Caricature de l’éditorial du mag papier du jdv d’avril. Le docteur Arruda qui veut aplanir la courbe avec de la bonne information… (Crédit: Martin Patenaude-Monette). À la une: extrait de la BD de Martin Patenaude-Monette sur la pandémie (voir nos Actus).

À moins d’un revirement de situation, on devrait avoir atteint le fameux pic de la courbe de propagation du coronavirus le samedi 18 avril prochain, dans une dizaine de jours, au Québec.

De plus, selon le scénario optimiste dévoilé mardi par les autorités socio-sanitaires du Québec (en se référant à la croissance de la propagation du virus en Allemagne- avec un faible taux de décès-), le Québec devrait composer avec 1263 décès d’ici la fin du mois. Toutefois, à l’autre extrême, avec une situation «à l’italienne» (soit le scénario pessimiste), il y aurait sept fois plus de décès, jusqu’à 8860.

La présentation des divers scénarios concernant l’évolution du coronavirus a eu lieu ce mardi après-midi (7 avril) à Québec, afin de faire montre de transparence dans ce méga dossier de santé publique. La présentation a été faite par des experts de la Direction de la santé publique.

Pour les hospitalisations, le cas de ce qui prévaut au Portugal a été «priorisé» par les experts.

Selon ce scénario optimiste, on devrait avoir 468 personnes hospitalisées aux soins intensifs d’ici la mi-avril, au moment du pic. En ce mardi, on compte pour tout le Québec 164 personnes aux soins intensifs.

Le Québec atteindrait «dans le meilleur scénario» 29 000 cas de gens testés positifs à la COVID-19.

À l’autre bout, en théorie, si la situation prend de l’ampleur, 60 000 cas pourraient être répertoriés d’ici quelques semaines

Mais attention! Le docteur Richard Massé, conseiller médical à la direction de la santé publique, ne croit pas (du moins présentement) la concrétisation du scénario italien.

Il évalue à 75 % les chances que le scénario dit optimiste se réalise.

Pour l’instant, le Québec se trouve en «bonne position», car les cas relevés d’hospitalisations se trouvent bien en-deςa de la capacité du réseau de la santé.

Le patron de la santé publique, le docteur Horacio Arruda, avait averti, avant la diffusion des scénarios, que l’on se trouve plus proche du scénario optimiste que du pessimiste.

Question de rappeler la priorité à accorder au respect des règles de confinement, le célèbre médecin au langage coloré a déjà prévu une explication si jamais le scénario «probable» ne se concrétise pas.

« Si je me suis trompé, a dit l’expert, je vais dire que c’est de votre faute, parce que vous n’avez pas appliqué les mesures nécessaires », a-t-il soutenu.

Rappelons que le Québec a été mis «en pause» jusqu’au 4 mai. Et si jamais il y a un retour des activités, le tout se fera progressivement, par étape.

Hausse importante dans le nord de Montréal

Selon les données officielles du mardi 7 avril confirmées par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal (NIM), on compte 110 cas d’employés atteints de la COVID-19 sur le territoire.

Dans notre CIUSSS, on note toutefois un bond important sur le total des cas : 649 cas mardi contre 565 lundi). Au niveau de l’arrondissement Ahuntsic–Cartierville, il y a 24 cas de plus que lundi, ce qui fait que 200 personnes sont maintenant atteintes.

Les autorités notent que le nombre d’hospitalisations est moins élevé que prévu (une bonne nouvelle), mais on se montre inquiet de la situation dans le réseau des CHSLD.

Ainsi, Québec va déployer médecins et infirmières du réseau de la santé dans ces établissements, de même que dans des résidences pour aînés.

Ici, le centre d’hébergement Laurendeau a maintenant 35 cas (cinq de plus qu’hier) et cinq décès (plus deux).

« Au CHSLD Laurendeau, a indiqué Marie-Hélène Giguère, du bureau des relations médias du CIUSSS, comme toutes nos installations, nous appliquons rigoureusement les directives de l’Institut national de Santé publique du Québec pour lutter contre la propagation du virus. Les patients atteints de la COVID-19 sont installés dans des unités dédiées avec accès restreint appelées«zones chaudes». Les directives en matière de prévention et de contrôle des infections sont appliquées autant pour les résidents, le personnel que pour les visiteurs lorsque permis », a-t-elle précisé.

Au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, on enregistre un décès de plus (maintenant 15). Il y deux cas de plus de gens atteints de coronavirus (maintenant 43).

A l’hôpital du Sacré-Coeur-de-Montréal, trois cas s’ajoutent pour atteindre le chiffre de 61.

Il n’y a aucun cas pour l’hôpital communautaire Fleury et celui de Jean-Talon.

Le CHSLD Paul-Lizotte a un cas.

 

 

[ninja_form id=5]

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le problème des Bernaches ne s’envolera pas de sitôt

Depuis quelques années, des groupes de Bernaches sont de plus en plus…

Point de presse du QC du 14 mai – 40724 cas confirmés – Les écoliers montréalais resteront chez eux; l’ouverture des commerces encore incertaine

C’est de Montréal que le Premier ministre François Legault a donné son…

Enfin, de l’aide pour les aînés

La pandémie ne laisse de répit à personne, autant aux aînés qu’aux…

COVID-19 : Points de presse, 26 mars – 1629 cas confirmés – «Allez faire du bénévolat!»

Alors que les cas de COVID-19 ont franchi la barre des 500…