(Photo: François Robert-Durand, JDV)

Tout le mois de mai, des ornithologues du Québec partent à l’aventure afin d’observer le plus grand nombre d’oiseaux possible en 24 heures consécutives. Trois membres du club d’ornithologie d’Ahuntsic sont en compétition.

Le Grand Défi QuébecOiseaux, tenu du 1er au 31 mai, a pour objectif de sensibiliser la population à la protection des oiseaux du Québec et de récolter des fonds en vue de leur préservation.

Sous la forme d’un marathon de 24 heures, les ornithologues amateurs et experts sont invités à observer le plus grand nombre d’oiseaux depuis un point fixe ou en se déplaçant, sur la journée de leur choix durant le mois de mai.

«Il y a énormément de diversité d’oiseaux à cette époque de l’année et la deuxième quinzaine de mai est la grande période de migration. Notamment pour les oiseaux chanteurs qui passent par la région de Montréal pour se rendre vers la forêt boréale», commente Frédéric Hareau, membre du club d’ornithologie d’Ahuntsic et participant au Grand Défi QuébecOiseaux.

Frédéric Hareau représente ainsi l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville à ce concours, dans l’équipe des Ornitrotteurs (avec trois de ses amis). S’il est chargé de projets internationaux pour la Fédération des cégeps, son intérêt aviaire n’est pas en reste: voilà 15 ans qu’il fait partie du club d’ornithologie d’Ahuntsic, et une dizaine d’années qu’il participe au Grand Défi QuébecOiseaux!

À ses côtés dans la compétition amicale: Alain Goulet, propriétaire de Nature expert (la seule oisellerie de Montréal), Jean-Philippe Gagnon, biologiste au Biodôme de Montréal, et Serge Beaudette, fondateur de Pitpitpit, une entreprise qui propose des voyages ornithologiques au Québec.

Observation d’oiseaux, une activité très prisée en mai. (Photo: Ben Menting, courtoisie de Pixabay.com)

24 heures d’observation

L’équipe des Ornitrotteurs participe au défi de l’aube du 21 mai à l’aube du 22 mai. Son itinéraire débute avec une première période d’observation dans le coin d’Huntingdon, en Montérégie, puis les mènera dans la région de Baie-du-Febvre, dans le Centre-du-Québec, pour y observer les oiseaux de rivages. Enfin, les ornithologues reviendront à Montréal où ils comptent apercevoir les oiseaux de nuit (hibou, chouette).

L’année dernière, lors de leur participation au Grand Défi QuébecOiseaux, ils avaient observé quelque 169 espèces. Les observations d’oiseaux sont validées par la vue directe de l’espèce, mais aussi par son chant: deux participants au minimum doivent alors avoir entendu le chant de l’oiseau pour que l’observation soit comptée.

N’étant jamais sûrs de croiser une espèce en particulier lors de ce Défi, les quatre amis espèrent toutefois rencontrer des oiseaux en voie de disparition, telles que les parulines à ailes dorées (une espèce rare observable dans la région d’Huntingdon), les petits blongios ou encore les engoulevents bois-pourri (des oiseaux de nuit).

Une espèce à ailes et à roues non répertoriée, détectée au parc Ahuntsic. (Photo: François Robert-Durand, archives JDV)

Préservation

Le Grand Défi QuébecOiseaux comprend des levées de fonds pour chaque équipe participante, qui peut choisir à qui reviendront les dons: club d’ornithologie, organisme de conservation, missions de préservation…

Les fonds seront distribués à 50 % à l’organisme de leur choix et à 50 % aux projets de conservation de QuébecOiseaux. Les campagnes sont ouvertes aux dons jusqu’au 30 juin 2023.

«Ce sont des organismes très importants dans le suivi des espèces et pour la science: ils permettent d’étudier les tendances pour les espèces aviaires. Malheureusement, on voit qu’il y a beaucoup de disparition ou de régression avec les petits oiseaux. Ce type de recherche est extrêmement important et n’a que très peu de financement», témoigne Frédéric Hareau, précisant que c’est à l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac que les Ornitrotteurs ont décidé de dédier leurs dons. 

Les oiseaux sont essentiels à nos écosystèmes et y participent activement, par la dissémination des graines ou en tant que prédateurs de certains insectes. Les espèces insectivores (telles que les hirondelles), et les espèces limicoles (des oiseaux de rivage vivant dans les marais) sont particulièrement touchées par les changements climatiques et par la disparition de leur habitat, notamment en raison du déclin des insectes dont ils se nourrissent.

Le club d’ornithologie d’Ahuntsic est représenté cette année dans le Grand Défi QuébecOiseaux par deux autres équipes: Les Petits-Ducs NAQqulés (avec William Parenteau, vice-président du club) et Les Jaseurs de Boréal-Nord (avec Louis Pradier, ornithologue amateur, 7 ans).

Affiche Grand Défi QuébecOiseaux mai 2023. (Image tirée du site quebecoiseaux.org/fr/grand-defi)



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le pont Papineau fermé en fin de semaine

Le pont Papineau (pont Papineau-Leblanc), ainsi qu’une portion de l’autoroute 19, sera…

L’actualité du mois d’août en images

Le Journal des voisins propose un résumé de l’actualité du mois d’août en…
Rue Saint-François-d'Assise

Des aménagements de rue attendus depuis 113 ans

L’histoire semble se répéter. En 2020, des résidants de la rue Saint-François-d’Assise…

L’hiver s’en vient, les patinoires aussi

Les températures froides de novembre incitent les citoyens à s’informer des activités…