barrage simon sicard en travaux
Un des sites de travaux du barrage Simon-Sicard (Photo: courtoisie ACIV)

Tout semble être conforme aux prévisions dans le calendrier des sondages géotechniques (forages) nécessaires avant de s’attaquer aux réparations du mur de soutènement du barrage Simon-Sicard, en amont de l’Île-de-la-Visitation, mur de plus d’un kilomètre de long qui a besoin d’une cure de rajeunissement, près de 90 ans après sa mise en place pour la construction de l’œuvre.

Selon Hydro-Québec, les experts travaillant sur l’eau et sur le terrain ont effectué ces derniers mois 30 forages visant à obtenir les caractéristiques des sols, et ce, en divers endroits du mur de 1,3 km qui devra être revampé, section par section.

Il ne reste que trois forages à faire sur le bord de la rive pour compléter les opérations de l’année en cours, selon ce que nous a indiqué Jean-Philippe Rousseau, conseiller en relations avec le milieu, au sein de la société d’état.

Les sondages géotechniques sont un procédé mécanique visant à obtenir des données sur le sol, le sous-sol et l’eau souterraine. Cela sert à mesurer la profondeur et la qualité du roc ainsi que la nature du sol au-dessus du roc, et à calculer la capacité portante du sol.

Long mur de béton immergé

(Photo: courtoisie)

Ce long mur de béton, surtout immergé, que l’on peut voir entre l’arrière de l’école secondaire Sophie-Barat et le pont Papineau, jouxte entre autres quelques résidences privées, les CHSLD Berthiaume-du Tremblay et Laurendeau, un immeuble à logis multiples pour des jeunes, le terrain vendu par les Sœurs de la Miséricorde à un promoteur privé (mais qui fait l’objet d’une acquisition via  l’imposition d’une réserve foncière à des fins patrimoniales) et l’arrière de l’Église de la Visitation.

Déjà, l’on sait que le mur de protection arrive à sa fin de vie utile et les études plus approfondies en diront plus sur son état.

Le mur s’est surtout détérioré derrière l’école secondaire de la CSDM,  la résidence Berthiaume-Du Tremblay et le secteur où se trouvent des vestiges de l’arrivée des autochtones et Blancs à Montréal. Il s’agit de secteurs prioritaires qui seront réglés en premier lieu.

Au cours des prochains mois, on procédera aux analyses, mais parallèlement, une consultation publique se tiendra quelque part au printemps avec les résidants et acteurs du coin, demeurant au nord du boulevard Henri-Bourassa, dans le secteur étudié, en prévision du réaménagement des berges.

«Les gens du secteur seront invités à commenter les propositions d’Hydro-Québec et à exprimer leur vision du réaménagement des berges pour les trois sections prioritaires, a rappelé M. Rousseau. Ce qui permettrait de réaliser des travaux de réfection durant la période été-automne 2018 dans les trois sections en question. Par ailleurs, des études se poursuivront  pour les autres sections du mur afin de réaliser les travaux de réfection à partir de l’été 2021 », a-t-il ajouté.

Les techniciens ont commencé l’été dernier à effectuer le «carottage», dans le jargon des ingénieurs, dans le lit de la rivière, à partir de barges flottantes.

Glaces de la rivière des Prairies débordant à l’arrière de la résidence Berthiaume-du-Tremblay (Photo: jdv archives)

Le mur a notamment subi les affres des glaces au fil des décennies.

Accès à la rive: une occasion en or avec le Parcours Gouin

Il va sans dire que les divers propriétaires (privés et publics) pourraient proposer des avenues nouvelles pour bonifier les aménagements le long du rivage et la vue sur la rivière, notamment sur le parcours Gouin. Notons que la ville s’est dotée d’un fonds de 25 millions $ pour permettre des acquisitions de terrains ou établir des haltes avec vue, ou encore des  accès à la rivière.

Ainsi, les deux CHSLD pourraient en profiter pour revoir complètement le réaménagement des lieux en bordure de la rivière.

Berthiaume-Du Tremblay est déjà en mode revitalisation avec le Quartier des générations. Un projet est dans les cartons pour améliorer le bord de l’eau, car présentement il y a notamment un stationnement et un garage sur le bord de l’eau.

Le voisin, le Centre d’hébergement Laurendeau a un beau sentier avec des bancs pour ses résidants et visiteurs mais le lieu aurait besoin d’amour.

Le site de Fort-Lorette, à l’est de l’immeuble d’habitation pour jeunes appartenant au diocèse de Montréal, pourrait aussi prévoir un espace invitant sur le bord de l’eau,  en lien avec le Parcours Gouin. Des fouilles archéologiques ont eu lieu plus tôt cette année.

Bref, une bande importante de territoire pourrait être revitalisée de façon globale.

Enfin, une réflexion pourrait s’amorcer relativement à la sous-utilisation de l’immense cour de l’école Sophie-Barat. Alors que l’on fait de la location de canots et kayaks depuis des années, un agrandissement du quai pour accueillir des adeptes de planches à voile ou petits voiliers serait envisageable. L’espace est là.

 

Plan d’Hydro-Québec – Échéancier préliminaire

Relations avec le milieu, études techniques et travaux

Septembre 2017

  • Rencontres d’information avec les intervenants du milieu

Automne 2017

  • Sécurisation des trois sections prioritaires: installation de clôtures
  • Sondages géotechniques (forages)

Oct. 2017 – juin 2018

  • Étude d’ingénierie

Printemps 2018

  • Rencontre d’information et de consultation sur les travaux à venir et sur le réaménagement des rives

Été – Automne 2018

  • Travaux de réfection du mur dans les trois secteurs prioritaires

Été 2018 – Printemps 2021

  • Étude d’ingénierie pour les autres sections du mur (750 mètres)
  • Autorisations gouvernementales

Été 2021

  • Début des travaux pour compléter la réfection du mur

(Source : Hydro-Québec)

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Une mini-forêt coupée au parc Ahuntsic

Annoncés en août dernier, les travaux de réaménagement du Stade Gary-Carter, au…
Émilie Thuillier conseil d'arrondissement

Huit choses à savoir du conseil d’arrondissement du 7 juin

Ce conseil d’arrondissement qui a duré plus de trois heures a vu…

Barrage Simon-Sicard: de nouveaux développements intéressants

Les demandes de nombreux citoyens porteront finalement fruit : l’enrochement réalisé en…
Roger Roy brigadier durant 25 ans pour le Collège Sainte-Marcelline

Une retraite bien méritée pour le brigadier Roy, 90 ans

C’était la fête devant le Collège Sainte-Marcelline. Pensez donc! Le brigadier Roger…