Si vous empruntez régulièrement le trottoir du côté nord du boulevard Henri-Bourassa, sous le viaduc, pour vous rendre à la gare Bois-de-Boulogne, vous devez avoir remarqué l’état lamentable dans lequel il se trouve. Complètement fissuré sur une longue distance, il mériterait d’autant plus d’être rénové qu’il est dans cet état depuis de nombreuses années. Qui devra payer pour ces travaux de réfection et quand cela sera-il fait? Le jdv est parti à la pêche aux réponses.

Voici une vidéo du trottoir filmé en 2018:

Les derniers travaux effectués sur ce trottoir datent de 2008. Ils ont été réalisés par la compagnie Pavages A.T.G. Inc dans le cadre de la reconstruction de trottoirs, de bordures et d’îlots sur le boulevard Henri-Bourassa.

On estime que la durée de vie normale de trottoirs est de quelques dizaines d’années. Or, en 2014, le trottoir était déjà sérieusement endommagé.

Le trottoir endommagé en septembre 2014.

Le directeur de cabinet de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Jean-François Desgroseilliers, admet que le tronçon endommagé est très long. Pour expliquer sa dégradation prématurée, plusieurs facteurs peuvent être en cause, notamment la qualité du béton utilisé, la période de mise en place, le temps de cure, les granulats utilisés, etc. Des raisons autant physiques, chimiques que thermiques.

Responsabilité de la Ville

M. Desgroseilliers signale que comme le trottoir est situé sous un viaduc, «l’arrondissement ne peut pas intervenir sans faire des validations préalables avec la ville-centre puisque l’entretien des structures des viaducs relève d’un service central ».

Les services centraux ont indiqué que des travaux de réfection de trottoirs dans ce secteur ne sont pas prévus avant 2022. Le coût de ces réparations seront assumés par la Ville et non pas par l’entrepreneur.

Des réparations ponctuelles?

Considérant l’état du trottoir, faudra-t-il vraiment attendre jusqu’à 2022 pour le voir réparé?

Comme les dommages au trottoir ne semblent pas structuraux, M. Desgroseilliers nous informe que les équipes de l’arrondissement évalueront si une réparation ponctuelle en asphalte peut être réalisée à l’été 2020. Si réparation temporaire il y a, elle sera faite par les services de l’arrondissement et payée par la Ville.

Des réparations ponctuelles en asphalte peuvent tenir quelques années, assure le directeur de cabinet.

« Si elles sont réalisées dans des conditions favorables (notamment de température), elles devraient tenir jusqu’au travaux de réfection prévus en 2022 », précise-t-il.

Pourquoi pas l’entrepreneur?

Et pourquoi est-ce la Ville qui doit payer, donc avec l’argent des contribuables, et non pas l’entrepreneur ayant réalisé un trottoir qui se détériore de manière prématurée?

Jean-François Desgroseilliers explique que « les travaux routiers et de trottoirs réalisés par des entrepreneurs sont garantis pour une période d’un an suivant la date de réception provisoire (date de fin des travaux) ».

Si des déficiences sont relevées lors de l’inspection provisoire, les corrections doivent être effectuées aux frais de l’entrepreneur. Un an après, une nouvelle inspection est réalisée par le représentant de la ville afin de s’assurer que toutes les déficiences ont été corrigées et qu’aucune nouvelle déficience n’est apparue. Si déficience il y a toujours, les travaux correctifs doivent encore être exécutés par et aux frais de l’entrepreneur. Une garantie d’un an s’ajoute aux déficiences nouvellement ajoutées.

Dans le cas de ce trottoir, on en déduit que l’inspection n’a pas relevé de déficience lors de la première année, ce qui expliquerait pourquoi l’entrepreneur, la compagnie Pavages A.T.G. Inc, n’est plus responsable des réparations.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Lors de la visite du ministre de la défense Harjit Singh Sajjan, Mélanie Joly, Émilie Thuillier, Effie Giannou, après l'érection d'une digue lors des inondations 2019 (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic Cartierville Montréal

Des citoyens de Cartierville demandent une digue permanente

Des citoyens d’Ahuntsic-Cartierville souhaitent que l’arrondissement considère l’installation de digues permanentes, notamment,…

La Maison du Meunier rouvrira ses portes cet été

Après deux ans d’attente, les résidants d’Ahuntsic-Cartierville, de même que les touristes,…

Des dépliants “identitaires” dans Ahuntsic-Cartierville

C’est avec étonnement que plusieurs résidants ont constaté jeudi dernier, l’apparition de…

Une maison du patrimoine ahuntsicois en danger

Il existe 243 maisons de type « shoebox » dans Ahuntsic-Cartierville. Ces…