 et 2 surtout. Attendez de voir la facture pour la décontamination…

Concernant notre patinoire qui verra le jour à l’automne 2018, le Canadien s’était engagé à faire comme il a fait ailleurs (huit autres patinoires) soit d’injecter un million de dollars.

Travaux non-prévus

Est-ce que les coûts des travaux de décontamination étaient prévus quand on a lancé le projet de patinoire Bleu-Blanc-Bouge (BBB) l’an dernier?

« Non, ils ne l’étaient pas », a indiqué Michèle Blais, l’une des porte-parole de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, invitée par le journaldesvoisins.com à commenter les interrogations d’une citoyenne, Pauline Carignan qui, lors de la séance du conseil d’arrondissement, le 8 mai, s’était interrogée sur les coûts complémentaires payés par les contribuables alors que le  montage financier est en cours de réalisation.

Contrat-sols

Un contrat a été accordé à E2R INC. pour des travaux de décontamination des sols et des travaux connexes au parc De Mésy, en vue de l’installation de la patinoire.

Les conseillers ont donné leur aval à la résolution prévoyant une dépense totale dépassant un million 300 mille dollars à la firme qui a gagné devant cinq autres concurrentes.

« Quand je regarde la grandeur du terrain à décontaminer et le montant voté pour ce travail, a affirmé Mme Carignan, il me semble que ça fait cher du pied carré. Depuis quelques années, les entrepreneurs réclament des montants astronomiques pour effectuer des travaux dans les parcs  »,  a-t-elle ajouté.

La résidante de Cartierville a vu quelques ouvriers ayant commencé le travail récemment.

Rejoint par journaldesvoisins.com cette semaine, Mme Carignan, n’a pas caché sa déception face aux politiciens.

« Je vais assez souvent au conseil d’arrondissement et les politiciens ne semblent pas énervés par le coût des contrats; on dirait que l’argent ne pèse pas lourd au bout de leurs doigts  »,  a-t-elle vivement déploré.

Elle se demande si la ville a fait des analyses des sols avant de faire le projet?

Autre exemple

Mme Carignan a aussi relevé un autre cas où des coûts semblent pour le moins élevés.

Il s’agit de la transformation, il y a trois ans, d’une pataugeoire en jeux d’eau au Parc du Sault-au-Récollet, sur Fleury, un peu à l’est de Papineau, à l’autre bout de l’arrondissement.

Le contrat de plus de 950 mille dollars été octroyé à un piscinier.

« L’opération a été compliquée, dit-on, et les jeux d’eaux ont été construits dans la pataugeoire,  a noté Mme Carignan. Il y avait de quoi grimper dans les rideaux. Mais comment s’est faite la ventilation des coûts? On avait pourtant dit que les seuls jeux devaient coûter environ 300 mille dollars (le gouvernement du Québec avait fourni le tiers du budget) ».

Pour elle, et de nombreux observateurs, il pourrait y avoir eu anguille sous roche parce que Denis Gallant (du Bureau de l’inspecteur général, le BIG) a déjà déclaré qu’il s’intéresserait aux contrats donnés pour la réfection des parcs municipaux.

Pauline Carignan plaide pour que les citoyens fassent montre de vigilance dans l’observation et l’octroi des contrats publics, surtout avec tout ce qui est sorti pendant la Commission Charbonneau…

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Les trois candidates à la mairie d'Ahuntsic-Cartierville, Chantal Huot (à gauche), Émilie Thuillier (au centre) et Kassandre Chéry Théodat (à droite). (photomontage JDV)

[Vidéo 6] Quel rôle pour la mairesse d’arrondissement?

Le JDV a réalisé une série d’entrevues avec les trois candidates à…

Covid-19: retour en classe plus ardu; plus de cas avec le Delta ; et un passeport vers la liberté?

Pour la première fois depuis longtemps, Montréal n’a pas renouvelé l’état d’urgence…

Le coin des commerçants – Semaine du 10 juin 2022

SDC Fleury Ouest Des pique-niques à prévoir cet été! Les mercredis pique-nique…

Circulation : pas d’arrêt pour la politique partisane (Texte 2 de 2)

Lors du conseil du 5 juillet, le conseiller du district Saint-Sulpice, Hadrien…