Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Fort-Lorette deviendra un parc public d’intérêt patrimonial

Publié le 25/05/2018
par Christiane Dupont

Vue aérienne du terrain dont la Ville va se porter acquéreure rue du Fort-Lorette. (Photo : archives jdv)

La Ville de Montréal a annoncé en conférence de presse jeudi qu’elle allait procéder sans tarder à l’acquisition du site patrimonial de Fort Lorette dans le Sault-au-Récollet. Le conseil municipal du lundi 28 mai devra approuver l’accord de principe établi entre le propriétaire actuel et la Ville.

On se souviendra qu’en juillet 2017, la Ville avait décrété l’imposition d’une réserve foncière des lieux, alors que quelque temps auparavant, le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) avait mandaté la firme Arkeos pour effectuer d’importantes fouilles archéologiques des lieux.

Résultat de fouilles sur le terrain de la rue du Fort-Lorette (Photo: archives JDV)

Fouilles concluantes

Bien que le rapport final d’Arkeos n’ait pas encore été rendu public par la ministre Marie Montpetit, également députée de Crémazie (Maurice-Richard), certains éléments ont transpiré, notamment à l’occasion de la présentation de l’avancement des travaux sur le Parcours Gouin, la semaine dernière, et lors de la réunion du comité exécutif ce mercredi.

«La présence des vestiges du Fort-Lorette est appuyée par les découvertes faites lors de cette intervention. Selon les informations préliminaires, nous pouvons mentionner la présence de tranchées dans l’alignement des palissades, de maçonneries et d’artefacts pouvant être associés à la mission fortifiée occupée par les Sulpiciens jusqu’au premier quart du 18e siècle. »

Le rapport préliminaire fait également état de la grande valeur patrimoniale du lieu compte tenu de son ancienneté, de sa rareté et de l’intégrité de ses vestiges.

Soutien Alzheimer - Des fêtes pour tous : Info ici!

Publicité

«Ces vestiges témoignent de l’aménagement des forts érigés par les Sulpiciens au pourtour de l’île au 17e siècle; de l’aménagement d’un espace périphérique au fort qui a été occupé par les Autochtones qui fréquentaient la mission; de l’émergence du plus ancien noyau villageois du nord de l’île qu’est le Sault-au-Récollet; de l’engagement des Sulpiciens et de la Congrégation Notre-Dame envers les Autochtones qui fréquentaient la mission.»

Les élus de l’arrondissement avaient rencontré les citoyens venus participer à la séance d’information publique aux Jardins Millen, le 17 mai, en soirée. Outre l’annonce d’un projet-pilote de rue partagée dans le district du Sault-au-Récollet, sur Gouin Est, différents artefacts historiques trouvés sur les lieux des fouilles avaient été présentés aux résidants présents.

Achat et prix

Déjà, à la réunion du comité exécutif du 23 mai, un dossier pour l’achat du 12375, rue du Fort-Lorette avait été présenté aux élus.

«Approuver un projet d’acte par lequel la Ville acquiert de 9354-5309 Québec inc., à des fins de parc public d’intérêt patrimonial, un immeuble situé au 12375, rue du Fort-Lorette.»

Le vendeur a exigé un prix de 5,9 M de $ pour la vente de l’immeuble compte tenu de ses projets de construction de huit maisons de ville et de 40 unités de condos, malgré la réglementation en vigueur. Après négociations, et pour éviter d’entamer des procédures d’expropriation, le Service de la gestion et de la planification immobilière de la Ville de Montréal a proposé au vendeur que la Ville acquiert l’immeuble pour 4 950 000 $, plus taxes.

«Un accord de principe est là, a déclaré la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, en entrevue au journaldesvoisins.com. Mais ce n’est pas signé tant que ce n’est pas d’abord approuvé au conseil municipal»

Historique du dossier

L’immeuble appartenait aux Soeurs de Miséricorde jusqu’en mars 2017, alors qu’il a été vendu  2 millions de $ à Antonio Rizzo qui voulait démolir le bâtiment existant pour son projet de construction. La valeur foncière du bâtiment était de 3,1 M de $ à l’époque.

Le 30 juin 2017, les élus de l’arrondissement, avec à leur tête le maire de l’époque, Denis Coderre, avaient annoncé en conférence de presse que la Ville allait se porter acquéreure du terrain du site de Fort Lorette et qu’elle décréterait le 4 juillet suivant l’imposition d’une réserve foncière sur le terrain en question.

On se souviendra que Projet Montréal par la voix d’Émilie Thuillier, alors conseillère de l’Opposition dans l’arrondissement, avait déclaré:

« L’équipe de Projet Montréal est heureuse de constater qu’après quelques semaines de flottement, la Ville de Montréal a répondu à son appel et s’est engagée à intégrer au domaine public le site du 12 375, rue du Fort-Lorette.

Mme Thuillier avait ajouté qu’elle était impatiente de connaître le prix qu’allait payer Montréal pour le rachat de la propriété.

Questions

Quant à savoir si ce nouveau parc public qui sera situé tout à côté de l’Église de la Visitation sera relié au parc-nature de l’Île de la Visitation par un sentier, et si les gouvernements du Québec et du Canada (qui ne participent pas à l’achat du terrain) mettront la main à leur escarcelle pour fournir des fonds destinés à la mise en valeur du site, tout est possible, mais rien n’est encore écrit.

Ce sont des éléments qui seront étudiés au cours des prochaines semaines et des prochains mois, de déclarer Mme Thuillier.

«C’est la fin d’une grande saga, a dit la mairesse Thuillier, et le début d’une belle histoire.»

La proximité du site de la plus vieille église de Montréal, l’Église de la Visitation, l’accès à la rivière des Prairies, et le site tel qu’il est paysagé ont ajouté à la décision de la Ville de s’en porter acquéreure.