Carte d’ahuntsic-Cartierville source ville

Le 7 novembre prochain, un nouveau mandat débutera pour les élus de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. En prévision des élections municipales, quels dossiers sont prioritaires? Nous avons demandé à six citoyens résidants engagés au sein de la communauté ce à quoi ils s’attendent des différents candidats et partis politiques municipaux.

Frédéric Bataille, porte-parole du regroupement citoyen Ahuncycle; Jocelyn Duff, architecte très engagé dans le dossier de l’aménagement des berges de la rivière des Prairies; Maysoun Faouri, directrice générale de l’organisme Concertation Femme; Antoine Bécotte, vice-président des Pollués de Montréal-Trudeau; ainsi que Jacques Lebleu et Mélanie Busby, représentants du comité citoyen Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC), nous ont aidé à prendre connaissance d’enjeux concrets qui préoccupent les citoyens du territoire.

Transition écologique, transports actifs, nuisances sonores, accessibilité aux espaces publics, proximité entre élus et citoyens… voici ce que les candidats ne pourront ignorer.

Savoir se montrer présent

Maysoun Faouri, à gauche sur la photo (Photo: archives JDV)

Selon Maysoun Faouri, l’actuelle mairesse Émilie Thuillier a toujours su se montrer présente et à l’écoute au sein du quartier.

« Je la sens femme comme moi, citoyenne comme moi, il n’y a pas de barrière » apprécie la directrice de Concertation Femme qui considère la vie de la communauté d’Ahuntsic-Cartierville comme une priorité.

Afin que le travail soit facilité au sein des organismes communautaires, Maysoun Faouri souhaite que l’appareil municipal fasse preuve de davantage de flexibilité et interroge de nouveau son modèle bureaucratique hiérarchique traditionnel. Selon cette citoyenne engagée auprès des femmes du quartier, une prise de décision lente peut freiner le développement des projets.

Il est important pour Mme Faouri que les pouvoirs publics continuent de croire en la mission sociale des organismes en suscitant un rapprochement entre fonctionnaires et associations.

« On veut que les élus soient proches des citoyens lorsqu’il y a des événements… qu’ils soient là, qu’ils côtoient les gens, qu’ils n’oublient pas qu’on est des humains », insiste-t-elle.

S’engager dans la transition écologique

Au vu de l’urgence climatique, Jacques Lebleu et Mélanie Busby nous ont communiqué

Jacques Lebleu au «jardin sous la Métropolitaine» (Photo : jdv - Philippe Rachiele)
Jacques Lebleu au «jardin sous la Métropolitaine» (Photo : archives JDV)

les priorités du MEAC.

Afin de suivre les objectifs du Plan climat mis en place par la Ville de Montréal, l’abandon des hydrocarbures doit être entrepris. La prochaine administration devrait notamment favoriser une réduction des déplacements polluants au profit d’une incitation à l’utilisation de transports doux, collectifs, et encore d’autres tournés vers le partage.

Dans le secteur de la construction, les rénovations devraient prendre le pas sur le neuf et le mazout ainsi que le gaz devraient être proscrits comme moyens de chauffage.

Melanie Busby (16)
Mélanie Busby (Photo: archives JDV)

Mobilité durable, agriculture urbaine et locale, modes de vie zéro déchet… l’administration de l’arrondissement devra confirmer son appui aux initiatives citoyennes. En collaborant avec les différents services de la ville, les acteurs du terrain ainsi que les citoyens, l’administration de la ville devra s’inscrire dans une démarche de changement des habitudes de vie tout en sensibilisant et en préparant à une transition socioécologique qui concerne toute la planète. Aux yeux du MEAC, l’équipe devra être « prête à prendre des risques politiques pour nous faire avancer dans les changements nécessaires » afin d’éviter un retour en arrière.

Encourager les transports actifs

En tant que porte-parole d’Ahuncycle, Frédéric Bataille invite les prochains élus à ne pas délaisser les pistes cyclables de l’arrondissement.

Frédéric Bataille (Photo: archives JDV)

Constatant un accroissement du nombre d’usagers du vélo depuis la pandémie, ce citoyen engagé dans le développement des transports non polluants appelle en premier lieu à améliorer les réseaux existants plutôt qu’à en créer de nouveaux.
La piste sur Christophe-Colomb devrait être remise au goût du jour. Les voies cyclables entre Prieur et Sauriol devraient être prolongées de façon à approcher le parc des Hirondelles. Il est également question de créer des liens sécuritaires menant au Collège Ahuntsic ou encore reliant Ahuntsic à Cartierville, des destinations étant encore difficiles à atteindre.

Frédéric Bataille rappelle que la mairie d’arrondissement doit suivre les orientations de la Déclaration citoyenne universelle d’urgence climatique (DUC) pour laquelle Émilie Thuillier avait donné son appui en 2018. Il souhaiterait de la part des élus locaux qu’ils s’appliquent à dissuader les usagers de la route de choisir l’automobile. Selon lui, subventionner les voitures électriques n’est pas une solution, continuer de proposer des stationnements gratuits pour automobiles privées non plus. Il pointe également du doigt la problématique de la gestion du trafic de transit en provenance de la Rive-Nord de Montréal.

Redonner accès aux berges 

Jocelyn Duff (Photo: Facebook)

Jocelyn Duff, architecte et résidant de l’arrondissement, est fortement engagé dans le dossier de la réfection du mur de soutènement du barrage Simon-Sicard dans le district du Sault-au-Récollet.

Afin de prévenir un effondrement de la berge, Hydro-Québec aurait choisi en 2019 la méthode la moins coûteuse consistant à y déverser de la roche, condamnant ainsi l’accès à 1 300 mètres de rive de la rivière des Prairies.

Face à ce qu’il nomme une catastrophe dans le paysage, Jocelyn Duff souhaiterait que cette zone enrochée soit traitée afin de redonner la rive aux promeneurs.

« Je trouve qu’on est un peu défavorisés dans Ahuntsic-Cartierville », déplore-t-il.

Un fonds alloué conjointement par la Ville de Montréal ainsi que le gouvernement fédéral est réservé à restaurer et aménager les espaces de vie en communauté. Concrètement, ce dossier a priori traité comme un « enjeu d’arrière-cour » devrait être mis en avant par les élus locaux auprès de la Ville-Centre.

« C’est un enjeu très important pour la population, car c’est quelque chose qui va rester pour les 100 prochaines années », précise l’architecte.

Rendre l’arrondissement plus paisible

Le bruit, particulièrement celui causé par les avions, est un irritant pour les résidants d’Ahuntsic-Cartierville depuis de nombreuses années. Les Pollués de Montréal-Trudeau tentent de changer les choses depuis longtemps, et leur vice-président, Antoine Bécotte, nous a illustré les préoccupations de l’organisme.

« Étant donné que le trafic aérien va augmenter, la Ville de Montréal devrait mandater et financer son Service de l’environnement afin d’installer les premières stations publiques de mesure de bruit aérien », croit-il.

Les Pollués de Montréal-Trudeau sont aussi d’avis que la Ville « devrait s’engager à ce que les données de ces stations soient diffusées, comme le sont les données sur la qualité de l’air depuis les années 70 », selon M. Bécotte.

Rappelons qu’en 2018, plusieurs candidats aux élections provinciales avaient donné leur appui aux Pollués. En outre, à la dernière élection municipale, la candidate à la mairie de l’époque pour Projet Montréal, Valérie Plante, s’était même déplacée dans l’arrondissement pour annoncer l’intention de sa future administration de mettre sur pied un Observatoire du bruit dans Ahuntsic-Cartierville.

Avec une élection municipale et, possiblement, une élection fédérale à venir, les idées des Pollués de Montréal-Trudeau feront-elles l’objet d’un suivi attentif par les candidats, et, éventuellement, ceux et celles qui seront élus?

Il nous reste à souhaiter que les futurs élus prennent en compte les propositions concrètes émises par quelques-uns de ces groupes et citoyens à l’occasion de ce prochain mandat.

 Avec la collaboration d’Éloi Fournier

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une année (presque) comme les autres

Avec l’arrivée impromptue de la COVID-19 au printemps dernier, 2020 aura été…

Les candidates à la mairie d’arrondissement exposent leurs visions pour le District central

Une causerie organisée mardi par la Société de développement commercial (SDC) du…

Exproprier pour réaliser la future Promenade des Berges?

Pour réaliser la future Promenade des Berges, entre les parcs de l’Île-de-la-Visitation…

Débat sur la circulation : un avant-goût de la campagne électorale? (Texte 1 de 2)

Le conseil de la semaine dernière a été marqué par de vifs…